décembre 2018

Il n’y a pas de petits gestes s’ils sont multipliés par des millions

Certains sont connus, d’autres moins. Si l’on considère l’état de la planète, le moindre a son importance. Liste non exhaustive d’écogestes faciles.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Généralités
Se demander si l’on est sûr d’avoir besoin du produit, du vêtement que l’on s’apprête à acheter ou du déplacement que l’on s’apprête à faire
Choisir quand c’est possible des modes de consommation qui passent par l’emprunt, l’échange, le recyclage, le don ou la revente. Recycler, donner, échanger ou vendre plutôt que jeter
Eviter de suréquiper ou de renouveler trop souvent appareils, vêtements, etc.
Se fier au label Ecolabel européen qui indique un produit minimisant l’impact sur l’environnement
Eviter les emballages
Produire moins de déchets dont le traitement engendre des émissions de gaz à effet de serre : trier, composter, réutiliser, éviter les produits jetables

Habitat
Tenir compte des critères énergétiques dans le choix d’un logement
Choisir un appareil électrique en fonction de sa consommation
Débrancher plutôt que laisser allumer ou en veille ou éteint mais branché
Ne pas laisser un appareil en charge quand il a atteint 100 %
Diminuer la consommation d’énergie (c’est-à-dire diminuer toutes les consommations : chauffage, eau chaude…)
Eteindre la lumière en sortant d’une pièce

Transport
Diminuer les déplacements motorisés et le cas échéant privilégier les transports en commun
Privilégier l’escalier à l’ascenseur, la marche à l’automobile quand c’est possible

Vêtements
Conserver les vêtements le plus longtemps possible
Plutôt que les jeter, apportez-les à un point d’apport (site lafibredutri.fr)
Privilégier le coton biologique

Alimentation
Ne pas acheter trop pour ne pas avoir à jeter
Ne pas choisir des fruits et légumes en fonction de leur apparence (ceux qui sont hors calibre ou difformes sont aussi bons) mais plutôt de leur mode de production. Choisir ceux de saison. Une tomate sous serre a une empreinte carbone au moins dix fois plus élevée que si elle est cultivée en plein air).
Plus un produit est transformé, emballé, réfrigéré plus il génère d’impact.
Consommer moins de viande ou de poisson, qui ont plus d’impact que les céréales. Toutefois, la volaille a une empreinte carbone bien moindre que le porc qui est lui-même en deça du bœuf.

Numérique
Mieux vaut envoyer un lien hypertexte ou URL qu’une pièce jointe
Nettoyer régulièrement sa boîte mail pour alléger les data centers et le travail de votre équipement informatique
Le savez-vous ?
Le thème de l’empreinte écologique est parfois sujet à idées fausses. En voici 6.
Les kilomètres domicile-travail représentent la majeure partie des déplacements. Faux, c’est plutôt un quart.
Les progrès techniques sur les véhicules sont le principal gisement de réduction d’impact environnemental. C’est peut-être vrai à long terme, et encore sans connaître les nouveaux problèmes liés aux nouvelles solutions, mais dans l’immédiat l’augmentation du taux de remplissage des véhicules est beaucoup plus efficace
Un yaourt a un fort impact environnemental parce qu’il a parcouru 9000 km cumulés. En fait, l’impact environnemental dépend de la masse transportée et du mode. Le trajet domicile-magasin représente une part souvent majoritaire de cet impact ! Exemple : la consommation de gasoil par kg de produits est identique pour un trajet en voiture individuelle de 10 km avec 30 kg de courses et un trajet de 800 km en camion avec 15 tonnes de produits.
Réduire l’empreinte liée aux vêtements passe d’abord par l’achat d’une machine à laver efficace. En réalité l’impact environnemental des vêtements est surtout dû à leur fabrication et à leur élimination.
L’obsolescence programmée est une pratique à combattre. Certainement, mais de nombreux biens sont jetés alors qu’ils fonctionnent toujours ou peuvent être réparés.
Le numérique réduit l’impact environnemental. Pas si évident. Par exemple un livre a un impact carbone d’1 kg, un livre numérique de 240.
Source : Ademe

En savoir plus
De nombreuses autres recommandations existent sur ademe.fr, ecocitoyens.es.fr, ecogeste.fr, particuliers.engie.fr, vedura.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?


décembre 2018
L’équivalent carbone est une unité de mesure permettant de quantifier l’impact d’une activité ou d’un objet sur le climat. Le dioxyde de carbone a été choisi comme étalon parce qu’il est le principal gaz à effet de serre. Cet indicateur a été adopté dans le monde entier. La mesure de l’empreinte carbone d’un objet inclut les matières premières utilisées, la fabrication, l’acheminement, la distribution, l’utilisation les déchets générés. Exemples (approximatifs car l’empreinte dépend aussi de l’utilisation, de la durée, du conditionnement…) : Smartphone : environ 20 kg de CO2. Micro-onde : 15 kg. Réfrigérateur 250 l : environ 35 kg. Ecran d’ordinateur : environ 40 kg. Ordinateur fixe : de 29 à 66 kg. Télévision: 47 à 55 kg. 1 m3 d’eau utilisée : 0,04 tonne de CO2 10 kg de déchet : 0,01 tonne. 1 kg de poulet 3,6 kg de CO2. 1 kg de porc 11,2 kg. 1 kg de viande bœuf 28,1 kg. 1 kg de fruits et légumes 650 g.

Transports et empreinte carbone


décembre 2018
De manière générale, le logement, le transport et l’alimentation génèrent les ¾ de l’empreinte carbone des particuliers. Le cas du transport est compliqué. Difficile de donner des chiffres tant ils varient d’une source à l’autre et d'un mode de calcul à l'autre. Ce dernier dépend de nombreux paramètres tels que le carburant, la distance (une voiture consomme beaucoup plus au démarrage), le nombre de passagers, la spécificité du véhicule. Mais tous sont unanimes en ce qui concerne le classement qui placent le ferry, l’avion et la voiture (avec la palme aux 4x4) comme de très gros producteurs de CO2. A l’opposé, le train et notamment le TGV sont de très loin les moins responsables d’émissions. A la limite peu importe. La question est désormais moins celle du choix des moyens de transport que de leur diminution.

Développement durable : l'exemple du smartphone


décembre 2018
Cet objet est devenu un symbole de consommation mais aussi de la question du développement durable. Parce qu’il pose question à toutes les étapes, l'extraction des matières premières, la fabrication des composants, les transports étant les plus polluantes. Et parce que la tendance est de les renouveler souvent, sans autre raison que l’attrait de l’objet plus neuf. Pour réduire les impacts de ces appareils sur l'environnement, il faut allonger leur durée de vie, en s'en servant plus longtemps, en choisissant des smartphones réparables, qui peuvent être utilisés plusieurs années, en achetant d’occasion, en revendant ou donnant plutôt qu’en jetant.

Qu’est-ce qu’un insecte ?


juin 2015
De façon courante (et abusive en zoologie), on appelle insecte tout animal très petit. En réalité, il faut plutôt parler d’arthropodes dont la définition correspond à ce que l’on entend en général par insecte. A titre d’exemple, les araignées ne sont pas des insectes mais des arachnides et les tiques des acariens. Les arthropodes représentent 80 % de toutes les espèces animales.
Les insectes sont une partie des arthropodes : des invertébrés dont le corps est constitué de 3 segments, une tête, un thorax avec 3 paires de pattes et un abdomen. 

sigogne.org


mai 2015
A consulter pour les amateurs de nature : le portail collaboratif de la biodiversité en Franche-Comté.
Voir tout