novembre 2017

«Tous les jours je pense à la photo»

Connaissez-vous l'expression «une image vaut mille mots» ? Pour cet article, l'image est un autoportrait d'Anaïs Nannini, photographe. Les "mille" mots, sont le fruit des questions que nous lui avons posées.
Photo Anaïs Nannini
«Tous les jours je pense à la photo» «Tous les jours je pense à la photo» «Tous les jours je pense à la photo»

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Anaïs, Doloise de 24 ans, est photographe professionnelle depuis le 1er janvier 2016. Lorsqu'il s'agit de se remémorer l’événement qui lui a donné le déclic, elle évoque sans hésiter le concours Fnac remporté en 2010. Alors tout juste âgée de 17 ans, elle reçoit un appareil photo semi-professionnel et les conseils avisés qui vont avec. «Quand je l'ai eu entre les mains je ne connaissais pas grand chose. Grâce au concours j'ai rencontré un professionnel de Nikon qui m'a proposé un stage. Cela m'a permis d'apprendre les mots clés, les réglages».
Petit à petit, la passion s'affine et prend du sens. «J'ai commencé à faire des photos plus recherchées et plus composées». En parallèle, suite à un concours de l'enseignement non obtenu, la jeune femme remet en question son avenir. Un mal pour un bien. Elle décide alors de professionnaliser son art. «La photo prenait de plus en plus de place donc je me suis dit : je me lance. Aujourd'hui je suis micro-entrepreneure, je suis mon propre patron. J'ai bénéficié de l’Accre (1), j'ai des charges réduites pendant 3 à 4 ans.»
Un vrai coup de pouce. «C'est devenu un aspect important dans le sens où  j'ai pu m’inscrire sur des sites en tant que professionnelle, je me suis mise en avant sur les réseaux.» Le bilan qu'elle tire de cette année est supérieur à ses espérances. Anaïs travaille principalement sur la région Bourgogne-Franche-Comté. Mais, «s'il faut aller ailleurs, moi je prends» déclare-t-elle. L'appel est lancé.

   «Mettre en lumière»

La photographie fait partie de ces métiers qui se vivent avec passion. Pour Anaïs, prendre une photo c'est «mettre en lumière». Ce qu'elle apprécie c'est la beauté du naturel, sans se soucier de la mise en scène. A la question «qu'est-ce-que tu aimes photographier?», elle répond avec enthousiasme les gens et les détails. Elle ajoute, «en ayant fait des études de psychologie je suis intéressée par l'humain, autant les enfants que les adultes». Et cette philosophie a un nom. «Il y a un courant qui se développe chez les photographes, le lifestyle». Elle n'hésite pas à l'alimenter sur les réseaux et particulièrement sur son compte Instagram grâce auquel elle peut cibler un large public. Et la communication c'est important pour se faire connaître. «Ce qui marche le plus c'est le bouche à oreille, autant physique que virtuel».
Bien qu'elle développe son activité en toute autonomie, Anaïs aime s’entourer. La toile permet de rapprocher ceux qui sont animés par la même passion. «Sur internet il existe des groupes de photographes où l'on peut échanger. Aujourd'hui la bienveillance règne dans la profession». Et également des professionnels de tous horizons. «J'ai pris en photo une amie photographe, une amie graphiste et bientôt la nouvelle collection d'amies créatrices». De prochaines collaborations artistiques seront donc au rendez-vous. Le projet de ses rêves : «Partir à l'étranger prendre des photos de mariage». Le second appel est lancé.

Mona Bouneb









(1)
Aide aux chômeurs créant ou reprenant une entreprise

Infos
0658969976
anais-nannini.com
Facebook
Instagram

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

"Clair obscur"


juillet 2017
Après "Namantius", Great hat production lance un crowdfunding pour un nouveau projet cinéma ("Clair obscur") au sujet de Courbet. Pour les aider, c'est ici.

Kreshendo


septembre 2015
Le rappeur bisontin vient de publier son premier album "Je suis qu'un homme". En vente 10 euros au Forum, en écoute sur deezer. Pour en savoir plus, facebook. A voir, son dernier clip, "Sale trip".

MyTremplin


juillet 2014
Ce dispositif du Conseil général du Jura vise à promouvoir et à aider les formations musicales du département en leur offrant la possibilité de monter sur scène et/ou de disposer d’un accompagnement artistique réalisé par le Moulin de
Brainans. Cette année, 5 lauréats ont été désignés par le jury et bénéficient de ce dispositif : Célia (folk rock), L’Homme s’Entête (chanson), Max Gulliver (pop), The Donuts Machine Band (chanson blues) et Gunther Tarp (rock).


The Wan


juin 2014
Ils étaient à Rolling Saône et on va les retrouver à Saônorités (14 juin), à la fête de la musique à Baume-les-Dames et au festival de la Paille (2 août). En attendant, voyez le dernier clip de ce bon groupe rock d'ici, réalisé par Bertrand Vinsu, sur Besançon.tv.

"Furie" par Clara Yucatan


mai 2014
Le nouveau clip du groupe haut-saônois, réalisé par Vincent Vernier est en ligne ici.
Voir tout