juin 2018

Je suis dessinateur de presse

Découverte du métier de dessinateur avec Martin Vidberg, 38 ans, qui vit et travaille dans le Doubs pour des journaux tels que le Monde ou l'Equipe.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Il est un poil trop âgé pour bénéficier des privilèges de la carte avantages jeunes. Mais assez branché pour croquer l’actu avec talent, d’autant plus que les politiques et les sportifs, ses cibles favorites, rivalisent d’imagination pour lui servir des idées sur un plateau. A propos de plateau, celui… d’Amancey est son "chez-lui", loin de l’agitation médiatique parisienne.

Parcours et formation
Il n’est pas nécessaire de faire les Beaux-Arts pour devenir dessinateur de presse. J’ai appris le dessin sur le tas. Après un bac littéraire, j’ai intégré la fac de géo puis l'IUFM pour devenir professeur des écoles. En 2011, j’ai décidé de vivre de ma  passion, le dessin.

Le métier au quotidien
Je travaille depuis chez moi, pour différentes sociétés privées (Air  France, Vinci…) quand elles ont besoin d’illustrations pour leur magazine d’entreprise. Travailler à domicile, c’est un confort de vie, mais il faut savoir se  détacher de la vie familiale. Un moment donné, ça m’est arrivé d’aller travailler dans un café…  Je suis également et surtout dessinateur de presse. Je dois produire pour les quotidiens Le Monde et L’Equipe, où nous alternons à quatre, avec Faro, Lasserpe et Soulcié.

Un modèle ?
Je suis issu de la BD. J’apprécie particulièrement le travail de Lewis Trondheim.

La méthode
Je ne pense pas être particulièrement doué. En fait, mon boulot consiste à être curieux, à regarder ce qu’il se passe, à me tenir au courant, à écouter ce que disent les gens. Et il faut avoir envie de partager. Le dessin de presse, c’est un entraînement. Pour l’Equipe, je réfléchis sur  les sujets possibles, je vais sur  les sites de sport,  je compile les titres et je me fais un brainstorming tout seul. Souvent, j’essaie de recouper deux infos : par exemple, il y a quelques semaines, la fameuse "bicyclette" de Cristiano Ronaldo et celle de Sagan vainqueur de Paris-Roubaix quelques jours plus tard.

La rémunération
Ce n’est pas un métier qui permet de rouler sur l’or. Un dessin de presse est rémunéré entre 100 et 300 euros. Nous sommes payés soit sous forme de piges, à intégrer dans les salaires, soit en droits d’auteurs.

Un conseil pour un jeune qui veut se lancer ?
Il faut travailler évidemment et se créer un style, car on ne naît pas avec. Et puis il y a des codes à acquérir. Aujourd’hui, les jeunes ont la chance d’avoir beaucoup d’outils pour faire connaître leur travail, de pouvoir publier sur le net facilement pour avoir de la lisibilité : réseaux sociaux, blogs, chaîne Youtube…

Un souhait, un rêve…
Je suis très content de ce que je fais, même si ça me plairais de travailler pour la presse régionale. Je ne recherche rien d’autre en termes de notoriété.

Recueilli par Christophe Bidal
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr

Devenir surveillant de prison


février 2017
L'administration pénitentiaire recrute en ouvrant 2500 postes en 2017. Pour tout savoir, se préparer au concours et s'inscrire, c'est ici.
Voir tout