mai 2016

Coopilote, appui à la création d’activité

Cette coopérative regroupe environ 150 entrepreneurs. Particularité : ils ont le statut de salarié.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Ils sont menuisier, architecte, fabricant de décors, enseignant d’espagnol, conseillère en recherche de financement, graphistes. Des professions très différentes, mais un point commun : ils font tous partie de Coopilote, coopérative d’entrepreneurs dont ils sont salariés (1). Soit un double statut, qui permet de cumuler certains atouts : en tant qu’entrepreneur, l’autonomie ; comme salarié, un contrat de travail et une couverture sociale. Le salaire dépend de l’activité et chacun doit céder une partie de sa marge, mais ils sont unanimes : «On garde les avantages de l’indépendance, mais on est très accompagné.  Je m’étais renseigné sur d’autres aides pour entreprendre mais je pense qu’ici on est moins livré à nous-mêmes» résume Gabriel Martinez, créateur de Construisons logique à Lons. «Beaucoup d’éléments sont pris en charge : assurance, compta, gestion, ce qui nous laisse plus de temps pour nous consacrer à notre activité proprement dite» complète Jean-Yves Bouchet, créateur de "l’Atelier la Chignole" à Cressia pour fabriquer des décors pour le spectacle vivant.
Ils sont arrivés à Coopilote entre 2012 et 2015. Tous ont  commencé par une période d’accompagnement assorti de formations. «On est vraiment bien suivis et conseillés» soulignent-ils. «Nous avons notre propre siège mais aussi une adresse à Coopilote où l’on vient quand on veut. Il y a même un espace de coworking. C’est un peu particulier quand il faut expliquer aux fournisseurs que l’adresse de livraison diffère de celle de la facturation. Mais c’est un inconvénient léger par rapport aux avantages»
Indice que le concept plaît : Coopilote suit environ 150 entrepreneurs sur tout le territoire régional. Après Montbéliard et Besançon, la structure va ouvrir prochainement une antenne à Lons-le-Saunier. «Ca marche plutôt bien confirme Vincent Girard, le gérant. En 2015, nous avons connu une évolution positive du chiffre d’affaires de 30 à 40 %».
Effet concomittant, les entrepreneurs, loin d’être en concurrence, vivent  la situation dans une logique d’entraide  voire de mutualisation. «Au fil du temps, et à mesure que le nombre d'entrepreneur augmentait, la création de filières et de filiales s'est peu à peu imposée» lit-on sur le site de Coopilote qui annonce vouloir «favoriser les groupements, coopérations, alliances , etc…». Un pas qu’ont franchi Dorianne Noriega et Emmanuel Bertron, créateurs de  l’agence de graphisme "le Labo" à Avanne, en se regroupant également avec d’autres dans l’agence "la Ruche". «Elle regroupe plusieurs professionnels de la communication. On s'est tous rencontré à Coopilote». Une dizaine d’autres entrepreneurs ont monté un bureau d’études ingénierie du bâtiment afin de répondre plus facilement aux appels à projets. «Entre créateurs d’activités, on se côtoie ici et on se connaît plus facilement. On discute, on se fait travailler les uns les autres. Cela fait gagner du temps pour trouver des prestataires ou même des clients» ajoute Magali Vuillemin, architecte bisontine.
Tous signalent que le démarrage semble plus facile que pour une création d’entreprise type. «On peut rapidement démarrer l’activité, mais la nécessité d’avoir des résultats n’est pas si immédiate. On peut tester, changer. Et comme on l’a dit, l’aide administrative de Coopilote nous donne plus de temps pour nous consacrer à l’activité, à la prospection». Assez précieux quand on crée une activité d’aide aux associations à la recherche de financement comme l’a fait Céline Fleury avec "Lunaria". «Comme on est salarié, on cotise, de telle sorte que si l’activité s’arrête on a droit aux allocations chômage. Cela contribue également à nous rendre plus serein» complète Elsa Pignot, professeur d’espagnol à St-Claude (entreprise "Jeuparlespagnol").
Au terme de l’accompagnement, plusieurs choix s’offrent : poursuivre l’entreprise (ou non) et dans ce cas soit en devenant totalement  indépendant, soit en optant pour le statut d’entrepreneur associé de Coopilote.

S.P.
(1)
Coopilote accueille des créateurs d’activité dans les domaines suivants : bâtiment, espaces verts, formation, service aux personnes, communication, service aux entreprises.

En savoir plus
coopilote.com
0381954891

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Micro-entrepreneur


avril 2019
Comment créer une micro-entreprises ? L'essentiel à savoir sur le site du ministère de l'Economie.

Micro-entreprises et charges


avril 2019
Le régime des micro-entrepreneurs (anciennement auto-entrepreneurs) permet de bénéficier du régime micro-social. Pour en bénéficier, il faut avoir un chiffre d’affaires pour l'année 2018 inférieur à 170 000 € pour la vente de marchandises ; 70 000 € pour une prestation de services. Les taux de cotisations sociales varient entre 12,8 et 22 % selon le type d'activité (avec des taux spécifiques pour les bénéficiaires de l'Accre). En plus de ces cotisations, la contribution formation professionnelle s'échelonne de 0,1 à 0,3 % et la taxe pour frais de chambre consulaire de 0,015 à 0,48 %. +infos

Installations agricoles


octobre 2018
En Bourgogne-Franche-Comté, on recense environ 850 installations annuelles. Parmi elles, 350 sont le fait de femmes. Pour avoir un ordre d’idée, entre 2010 et 2014, 1300 agricultrices se sont installées à titres principal ou secondaire dans la région.

Transmission agricole


octobre 2018
Les chambres d’agriculture accompagnent la transmission d’exploitation. Le répertoire départ installation met notamment en relation exploitants et porteurs de projets. Pour ces derniers, les offres sont recensées sur repertoireinstallation.com. L’objectif est de favoriser la transmission plutôt que l’agrandissement et le renouvellement des générations (à l’heure actuelle, il varie entre 60 et 70 %). L’accompagnement réalisé vise également à mettre en adéquation les projets. Celle-ci passe par exemple par un stage de parrainage au sein de l’exploitation à reprendre.

Agriculture : aides aux jeunes


octobre 2018
La dotation jeunes agriculteurs  est une aide dont le montant est fixé au niveau régional (en moyenne en France, 27400 euros en 2017). Elle s’adresse aux agriculteurs de moins de 40 ans qui s’installent. Ces derniers bénéficient également d’exonération partielle et dégressive des cotisations sociales durant 5 ans et d’un accompagnement. Pour tout savoir sur les aides à l’installation, c'est ici. Pour constituer un dossier, s’adresser au point accueil installation de votre département.
Voir tout