octobre 2018

Agricultrice, un statut qui évolue

Chaque année, environ 350 femmes franchissent le cap de l’installation agricole dans la région. Parmi elles de nombreuses jeunes (moins de 40 ans pour les chambres d’agriculture). Faut-il les encourager ? Jessica Bathelier donne le point de vue du syndicat des Jeunes agriculteurs.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
«Encourager à l’installation, oui, mais à condition qu’ils passent par le dispositif d’installation qui permet de sécuriser le parcours. Il s’agit d’un accompagnement économique et humain qui les amène à se former, les oblige à réfléchir à un plan d’entreprise sur 5 ans, avec un vrai prévisionnel. C’est une question de pérennité et il s’avère que 98 % des jeunes qui sont passés par là sont encore là 5 ans après. Sinon le taux d’abandon est important. Ce dispositif qui peut durer entre 1 et 3 ans est une opportunité, au-delà de l’aide financière à l’installation. Il n’y a pas d’aide spécifique pour les femmes mais il est vrai qu’elles doivent penser à d’autres paramètres que l’on peut résumer par vivabilité : combien de temps vais-je passer sur mon exploitation, comment vais-je me faire remplacer pendant une grossesse…  Cela permet de réfléchir au statut de l’exploitation et peut-être s’installer en association».
Si le statut des agricultrices évolue (il n’y avait que 8 % de femmes à la tête d’une exploitation en 1970, elles sont plus de 25 % aujourd’hui, le nombre de celles qui travaillent sans statut diminue, le Gaec entre époux est autorisé depuis 2010...), elles se heurtent encore au poids des traditions, de la méfiance des banques à la transmission familiale privilégiant les hommes. Elles doivent, encore plus que dans d’autres secteurs, tenir compte des tâches "dévolues" (dont s’occuper des enfants). Ce sont forcément des réflexions en plus à prendre en compte pour elles lorsqu'elles envisagent de s'installer.


Jeunes agriculteurs
1 rue des Coulots
21110 Bretenière

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr

Devenir surveillant de prison


février 2017
L'administration pénitentiaire recrute en ouvrant 2500 postes en 2017. Pour tout savoir, se préparer au concours et s'inscrire, c'est ici.
Voir tout