janvier 2018

Vingt ans d’ondes positives

Martial Greuillet se souvient avec émotion du 17 décembre 1997, jour où il a entendu les premiers sons émis par Radio Campus Besançon, sur 102.4 FM. C’était du metal. Depuis 20 ans, la musique est la pierre angulaire de la radio. Mais elle a su se diversifier et aborde aujourd’hui de nombreuses thématiques sociétales. Son fondateur et directeur revient sur ces 20 années.
Photo Yves Petit
Vingt ans d’ondes positives Vingt ans d’ondes positives

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
   Débuts
J’étais en charge des actions culturelles sur le campus, avec le Crous. On pensait à l’époque qu’il y avait un défaut de communication avec les étudiants. L’idée de créer un média est venue et le plus jouable, c’était une radio. Personnellement, je sortais d’un BTS audiovisuel au lycée Viette  et cela m’intéressait beaucoup. J’ai lancé ce projet en mai 1997, en allant notamment voir ce que faisait Radio campus Dijon. Quand on a parlé de l’opération à la rentrée, tout de suite 130 étudiants sont venus. C’était positif parce que l’on voulait permettre aux étudiants de s’exprimer.

   Le plus difficile
C’était au moment de lancer le projet : la contrainte administrative, l’autorisation d’émettre. Pendant 3 ans, on avait l’autorisation pour 6 mois. La 4e année, 9 mois et ensuite, on a enfin eu l’autorisation permanente, après appel à candidature. 

   Meilleurs souvenirs
D’abord, quand je me suis dit «ça marche !», le jour où on a allumé l’émetteur. Avec Thierry Enderlin, le premier président de Radio Campus Besançon, on a pris la voiture pour aller écouter. On était vraiment content ! Puis quand on a été sélectionné après un an de procédure pour l’autorisation permanente. Au bout de 5 ans ! Et l’Herbe en zik. On a fait 9 éditions du festival sur le campus. Il y a encore des gens qui m’en parlent. Quand j’ai éteint la lumière pour lancer le Buena Vista Social Club, c’était énorme !

   Et les pires
Il n’y en a pas trop en fait. On n’a pas connu de gros problèmes techniques et on a eu de la chance de ce côté. Sinon, il y a la fin de l’Herbe en zik. Et des interviews qui se sont mal passées, mais pas beaucoup. Il y en a une où c’était particulièrement chaud, mais on ne va pas citer les artistes…

   En recommençant, que changerais-tu ?
Il y a toujours eu la question du site d’émission avec l’idée d’aller à Bregille pour élargir la zone de diffusion. Mais on est sur le campus pour le coût et parce que c’est plus pratique pour les étudiants. Dans l’ensemble, la radio grandit et se développe tranquillement.

   L’identité
On a d’abord une identité musicale, plutôt musiques actuelles et émergence de nouveaux talents. Beaucoup nous contactent, pour certains c’est le seul espace possible. Les 29 stations ont un peu le rôle de radios starter. Les maisons de disques sont attentives et s’en servent pour tester. Le classement musical des radios Campus est une caisse de résonance.
Par ailleurs, nous bénéficions du fonds de soutien à l’expression radiophonique pour lequel il faut rendre un rapport annuel. Les principaux critères de qualité concernent les actions éducatives et culturelles, les actions en faveur de l’intégration et les actions qui concernent l’environnement. Nous produisons quasiment 100 % de nos programmes.
Nous avons des journalistes professionnels à temps plein et pour moi c’est une réussite. Nous avons des créations novatrices comme les « Balades sonores » qu’Aurélien Bertini développe de manière hyper intéressante dans le Grand Besançon.
Pour moi, la marque de Radio Campus c’est son ouverture à tous les publics. On travaille avec l’Université mais aussi avec des scolaires, des collégiens, des lycéens.  Nous nous intéressons à des gens qu’on n’entend pas beaucoup ailleurs, aux personnes âgées comme aux gens des quartiers ou aux adultes handicapés. Il n’y a pas beaucoup de médias qui interviennent aux 408 ! Nous avons fait une émission avec des enfants d’Itep (Institut thérapeutique éducatif et pédagogique), c’était compliqué mais ça change leur horizon. Avec nos petits moyens, on fait 60 plateaux extérieurs par an. Comme nous ne sommes pas forcément sur l’audience, on se concentre sur les contenus.

   L’avenir
On est en train de se préparer à la radio numérique terrestre ce qui permettra d’amplifier notre zone de diffusion. Il faudra que l’on s’implante à Belfort-Montbéliard, c’est l’un de nos objectifs principaux.
J’aimerais aussi que la radio reste dans son univers sonore. Je ne suis pas du tout pour l’introduction de la vidéo.
J’espère que la radio va garder cette ouverture, cette proximité et continue à travailler avec ces différents publics parce que ça correspond aux valeurs que l’on veut défendre. On a besoin, dans la société actuelle, de médias qui donnent la parole à ces publics, qui vont dans les quartiers, les foyers de personnes âgées, les écoles.  J’espère que l’on va continuer à faire des émissions dans les bars, les FJT, au CDN, au Frac…

Recueilli par Stéphane Paris
En photo
1 - Radio Campus Besançon 2018 : presque toute l'équipe.

2 - Martial Greuillet

3 - Aurélien Bertini, Benoit Muller, Cécile Pollart, les journalistes.

En savoir plus
campusbesancon.fr

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Concours sonore


avril 2018
Pour ses 20 ans, Radio Campus Besançon organise un concours de son sur le thème "20", avec de nombreux prix à gagner. Les créations d'une durée maximum de 3 mn sont à envoyer avant le 3 juin à parcoursbesancon@gmail.com. Plus d'infos sur parcoursbesancon.fr.

Brief


février 2018
Brief.me est une appli de décryptage, résumé et hiérarchisation de l'info créée par des journalistes professionnels. Basée sur une newsletter quotidienne, elle offre une explication de l'essentiel de l'actu à ses abonnés. Elle est l'objet d'un nouveau partenariat avec la carte Avantages jeunes : 2 mois d'essai gratuits (à retrouver sur son espace perso sur avantagesjeunes.com)

Grand prix pour RCB


février 2018
Jeudi 25 janvier, Radio Campus Besançon a reçu le Grand prix radio régionale ou locale FM au salon de la Radio & audio digital. Une distinction qui récompense le travail de l'équipe et des bénévoles de la radio, 20 ans après sa création.

Radio Campus Besançon en 2017


janvier 2018
1 festival de création sonore,
2 services civiques,
6 salariés,
12 balades sonores,
75 bénévoles,
46 émissions,
300 plateaux en direct,
10000 références musicales
campusbesancon.fr

Radios Campus


janvier 2018
Il y a 27 Radio campus en France. La première a été créée en 1969 à Lille. A Dijon, elle a été la première radio associative de la ville. Celles de la région s'écoutent sur 92.2 à Dijon et 102.4 à Besançon.
Voir tout