avril 2019

«Faire réfléchir aux préjugés»

«Les Fabriques citoyennes» passaient cette année par la réalisation de documentaires courts. Des élèves de Baume-les-Dames et de Dijon ont voulu évoquer les parcours du cinéaste Amor Hakkar et du peintre Yan Pei Ming.
Photo Yves Petit
«Faire réfléchir aux préjugés» «Faire réfléchir aux préjugés» «Faire réfléchir aux préjugés»

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Sept février, studio de la Rodia à Besançon. Jean-Philippe Putaud-Michalski, réalisateur de Mandeure, enregistre une deuxième série de voix off après une session au Silex (Auxerre) et avant une 3e à Audincourt (Moloco). Elles serviront de commentaires aux 19 films d’ "Histoire(s) en court" réalisés par des élèves de collèges et lycées de toute la région.
Pour l’instant, c’est Maëva, 17 ans, qui enregistre. Elle lit le texte qu’elle et ses camarades de terminale gestion administrative ont écrit pour raconter l’histoire d’Amor Hakkar, cinéaste bisontin aux origines algériennes. L’exercice n’est pas facile, mais les conseils de Jean-Philippe Putaud-Michalski sont précis. Il lui fait répéter autant de fois qu’il le faut, pour trouver le ton juste. «Ne récite pas. La voix off, c’est un partage dont les nuances portent le film». «Pousse le son en prenant une grande respiration». «Cette phrase, il faut la dire en souriant car elle évoque ses bons souvenirs». «Là, ça doit être un peu plus rythmé». «Insiste sur "destin artistique" car c’est ce qui le définit». «Il faut appuyer sur "Franc-Comtois bisontin et Algérien berbère", c’est important, on est dans le sujet».
En enregistrant, Jean-Philippe Putaud-Michalski pense déjà au montage à venir du film de 2 mn. Maëva, elle, termine un travail entamé en début d’année avec ses camarades du lycée Jouffroy d’Abbans à Baume-les-Dames. «Ca m’a plu, mais je ne pensais pas que ce serait si compliqué. Une bonne expérience».  Laura, l’une de ses camarades qui  l’a accompagnée pour la séance dessine un bilan positif de l’ensemble. «On ne connaissait pas Amor Hakkar et on a découvert quelqu’un de très sympa. Il était disponible, il est venu nous rencontrer au lycée. On a découvert des choses qu’on ne pensait pas, par exemple les bidonvilles aux Founottes. Son histoire inspire le respect, il est parti de rien pour arriver à ce qu’il voulait faire, des films. Cela peut faire réfléchir ceux qui ont des préjugés». 

   «Passer par le sensible
   et non la théorie»


C’est la première fois que Lyse Mahieu, prof de lettres et histoire et Roland Duflot, documentaliste, décident d’inscrire des élèves aux "Fabriques citoyennes". «J’ai toujours été sensible à cette thématique dit la première. Participer peut avoir un grand intérêt dans un lycée professionnel en milieu rural où les discriminations sont peut-être plus présentes… Rencontrer quelqu’un issu de la diversité permet de passer par le sensible et non la théorie. Sa personnalité, son parcours exemplaire peuvent aider à casser les préjugés. Quand Amor Hakkar est venu au lycée, c’était un temps fort».
Comme tous les autres participants, les élèves ont dû respecter certaines consignes : bâtir un court métrage à partir d’images d’archives et de leurs propres recherches avec uniquement un commentaire en voix off. Un très bon exercice selon Manuelle Desbrières, prof de français du collège Carnot, à Dijon, qui s’est intéressée avec ses élèves au peintre Yan Pei Ming. «L’aspect très positif du dispositif est le côté concret. C’est gratifiant pour les élèves de construire quelque chose, d’oser. Même si ça demande du temps, ça vaut le coup». Ceux de Carnot ont eu l’agrément d’être reçus par le peintre dans son atelier. «Il a été très disponible, nous a montré ses œuvres» raconte Louis, chargé de la voix off du groupe. La présence à leurs côtés d’Etienne, professeur stagiaire de 23 ans qui a l’avantage d’être passé par une école d’audiovisuel à Nice, leur permet d'aller plus loin dans la démarche. ils ont beaucoup filmé. Des séquences qu’ils ne pouvaient utiliser pour "les Fabriques citoyennes" en raison du format imposé. Mais ce n’est pas perdu : ils envisagent d’en faire un documentaire plus long. «Tous ces jeunes ont fait un travail d’enquête, de recherche d’archives, d’écriture souligne Jean-Philippe Putaud-Michalski. Et à mon avis, ça les a éveillés».

Stéphane Paris
En savoir plus
Les Fabriques citoyennes BFC sont une initiative du réseau information jeunesse de Bourgogne-Franche-Comté qui sensibilise, chaque année sous une forme différente, les élèves de la région aux discriminations. Elles sont soutenues par la DRDJSCS de Bourgogne-Franche-Comté.

lesfabriquescitoyennes-bfc.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Maison de l’Europe


avril 2019
Centre d’information et de ressources sur l’Union européenne, la Maison de l’Europe a pour mission de mieux faire connaître l'Union européenne, ses institutions, ses programmes et financements, son actualité. Elle la réalise au moyen de documentation disponible sur ses 2 sites de Besançon et Dijon mais aussi d’actions diverses notamment en milieu éducatif : interventions dans les écoles, expositions, simulations de parlement européen avec les élèves…
Maison de l'Europe en Bourgogne-Franche-Comté : 26 D rue de la République à Besançon (0381212955) et 37 boulevard  de la Trémouille à Dijon (0380306788), bfc-europe.eu.

"Fabriques citoyennes BFC"


avril 2019
Les "Fabriques citoyennes BFC" sont une initiative du réseau information jeunesse de Bourgogne-Franche-Comté qui sensibilise, chaque année sous une forme différente, les élèves de la région aux discriminations. Elles sont soutenues par la DRDJSCS de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabriques citoyennes 2019 : 19 films


avril 2019
19 établissements scolaires ont décidé de participer aux "Fabriques ciotyennes" cette année. Leurs élèves ont réalisé 19 documentaires à base d'archives sur les personnalités issues de l’immigration suiantes :
Lycée professionnel des métiers Vauban (Auxerre) : François Solano, footballeur, résistant, potier et maire.
Lycée professionnel Jouffroy d’Abbans (Baume-les-Dames) : Amor Hakkar, cinéaste.
Lycée des métiers Denis Diderot (Bavilliers) : Raymond Forni, homme politique.
Lycée Louis Pergaud (Besançon) : Fatima Demougeot, ouvrière.
Lycée Ledoux (Besançon) : Rassoul Altamirov, lutteur.
Collège Herriot (Chenôve) : Sonia Rolland, miss France.
Lycée agricole Granvelle (Dannemarie-sur-Crête) : Naemon Rahal, musicien.
Collège Maurice Genevois (Decize) : Evariste Hitayezu, prêtre.
Lycée des métiers Hyppolite Fontaine (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée Simone Weil (Dijon) : Encarnacion Fuentes, ouvrière.
Collège Carnot (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée professionnel Jacques Prévert (Dole) : Carole Desmarais, peintre.
Collège Louis Pergaud (Faverney) : Jean Morossof, immigré russe.
Collège Albert Jacquard (Lure) : Kiffin Yates Rockwell, aviateur.
Lycée Germaine Tillon (Montbéliard) : Dita Parlo, actrice.
Lycée technique Alain Colas (Nevers) : Aspirante Lisette, résistante.
Collège Pasteur (Saint-Rémy) : les tirailleurs algériens.
Lycée Pré Saint Sauveur (Saint-Claude) : Rosine Schiari, résistante.
Lycée les Haberges (Vesoul) : Enzo Franchi, marchand ambulant.
Pour voir les films, des ciné-rencontres sont organisées dans la région. Infos sur lesfabriquescitoyennes-bfc.fr

Habits responsables


février 2019
A Besançon, l'organisme de psychiatrie citoyenne les Invités au festin ont ouvert une nouvelle boutique de vêtements neufs responsables et solidaires : «Fil&Cie, boutique porteuse de sens» rassemble des marques de vêtements engagées et des accessoires upcyclés fabriqués sur place. S'ajoutant aux autres activités d’insertion sociale et citoyenne de personnes en souffrance psychique, elle permet de créer des emplois pour ces personnes en proposant au public des jeans en coton bio, des créations "Made in sens" et des produits textiles issus de récupération. Boutique ouverte 42 rue de Belfort du mardi au samedi. +infos

Restos du coeur


janvier 2019
Jusqu'au 31 mars, la carte Avantages jeunes invite ses détenteurs à aider les plus démunis en faisant un don matériel aux Restos du coeur. Un double geste puisque ce don (jeu, jouet, equipement pour bébé, soin du corps, vêtement enfant) sera accompagné de repas financés par le Crédit Mutuel et la Région Bourgogne-Franche-Comté.
Voir tout