janvier 2019

Smartphone, le chouchou des 12-17 ans

Les adolescents français sont près de 92 % à en posséder, quels usages en font-ils ?
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Les smartphones sont très répandus dans les établissements scolaires,  88 % des adolescents en ont un au collège et 96 % au lycée, c’est ce que révèle sans grande surprise une étude menée par BVA (1). Le premier smartphone s’acquiert à l’âge de 11 ou 12 ans pour près d’un adolescent sur deux, la principale cause de son achat est la rentrée en sixième. Dans les relations qu’entretiennent les adolescents avec leurs parents, le smartphone joue un rôle important : 82 % disent les prévenir en cas de problème. Cependant il arrive à 39 % des adolescents interrogés de ne pas répondre volontairement à des messages de leurs parents.
Les parents souhaitent surveiller leurs enfants plus ils sont jeunes, mais sont confrontés à un dilemme, comme les protéger tout en respectant leur vie privé ? L’étude réalisée par BVA prouve l’importance du smartphone dans la vie amoureuse des adolescents : 62 % estiment indispensable l’utilisation d’un smartphone pour entretenir des relations sentimentales. Les adolescents interrogés sont 10 % à avoir déjà utilisé leur smartphone pour rencontrer quelqu’un. Le smartphone est aussi très utilisé pour entretenir ses relations amicales : 89 % insistent sur son importance. 28 % des adolescents équipés répondent systématiquement à leurs messages, le jour comme la nuit.
Malgré les nombreux avantages d’un smartphone, leurs inconvénients sont reconnus : 17 % des adolescents disent avoir déjà envoyé des messages méchants ou des insultes, et 24 % disent avoir déjà pleuré à la lecture d’un message, 9 % d’entre eux ont déjà eu le sentiment de ne plus contrôler leur identité numérique. Dans les collèges, l’interdiction du smartphone est une consigne dure à respecter, quasi impossible. Un collégien sur cinq utilise son smartphone au collège malgré l’interdiction. Ce sont les garçons qui sont les moins respectueux de la loi (23 %) ainsi que les collégiens les plus âgés (28 % des 13-14 ans).
(1)
Etude réalisée en septembre 2018 par BVA pour Wiko auprès de 1 012 possesseurs de smartphones âgés de 12 à 17 ans recrutés au sein d'un échantillon représentatif de 1100 adolescents.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Restos du coeur


janvier 2019
Jusqu'au 31 mars, la carte Avantages jeunes invite ses détenteurs à aider les plus démunis en faisant un don matériel aux Restos du coeur. Un double geste puisque ce don (jeu, jouet, equipement pour bébé, soin du corps, vêtement enfant) sera accompagné de repas financés par le Crédit Mutuel et la Région Bourgogne-Franche-Comté.

116 006


décembre 2018
Le numéro d’aide aux victimes qui permet à toute personne qui s’estime victime d’une infraction (atteintes aux biens, aux personnes, accidents de la circulation, événements collectifs, attentats) ou d’une catastrophe naturelle d’être aidée par un professionnel de manière anonyme. Les Français à l’étranger y ont accès en composant le 0033180523376. Le 116 006 est gratuit ouvert 7 jours sur 7, 365 jours par an, de 9 h à 19 h. Ses missions sont d’accueillir et diriger toutes les victimes vers le réseau associatif d’aide aux victimes et les services spécialisés, mais également de diriger les victimes d’actes de terrorisme et d’accidents collectifs vers les numéros et structures d’information et de prise en charge spécialement mis en place par les pouvoirs publics.

Médi'coeur


novembre 2018
Dans le cadre d'un projet scolaire de mini-entreprise, des élèves de 3e du collège Abel-Minar à Tonnerre se sont lancés dans l'élaboration de Médi'coeur, avertisseur de prise de médicaments. Un projet solidaire en faveur des personnes âgées, sur lequel ils planchent 3 h par semaine.

Banque alimentaire cherche bénévoles


mai 2018
La Banque alimentaire permet d’apporter des produits de nécessité aux plus démunis mais aussi de lutter contre le gaspillage alimentaire. Pour cela, elle a besoin de bénévoles participant au ramassage, au tri, au conditionnement, à la distribution, en particulier pendant l’été puisque les entrepôts continuent de fonctionner. Contacts et renseignements, B de Franche-Comté 0381809606.

Lutte contre la discrimination


janvier 2018
Une question sur la discrimination ?
A Besançon, la mission lutte contre les discriminations saura vous répondre. Elle tient des permanences au centre Nelson Mandela (13 avenue de l’Ile-de-France) le 1er mardi de chaque moi de 17 h à 19, à la maison de quartier de Montrapon Fontaine-Ecu (1 place Pierre de Coubertin) le 1er mercredi de chaque mois de 9 h 30 à 11 h 30 et à la MJC du quartier de Clairs-Soleils (67 E rue de Chalezeule) le 1er mercredi de chaque moi de 16 h à18 h.
Voir tout