juin 2017

Speed-meeting pour créateurs d'entreprises

Au mois de mai, BGE a organisé son 7e Créaffaire. Une intiative terminée par une journée en forme de coup de boost.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Maïthé a depuis 2 ans un projet de fast food cuisine africaine. Pour le réaliser, cette jeune bisontine suivie par l’organisme BGE Franche-Comté prend son temps, décidée à mettre tous les atouts de son côté. En ce 18 mai, elle participe au speed-meeting qui clôture Créaffaire, organisé pour la 7e fois par BGE. Il s’agit de rencontres entre experts de la création d’entreprise et porteurs de projets. Une matinée pour recueillir un maximum d’infos essentielles. A mi-parcours, Maïthé est satisfaite. «Jusqu’à présent, j’ai eu réponse à toutes mes questions. J’ai déjà vu quelqu’un pour le financement et un réseau d’entrpreneurs qui peut m’accompagner dans mes demandes. Ca me sert. Je cherche à récolter toutes les infos possibles pour savoir ce qu’il faut faire et ne pas faire. Dans une création d’entreprise, il y a beaucoup de choses qu’on ne maîtrise pas, mais si on est bien accompagné, on minimise les problèmes». 
Comme elle, une trentaine de porteurs de projets sont inscrits au speed-meeting. Par séquences de 30 mn, ils rencontrent qui un banquier,  qui un expert-comptable, qui un assureur. Ces experts ont préalablement étudié le dossier de chaque porteur de projet afin de répondre au mieux à leurs attentes. L’ensemble est complété l’après-midi par un forum d’experts de la création d’entreprise et  des ateliers thématiques de 30 minutes Statut juridique, étude de marché, aides à la création d'entreprise, RSI... : la journée est l’occasion d’aborder tous les sujets au même endroit, dans un laps de temps réduit.

   Plus de chances de réussir
   en étant accompagné


«Le planning est organisé en fonction du besoin de chacun précise Stéphanie Graby, coordinatrice de Créaffaire. Les rendez-vous sont courts mais c’est efficace car c’est préparé. L’idée est aussi de donner aux porteurs un maximum d’infos en peu de temps. Cela les booste». Chiffres à l’appui : l’an dernier, 25 % des participants de Créaffaire ont franchi le cap de la création. Si l’on considère ceux qui ont pris part au speed meeting, le taux passe à 40 %.
Pour participer, seul compte l’avancement du projet. Activités, âges, statuts sont diversement représentés. Dominique est demandeur d’emploi. Il espère mettre en route une activité de transport entre la France et le Portugal. Informé de Créaffaire par Pôle emploi, il trouve l’initiative positive. «Ce matin, j’ai déjà vu un banquier et un comptable. Ils m’ont conforté dans ce que je veux faire. Les démarches, le statut à adopter, ça peut faire peur. Quand on est accompagné, c’est plus facile».
L’expérience des organismes spécialisés est précieuse. C’est ce qu’on pense à la CIC, dont 2 conseillers étaient présents au speed-meeting : «notre valeur ajoutée, c’est l’historique que l’on a avec nos clients. On sait à peu près ce qui peut marcher, ce qu’il faut mettre en termes d’apport en fonction de l’activité, la faisabilité. Pour les commerces par exemple, on sait qu’il vaut mieux partir en franchise que se lancer tout seul en centre-ville. On connaît les questions auxquelles il faut pouvoir répondre avant de créer. Dont les principales : ce que vous allez vendre, à qui, avec quelle marge. Généralement, créer techniquement une entreprise, trouver un financement c’est facile. Si les banques refusent un prêt, c’est parce qu’elles pensent que le client va être en difficulté. Si l’entreprsie leur paraît viable, elles ont tout intérêt à l’aider puisque cela permet de gagner un client».
Stéphanie Graby rappelle ce chiffre : les entreprises accompagnées enregistrent 75 % de pérennité au bout des 3 ans. Pour les autres, le chiffre tombe à 50 %.

S.P.
En savoir plus
BGE Franche-Comté
2C chemin de Palente
25000 Besançon
0381479700
bgefc.org
bgeparticipatif.fr
facebook

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Micro-entrepreneur


avril 2019
Comment créer une micro-entreprises ? L'essentiel à savoir sur le site du ministère de l'Economie.

Micro-entreprises et charges


avril 2019
Le régime des micro-entrepreneurs (anciennement auto-entrepreneurs) permet de bénéficier du régime micro-social. Pour en bénéficier, il faut avoir un chiffre d’affaires pour l'année 2018 inférieur à 170 000 € pour la vente de marchandises ; 70 000 € pour une prestation de services. Les taux de cotisations sociales varient entre 12,8 et 22 % selon le type d'activité (avec des taux spécifiques pour les bénéficiaires de l'Accre). En plus de ces cotisations, la contribution formation professionnelle s'échelonne de 0,1 à 0,3 % et la taxe pour frais de chambre consulaire de 0,015 à 0,48 %. +infos

Installations agricoles


octobre 2018
En Bourgogne-Franche-Comté, on recense environ 850 installations annuelles. Parmi elles, 350 sont le fait de femmes. Pour avoir un ordre d’idée, entre 2010 et 2014, 1300 agricultrices se sont installées à titres principal ou secondaire dans la région.

Transmission agricole


octobre 2018
Les chambres d’agriculture accompagnent la transmission d’exploitation. Le répertoire départ installation met notamment en relation exploitants et porteurs de projets. Pour ces derniers, les offres sont recensées sur repertoireinstallation.com. L’objectif est de favoriser la transmission plutôt que l’agrandissement et le renouvellement des générations (à l’heure actuelle, il varie entre 60 et 70 %). L’accompagnement réalisé vise également à mettre en adéquation les projets. Celle-ci passe par exemple par un stage de parrainage au sein de l’exploitation à reprendre.

Agriculture : aides aux jeunes


octobre 2018
La dotation jeunes agriculteurs  est une aide dont le montant est fixé au niveau régional (en moyenne en France, 27400 euros en 2017). Elle s’adresse aux agriculteurs de moins de 40 ans qui s’installent. Ces derniers bénéficient également d’exonération partielle et dégressive des cotisations sociales durant 5 ans et d’un accompagnement. Pour tout savoir sur les aides à l’installation, c'est ici. Pour constituer un dossier, s’adresser au point accueil installation de votre département.
Voir tout