mars 2014

Vanessa Guide : «Je ne savais pas quoi faire d'autre que comédienne !»

Pour elle, tout a commencé à Besançon. Sa passion, elle la vit désormais à Paris, où elle joue au théâtre, au cinéma, à la télévision dans la série "No limit" sur TF1. Entretien avec Vanessa Guide, 31 ans cette année, une comédienne à qui tout sourit.
Photo Quentin Caffier

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Vous êtes actuellement sur scène, comment se passe ce nouveau projet ?
La pièce s'appelle «De beaux lendemains» mise en scène par Emmanuel Meirieu d'après un roman de Russell Banks. La première a eu lieu vendredi 14 février et elle fait l'unanimité.

Quelles ont été vos étapes jusqu'à maintenant ?
J'ai vraiment eu la passion du théâtre grâce à mon professeur au collège Victor Hugo à Besançon. Au lycée, je me posais des questions, je me demandais si c'était bien sérieux mais je ne savais pas quoi faire d'autre comme métier !  Et puis j'ai eu 20/20 au bac en théâtre. Cette note m'a redonnée du courage. Je suis allée à l'université pendant deux ans en arts du spectacle et puis après : Paris. J'ai repris des cours chez Justine Heynemann. Elle compte beaucoup pour moi, elle m'a mis le pied à l'étrier en me proposant de jouer dans sa pièce «Rose bonbon» qui a très bien marché. A partir de là, les choses se sont enchaînées. J'ai joué dans «le Grand bain» de Clément Michel pendant 9 mois, puis il y a eu les tournages à la télé, les courts métrages... En 2008, j’ai tourné mon premier téléfilm. En fait les castings sont venus au fur et à mesure. Cela fait 6 ans que je travaille et que je peux en vivre.

Faut-il avoir une formation pour réussir aujourd'hui ?
Oui, c'est hyper important. L'étape théâtre est essentielle. On apprend la rigueur, la technique, on a la réaction du public directement. On sait tous les soirs si on a été bon ou pas. On est sans filet, c'est courageux. Je conseille vraiment de prendre des cours. Se faire repérer dans la rue comme Romain Duris, c'est très rare.

Y'a-t-il eu des moments difficiles ?
Oui mais assez rares finalement. J'ai fait des petits boulots et vraiment la vie de bureau n'était pas pour moi ! Heureusement, les choses sont venues crescendo, j'y croyais, je voulais aller jusqu'au bout, je n'ai rien lâché. C'était parfois l'ascenseur émotionnel mais j'ai appris à m'endurcir.

On vous voit dans une série sur TF1 et sur Canal + dans un programme court. Quel est votre regard sur la télévision ?
La série «No limit» est ce pour quoi je suis le plus connue. J'ai énormément de messages sur les réseaux sociaux dès qu'elle est diffusée. Les audiences sont bonnes : 6 à 7 millions de téléspectateurs, ça brasse beaucoup de monde. J'ai aussi un  rôle développé dans «Pendant ce temps» diffusé dans le Before. A Canal, il y a un esprit famille. Ils laissent le temps aux programmes de s'installer et on a beaucoup de liberté.

Quels conseils donneriez-vous à celles et ceux qui veulent se lancer ?
Ne jamais se reposer sur ces lauriers ! Pendant deux ans, j'ai envoyé des mails partout. J'ai aussi poussé la porte des agences de pub. Il faut aussi un peu de culot. C'est grâce à Jean-Pierre Jeunet que j'ai rencontré mon agent. J'avais écrit une lettre car j'admire son travail. A la fin d'une projection, j'ai attendu qu'il n'y ait plus personne. Il avait dit aux jeunes comédiens d'envoyer leurs CV et photos à son directeur de casting. Il m'a demandé ce que je voulais et je lui ai donné ma lettre. J'avais terminé en disant que j'avais écrit la même à Tim Burton et que j'attendais de voir lequel des deux me rappellerait le premier ! Une demi-heure après, il me dit au téléphone  «Vanessa Guide, lundi matin dans mon bureau !». J'avais l'énergie du désespoir, je me suis bougée pour avoir ce que je veux. J'ai aussi eu de la chance de tomber sur lui.

Recueilli par Hélène Leclerc

Vanessa Guide est à l'affiche du film de Dany Boon «Supercondriaque» sorti le  26 février. On la retrouve aussi dans la saison 3 de «No limit» en mars et dans le Before de Canal Plus. 
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Jury jeune du Fica


novembre 2018
Les candidatures pour être membre du Jury jeune au 25e Festival international des cinémas d’Asie de Vesoul (5 - 12 février 2019) sont ouvertes. Cela consiste à venir voir et juger les 8 films documentaires  en compétition et rencontrer les réalisateurs. La carte de membre du jury permet d’accéder gratuitement à 4 séances de cinéma et  d’assister à la cérémonie de clôture. Elle donne droit à une invitation pour vos parents à la cérémonie de clôture du mardi 12 février au Théâtre Edwige Feuillère. Pour candidater : festival.vesoul@wanadoo.fr ou 0684848746 ou Fica, 25 rue du docteur Doillon, 70000 Vesoul. +Infos

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. 

Kreshendo


septembre 2015
Le rappeur bisontin vient de publier son premier album "Je suis qu'un homme". En vente 10 euros au Forum, en écoute sur deezer. Pour en savoir plus, facebook. A voir, son dernier clip, "Sale trip".

MyTremplin


juillet 2014
Ce dispositif du Conseil général du Jura vise à promouvoir et à aider les formations musicales du département en leur offrant la possibilité de monter sur scène et/ou de disposer d’un accompagnement artistique réalisé par le Moulin de
Brainans. Cette année, 5 lauréats ont été désignés par le jury et bénéficient de ce dispositif : Célia (folk rock), L’Homme s’Entête (chanson), Max Gulliver (pop), The Donuts Machine Band (chanson blues) et Gunther Tarp (rock).
Voir tout