octobre 2017

Une nouvelle école pour se préparer à l’emploi

Après s’être implantée dans le Pays de Montbéliard avec l’ouverture d’un site à Grand-Charmont, l’École de la deuxième chance accueille désormais les jeunes de 17 à 30 ans.
Photo Simon Daval

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
L’École de la deuxième chance Nord Franche-Comté gagne du terrain ! Implanté à Belfort depuis 2006, le centre de formation souhaitait toucher davantage de jeunes dans le Pays de Montbéliard. «Pour les jeunes de ce secteur, avec la problématique de la mobilité, c’était souvent difficile de se rendre à Belfort», explique Alexandra Robert-Coffre, la nouvelle directrice des deux sites. L’antenne de Grand-Charmont s’est ouverte le 29 février 2016, et l’équipe se réjouit de voir les artisans, commerces, institutions, municipalités, maisons de retraite, grosses entreprises accueillir des jeunes en stage : «160 entreprises jouent le jeu. Elles ont confiance en nous et en notre accompagnement». À l’année, ils sont 165 stagiaires à rejoindre les deux écoles. Leurs parcours sont variés : certains sont en échec scolaire et n’ont jamais travaillé, d’autres ont déjà eu un emploi et veulent se réorienter ou tout simplement trouver un emploi stable… «Aujourd’hui, c’est compliqué pour un jeune d’y arriver seul», confie un formateur.
Depuis septembre, la structure s’ouvre encore davantage, puisqu’elle accueille  des personnes de 17 à 30 ans (18 à 25 ans auparavant). Après avoir passé un entretien et défini son projet professionnel, le stagiaire suit une formation d’environ 6 mois. Au programme, remise à niveau des savoirs de base, participation à des activités pour travailler la confiance en soi et stage en alternance en entreprise pour découvrir des métiers. C’est le cas de Dylan, âgé de 18 ans. Stagiaire depuis mai 2017, il a voulu se réorienter après une mauvaise expérience en apprentissage menuiserie. «J’ai connu l’École de la deuxième chance par la Mission locale. Elle m’a permis de faire une immersion dans l’entretien des espaces verts», raconte-il. Un domaine qui l’a conquis : «la taille de haies, le ramassage des feuilles, ça m’a plu. On travaille à l’extérieur et on bouge beaucoup».
Après une autre immersion dans la maçonnerie, grâce au programme "Déclic" de l’Afpa, Dylan devrait normalement trouver un emploi dans son secteur favori en décembre. Ils sont en moyenne 6 stagiaires sur 10 comme lui à trouver une activité : 84 % en emploi et 16 % en formation.

Simon Daval
En savoir plus
Site E2C Pays de Montbéliard agglomération
23 rue de Gascogne
25200 Grand-Charmont
0381315400
facebook

Prochaines dates de rentrée à Grand-Charmont
20 novembre 2017, 8 janvier, 19 février, 9 avril et 21 mai 2018.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.

Ecole de la 2e chance


mars 2018
L’Ecole de la deuxième chance du Territoire de Belfort a pour objectif d'aider les jeunes sortis du système scolaire sans qualification à s'insérer dans la société et à trouver un emploi durable. Chaque jeune bénéficie d'un accompagnement personnalisé pour construire son projet professionnel qui est le fil conducteur d'un programme de formation se déroulant en alternance entre l'école et l'entreprise. L'Ecole accueille des filles et des garçons de 18 à 25 ans sans qualification professionnelle, sortis du système scolaire depuis plus d'un an, motivés pour changer leur situation actuelle. Infos E2C90, 17 bis faubourg de Lyon, 90000 Belfort (03 84 27 58 67, e2c90.org).

Résultats des lycées


mars 2018
L'Education nationale a mis en ligne le classement des lycées en fonction de la réussite au bac mais aussi du parcours scolaire des élèves dans les établissements. L'idée est en effet d'évaluer la capacité d'une école à accompagner les élèves et à leur apporter connaissances, méthodes, etc. Le ministère prend soin de préciser que «si un lycée présente une valeur élevée pour un indicateur, c’est peut-être dû au fait qu'il a reçu de bons élèves, dotés de bonnes méthodes de travail, qui ont pu obtenir le baccalauréat sans effort particulier de sa part». Cela dit, les résultats sont consultables ici.
Voir tout