janvier 2018

Téléphones mobiles et principe de précaution

Nous ne savons pas encore si les téléphones portables sont mauvais ou bon pour la santé. Des interrogations subsistent sur d’éventuels effets à long terme des ondes radiofréquences. Une chose est sûre, les dispositifs anti-ondes ne servent à rien.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Il n’existe pas aujourd’hui de preuves scientifiques démontrant que l'usage des téléphones mobiles est nuisible pour la santé. En l'état actuel incertain des connaissances, le ministère de la Transition écologique et solidaire recommande d'être prudent.

Les ondes radiofréquences sont-elles cancérogènes ?
En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer, une agence de l’Organisation mondial de la santé (OMS) a classé les ondes radiofréquences comme «peut-être cancérogènes pour l’homme». Cela veut dire que pour les utilisateurs intensifs de téléphones mobiles le risque de tumeur cérébrale ne peut pas être exclu, cependant, s’il existe, ce risque est très faible.

Les enfants sont-ils plus sensibles ?
Les enfants peuvent être plus sensibles aux ondes en raison de leurs spécificités morphologiques et anatomiques (notamment leur petite taille). C’est pourquoi, il est conseillé aux enfants de limiter l’usage de leur téléphone mobiles et veiller à réduire leurs exposition.

Quand un téléphone émet-il des ondes radiofréquences ?
Les téléphones émettent des ondes lors d’un appel, lors d’un envoi d’un message ou de données (p. ex. : courriel). Ils en émettent aussi lors des tâches de synchronisation ou de signalisation même si l’utilisateur ne fait pas d’activité particulière.

Les porteurs d’un implant électronique doivent-ils être plus vigilants ?
Pour éviter tout risque d’interférence, il est recommandé aux personnes portant un implant (pacemaker, pompe a médicament) d’éloigner leur téléphone d’au moins 15cm de leur appareil médical.

Les dispositifs anti-ondes protègent-ils efficacement ?
Ces dispositifs (patches, étuis de protection...), censés réduire le niveau d’exposition aux ondes radiofréquences, sont nombreux mais non efficaces. Aux contraire ! Ils peuvent même être contre-productifs lorsqu’ils obligent le téléphone à augmenter sa puissance d’émission.

Voiture, camion, moto ou vélo : peut-on téléphoner en conduisant ?
Non ! L’usage du téléphone au volant est interdit par la loi, mais il est encore fréquent. Il est responsable d’un accident sur 10. Depuis le 1er juillet 2015, conduire avec un téléphone à la main ou en portant à l’oreille un dispositif audio de type écouteur, oreillette ou casque est interdit, de plus cela vous infligera un retrait de 3 points su votre permis de conduire plus 135 euros d’amendes.

Voici 6 bons comportements pour réduire son exposition aux radiofréquences émises par les téléphones mobiles :
1. Utiliser un kit mains-libres ou le haut-parleur
2. Eviter les conversations trop longues
3. Privilégier les messages texte pour communiquer
4. Eviter de maintenir le téléphone à l’oreille dans les transports
5. Privilégier les zones de bonne réception
6. Choisir un téléphone mobile ayant un débit d’absorption spécifique (DAS).

Source : Ministère de la transition écologique et solidaire
Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Tabac


mai 2018
Pour continuer à lutter contre le tabagisme, le gouvernement vient de décider que deux traitements de substitution nicotinique sont désormais remboursables : des « gommes à mâcher »  depuis le 22 mars 2018 et des « patchs » depuis le 16 mai 2018. Cette prise en charge permet à tous les patients l’accès à ces traitements de substitution,  supprime l’avance de frais, tout en permettant une durée de traitement adaptée à la dépendance.

Drogues


octobre 2017
En France, l'alcool est de loin la plus répandue des substances psychoactives (47 millions d'expérimentateurs, 43 millions d'usagers dans l'année, 9 millions d'usagers réguliers, 5 millions d'usagers quotidiens) devant le tabac (38 milions d'expérimentateurs, 17 millions d'usagers dans l'année, 14 millions d'usagers quotidiens) et le cannabis (17 millions d'expérimentateurs, 1,4 million d'usagers réguliers, 700 000 usagers quotidiens). Cocaïne : 2,2 millions d'expérimentateurs dont 450 000 usagers dans l'année. MDMA/ecstasy : 1,7 million d'expérimentateurs dont 400 000 usagers dans l'année. Héroïne : 600 000 expérimentateurs. Source : observatoire français des drogues et des toxicomanies.

Pass santé jeunes


décembre 2016
Le pass santé jeunes est un site régional qui permet aux 8-18 ans de trouver conseils, astuces, ressources, adresses utiles. Plusieurs espaces donnent des réponses adaptées à chacun en fonction de son âge, de ses interrogations, expériences et inquiétudes. Des quizzes et des jeux sont l'occasion de tester ses connaissances sur tous les sujets : Internet, cannabis, audition, alcool, sexualité, sécurité routière, mal-être... Site, facebook 

Nutribird.fr


mai 2016
Un serious game sur le thème de la nutrition  ludique, qui propose des questions et messages de prévention sur les comportements alimentaires, l’importance de l’activité physique, de la consommation de fruits et légumes... Plutôt pour les plus jeunes mais chacun peut y jouer pour réviser ses connaissances.

Aliments allégés


mai 2016
"Light, 0 %, sans sucres ajoutés" : des mentions qui masquent en réalité des aliments remplis d’édulcorants, agents de saveurs, colorants et autres conservateurs.
Voir tout