Accueil > Articles > Parcours > Université
SUIVEZ-NOUS SUR
RECHERCHE PAR :
Vidéos
RÉSULTATS : 0 articles

agenda


24 février

Dijon
Football
Dijon FCO - Caen au stade Gaston Gérard. ...

Brainans
Debout sur le Zinc
En concert à 20 h 30 au Moulin, 12 à 15 euros. Infos.

...

Besançon
DJ Vadim
A 23 h à l'Antonnoir. Infos. ...

Montbéliard
ATM x MTBK
Evénement electro organisé par Accept the mystery de 15 h à 20 h au Local bar (17 rue Cuvier). Infos. ...

25 février

En salle
Journée ciné
Cette année la carte Avantages jeunes contient 4 places de cinéma à 3 euros à utiliser les 5 novembre et/ou 25 février dans 20 cinémas en Franche-Comté. Infos. ...

Voir tout

express

Emploi des étudiants de sport


septembre 2015
Bonne nouvelle pour les étudiants de l'UPFR des sports de l'Université de Franche-Comté : huit ligues ou comités régionaux ont signé un partenariat permettant aux étudiants d'effectuer des heures de formation dans leur spécialité sportive. Et conséquemment de pouvoir postuler à des emplois rémunérés. En effet, une fois obtenue la licence Staps entraînement sportif (ES), les étudiants peuvent exercer des missions d’encadrement sportif contre rémunération, à condition d’être titulaire d’une carte professionnelle délivrée par les directions départementales de la Cohésion sociale et de la Protection des populations. Il leur faut pour cela justifier de 200 h de formation dans leur spécialité sportive (la licence prévoyant 144 h, il leur faut donc 56 h complémentaires). Ce nouveau partenariat devrait leur permettre un meilleur accès aux réseaux spécialisés. Les 8 ligues ou comités régionaux qui ont accepté de leur faciliter le parcours sont ceux d'athlétisme, de badminton, de basket, de cyclisme, de natation, de rugby, de tennis et de volley. Deux autres (boxe et escalade) devraient les rejoindre prochainement. Les étudiants de la L3 ES pourront s’engager avec ces 8 partenaires sur des missions telles que l’entraînement des jeunes en Pôle espoir, les journées de détection et de sélection des jeunes, le suivi des compétiteurs sur les tournois, la promotion ou le développement du nombre de licenciés.

What the food


septembre 2015
Un constat : dans les Restos U en France, en moyenne, 135 g de nourriture par jour et par plateau est gaspillée ! 8 % des denrées part à la poubelle, un tiers du pain est jeté sans avoir été entamé. Pour aider à limiter le gâchis, une équipe d’étudiants accompagnée par MakeSense, Zéro Gâchis et le Cnous ont créé l'application What the food, "pensée pour baisser les quantités de nourriture jetées, sensibiliser les jeunes au gaspillage alimentaire et plus largement les reconnecter aux aliments et au plaisir de manger". Elle met également les étudiants à contribution pour améliorer la situation. Pour ceux qui veulent rejoindre la communauté : whatthefoodapp.org
V
oir aussi foodhackathon.fr

Année de césure


juillet 2015
Le texte relatif à la possibilité d'une période de césure au cours des formations relevant de l'enseignement supérieur a été publié le 23 juillet au Bulletin officiel de l'Éducation nationale et au Bulletin officiel de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative. Ce texte offre aux étudiants la possibilité de réaliser une pause pendant leur parcours tout en conservant leur statut d’étudiant. Il considère la césure comme une suspension du parcours universitaire et non comme une rupture qui s’avèrerait pénalisante.
Elle consiste pour un étudiant à suspendre ses études pendant une période pouvant aller de 6 mois à un an afin de vivre une expérience personnelle, professionnelle ou d’engagement en France ou à l’étranger. Elle contribue à la maturation des choix d’orientation, au développement personnel, à l’acquisition de compétences nouvelles. Jusque là, cette pratique était mise en œuvre sans réel cadre juridique. Les étudiants intéressés mettaient en avant la crainte d’être pénalisés dans leurs parcours suite à une césure comme l’un des principaux obstacles à son développement. Les dispositions essentielles du texte concernent :
- le caractère facultatif de la période de césure, relevant du volontariat de l’étudiant.
- la nécessité pour l’étudiant de demeurer inscrit auprès de son établissement, en particulier pour continuer à bénéficier des avantages liés à son statut (bourse, couverture sociale).
- l’engagement réciproque de l’étudiant à réintégrer la formation en fin de césure et de l’établissement à garantir une réinscription.
- la possibilité pour l’étudiant de valoriser dans son parcours de formation les compétences acquises durant une césure.
- la diversité des modalités de césure : suivi d’une autre formation, stage, entrepreneuriat, contrat à durée déterminée, engagement de service civique ou de volontariat associatif, en France ou à l’étranger, bénévolat, année sabbatique...
La circulaire s’applique à compter de la rentrée 2015.

Naissance de l'UBFC


mars 2015
La création de la communauté d’universités et établissements «Université Bourgogne – Franche-Comté» a été publiée au Journal officiel du 14 mars. Cet établissement regroupe l'Université de Bourgogne, l'Université de Franche-Comté, l'Université de technologie Belfort-Montbéliard (UTBM), AgroSup Dijon, l'Ecole nationale supérieure de mécanique et des microtechniques de Besançon (ENSMM), le Groupe école supérieure de commerce de Dijon (ESC Dijon). A terme, l’Ensam, dont l’un des campus est situé à Cluny en Bourgogne, a vocation à intégrer l’UBFC.
La création d’UBFC est l’aboutissement d’un travail collectif  "au service d’une ambition partagée pour l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche en Bourgogne et en Franche-Comté. Avec la création d’UBFC, les collaborations déjà nombreuses - tant en matière de formation que de recherche - vont se renforcer ".
Les missions de l'UBFC sont de plusieurs ordres : 
- orchestrer la stratégie de l’enseignement supérieur et de la recherche à l’échelle de la Franche-Comté et de la Bourgogne (mise en cohérence de l’offre de formation sur l’ensemble de ce territoire, coordination des activités de recherche), une signature scientifique commune permettant notamment de délivrer
le doctorat et l’habilitation à diriger des recherches.
- coordonner les différentes politiques (numérique, internationalisation, entrepreneuriat étudiant,
diffusion de la culture scientifique… ) des établissements membres.
- porter les actions transversales relative à la vie étudiante et aux situations de handicap, pour renforcer la capacité des établissements à répondre au mieux aux missions de service public qui leur sont confiées par la loi (formation initiale et continue, recherche scientifique et technologique, diffusion et valorisation de ses résultats, orientation et l’insertion professionnelle, diffusion de la culture et l’information scientifique et technique, participation à la construction de l’Espace européen
de l’enseignement supérieur et de la recherche, coopération internationale).
- porter des projets structurants pour l’enseignement supérieur et la recherche en Bourgogne et en Franche-Comté, en particulier les projets  «investissements d’avenir». C’est en son nom qu’a pa exemple été déposée la candidature I-SITE.


Pôle universitaire vésulien


mars 2015
La rénovation  et l'extension des locaux de l’IUT et de l'Espé, déjà rassemblés sur le site de Vaivre-et-Montoille depuis 2013, ont été achevées fin 2014… Issues d'un ivestissement de 2,7 M€, en grande partie financé par le Conseil général de la Haute-Saône (l’Etat, la Région Franche-Comté, l’Agglomération et la Ville de Vesoul ont ont également apporté leurs financements), ces équipements ont l'avantage de rassembler les étudiants (360 environ) sur un site commun à proximité du lac, de la piscine et de divers équipements sportifs. Une seconde étape prévoit la réfection d’un petit bâtiment à l’entrée du site, la réfection du gymnase, l'installation d'une salle de musique et une nouvelle construction pour accueillir une bibliothèque commune. Infos ici.

Voir tout