août 2017

Témoins à décharge

A Liebvillers, l’association Revis se bat pour l’éradication des décharges sauvages. Pour sensibiliser le public, elle créé sa première exposition cet automne à Vandoncourt.
Photo Laurent Cheviet
Témoins à décharge

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Entre Pont-de-Roide et la Suisse, la commune de Liebvillers se trouve dans une zone vallonnée qui se prête aux randos et balades en pleine nature. Une zone qui serait idéale si l’un des sports locaux ne consistait pas à jeter les déchets dans la forêt pour contribuer à faire perdurer les décharges sauvages alentour. Il y a quelques mois, Manon Silvant, une jeune femme de la commune, a décidé d’agir. Avec quelques bénévoles aussi attristés qu’elle par la présence des déchets dans la nature, elle a commencé par se lancer dans le recensement des sites. «On en a trouvé une trentaine dans le coin, entre Froidevaux et Bressaucourt, indique Sybille Dayer-Beligat, l’une des premières à avoir suivi Manon. De toutes sortes, des anciennes plus utilisées comme des sites fonctionnant encore. C’est pratique de balancer, c’est quasiment impuni alors si on n’a pas de conscience écologique, pourquoi faire autrement ?» Elle en veut moins aux particuliers qu’aux élus. «Tout dépend de leur volonté. Si un maire ne veut rien faire, il ne se passe rien. Quelque part, laisser les décharges accessibles, sans barrières, c’est un service aux habitants !»

   
Nettoyer, récupérer, recycler

Raisonnement à courte vue selon Manon Silvant : «les gens balancent ce dont ils n’ont plus besoin dans les ravins et cela finit à la rivière. Ils ne se rendent pas compte que ce qui finit par être pollué, c’est l’eau. L’eau c’est la vie, donc nous, et voilà ce qu’on en fait. On se pollue nous-mêmes en agissant de la sorte».
Avec une soixantaine de personnes, elle a créé Revis en 2016. Une recyclerie, pour ne pas utiliser le nom déposé ressourcerie qui suppose de répondre à un certain nombre de critères administratifs. Mais les fonctions sont semblables : récupérer, recycler, revendre. Le public peut y déposer ou y acheter vêtements, livres, jouets, CD, vaisselle, petit électroménager… «Un objet réemployé est un déchet évité» met en exergue l’association sur son dépliant. Un objet déposé est un objet qui ne finit pas en décharge peut-on ajouter – aucune déchetterie n’étant suffisamment proche pour inciter au déplacement sans une forte motivation.

   Esthétiser les déchets

Les bénévoles ont entrepris de nettoyer les décharges alentour. Ce souci de l’environnement est à l’origine de l’association. Adhérente au réseau France nature environnement et à SOS Loue et rivières comtoises, elle peut intervenir à la demande sur un site. Mais pour que ce travail ne soit pas trop inutile, la sensibilisation est au cœur du projet. Elle reste compliquée quand «certains ne comprennent pas pourquoi on ne brûlerait pas des matelas en pleine forêt».
Cet automne, Revis se lance dans un projet ambitieux : une expo à partir d’objets trouvés en décharges sauvages (1). «Cela permet à la fois de nettoyer la nature et de redonner une valeur aux objets à travers l’art. Nous voulons sensibiliser, en rendant compte d’une certaine réalité de la société de consommation. Amener tout le monde à comprendre les enjeux liés aux déchets, tout particulièrement ceux qui finissent leur vie dans la nature». Manon Silvant et ses associés ont fait appel à divers artistes (plasticiens, photographes, light painters ) pour créer des installations composées d'éléments hétéroclites retrouvés dans les forêts. «Sous forme de parcours, cette exposition amène à comprendre, tout en s'amusant, les enjeux liés aux déchets et nous pousse à nous questionner sur nos pratiques».
Parmi les  participants, Romain Bresson de Niotte prod, Nico San de San Art Picture, Simone Découpe, Cécile Baziret et l 'association Tri'pour'terre, Alain Lecomtois, entre autres. «Nous voulons rester positifs précise Manon Silvant. En général, les campagnes sur ce thème nous font flipper alors on a décidé de prendre le contrepied».
Esthétiser les déchets est une idée. Mettre en place des ateliers de sensibilisation sur des thèmes tels que zéro déchet, le détournement d’objets, le relooking des meubles en est une autre. Intervenir dans les écoles une troisième. «On ne peut pas passer à côté des décharges avec des enfants et leur dire qu’on ne fait rien. Alors on essaie, avec nos moyens».

Stéphane Paris
En photo
Sybille et Manon, instigatrices du projet Revis.

Association Revis
7 bis route des Fontaines
25190 Liebvillers
0686255501
revis25.com
facebook.com/revis25

(1)
"Revis ou la vie sauvage des décharges" du 7 octobre au 23 décembre à la Damassine, 23 rue des Aiges, 25230 Vandoncourt (0381377830), agglo-montbeliard.fr
L'association propose 2 animations le vendredi 27 octobre et le samedi 25 novembre.
Visites guidées de l’exposition le samedi 7 octobre de 14 h à 17 h.

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Olympiades des métiers


juin 2017
Cette année, 16 jeunes de la région ont remporté une médaille d'or, d'argent ou de bronze lors des finales nationales en mars à Bordeaux. Parmi eux, 4 en or : Adrien Mary en DAO dessin industriel, Mélissa Brun en maroquinerie, Maxime Besnard en métallerie, Anthony Charron en plomberie et chauffage. Argent pour Mylène Calabre en soins esthétiques, Willy Fourrier en maçonnerie et Jules Leroy en tonnellerie ; bronze pour Lorette Bulabois en aide à la personne, Kevin Fritz en maroquinerie, Kevin Grossir en prothèse dentaire. Josselin Morel en fraisage, Thomas Jullien en administration des systèmes et des réseaux informatique, Pierre Marconnet en tonnellerie, Alexis Peuzin en boulangerie, Antoine Sicard en sommellerie, Alexandre Guitard en cycle et motocycle. En savoir plus.

"Ma thèse en 180 secondes"


avril 2016
L'Université de Bourgogne-Franche-Comté a organisé le 8 avril 2016 la finale régionale du concours international «Ma thèse en 180 secondes», rassemblant 10 candidats issus de 5 écoles doctorales. L'exercice : résumer plusieurs années de travail de recherche et rendre explicite un sujet de thèse obscur pour les non-initiés en 3 minutes seulement. Deux prix ont été remis par le public et le jury.
Le vote du public a désigné Asmae Hamzaoui, doctorante de l’UTBM, rattachée à l’Ecole doctorale sciences pour l'ingénieur et microtechniques (Spim), et membre de l’Institut Irtes au sein de l’équipe du laboratoire d’étude et de recherche sur les matériaux, les procédés et les surfaces. A 27 ans, en 3e année de thèse, Asmae fait sa recherche sur l’«étude de capteurs d'effort piézoélectriques par technologie couches minces»…ou de façon plus accessible : comment recharger la batterie de son portable en marchant.
Le jury a retenu de son côté Marie Petitjean, qui représentera donc l'UBFC lors de la finale nationale à Bordeaux le 31 mai, au côté de 15 autres candidats, et peut-être lors de la finale internationale en septembre au Maroc. Doctorante de l’Université de Franche-Comté, rattachée à l’école doctorale environnement santé et membre du laboratoire d’hygiène hospitalière au CHU de Besançon, Marie consacre sa thèse à «dix-sept ans d'analyse génotypique et phénotypique d'une souche épidémique de pseudomonas aeruginosa au cours de sa diffusion hospitalière».

Ils sont passés par le Clap


avril 2015
Depuis la création du Clap, environ 400 projets ou jeunes talents ont été aidés. Certains ont poursuivi leur chemin. Parmi eux : les jeunes montbéliardais du groupe Run After Success ont lancé le festival Rock en Sphère pour mettre sur scène les jeunes groupes amateurs. Le groupe folk Oli&Sam continue de jouer et vient de sortir un EP 4 titres, «Dear Mr Octopus». Romuald Bertrand, créateur de mode, est devenu professionnel et a notamment créé une robe pour miss France. Mikaël Yanardag s’est lancé dans la production de spectacles à Salins. Cette année, il a managé Corentin Grevost, vainqueur de Rising Star, et créé le plus grand cabaret de Franche-Comté pour mettre sur scène les… jeunes talents.
Vous pouvez retrouver les jeunes talents passés ou en cours sur energiejeune.fr

Aide à projets


avril 2015
Que vous ayez un projet ou souhaitiez être conseillé ou appuyé dans une pratique, le Clap peut vous aider (il faut avoir entre 11 à 30 ans en Franche-Comté). Pour prendre contact :
Crij de Franche-Comté, 27 rue de la République à Besançon (03 81 21 16 00)
Bij de Montbéliard, 6 avenue des Alliés (03 81 99 24 15)
IJ Jura, 17 place Perraud, 39000 Lons-le-Saunier (03 84 87 02 55)
Cij de la Haute-Saône, 1 rue de Franche-Comté, 70000 Vesoul (03 84 97 00 90)
Belfort information jeunesse, 3 rue Jules Vallès (03 84 90 11 11)
Site : energiejeune.fr

Yvana Degli Esposti, Rabelais des jeunes talents


mars 2015
Le 19 mars, la 4e édition des Rabelais des jeunes talents a récompensé 33 lauréats, apprentis dans onze métiers de bouche. Dans la catégorie "primeurs", Yvana Degli Esposti, en activité à Morteau a été distinguée. Elle fait désormais partie des meilleurs jeunes Français dans sa catégorie. Les Rabelais, organisée par la confédération générale de l’alimentation en détail, sont nés pour encourager les jeunes et les amener à devenir "des ambassadeurs de l’excellence gastronomique à la française"

Voir tout