juillet 2018

«Le réseau IJ a toute sa place dans les politiques jeunesse»

Après 12 ans en tant que président du Centre régional d’information jeunesse de Franche-Comté, Abdel Ghezali a décidé de passer la main. Après s’être assuré que la fusion avec le Crij de Bourgogne soit effective.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Qu’est ce qui vous vient à l’esprit au moment de tirer le bilan de ces 12 années au Crij ?
Cela a représenté une belle rencontre humaine collective avec des femmes et des hommes au service de la jeunesse franc-comtoise. Cela ne concerne pas seulement le Crij dont j’étais président, mais aussi l’ensemble du réseau information jeunesse déployé sur tout le territoire franc-comtois. Que ce soit en Haute-Saône, dans le Jura, dans le Territoire de Belfort ou dans le Doubs, ce réseau assure une vraie mission de service public à disposition des jeunes et de leurs parents.

En tant que responsable politique, considérez-vous que l’info jeunesse a encore un rôle à jouer aujourd’hui ?
Au-delà du Crij, j’estime que les missions de service public sont importantes et que dans ce cadre, il y a des structures associatives qui sont de vrais partenaires des collectivités pour les mener à bien. Les collectivités locales ne peuvent pas tout gérer seules. Dans la région, nous avons la chance d’avoir des associations qui répondent présent. Le Crij en fait partie ; il a toute sa place. Son expérience est utile pour accompagner les politiques jeunesse et être un relais entre les collectivités et le grand public. C’est pourquoi il était important pour moi de partir une fois la fusion effective et actée et non pas avant, avec le risque de laisser la structure dans une situation de fragilité.

Le réseau IJ est un outil au service des jeunes. Avez-vous un message à leur adresser ?
Même s’ils ont des centres d’intérêt importants en matière de sport, de loisirs, de culture, j’ai bien conscience que l’accès à l’emploi est difficile et demeure la principale préoccupation. Dans cette optique, les structures telles que le Crij doivent continuer à travailler, pas seules mais en partenariat, pour faciliter les accès aux stages, à l’apprentissage, à la formation. Les rencontres jobs conduites sur l’ensemble du territoire avec des partenaires tels que les missions locales montrent que l’on peut réaliser des actions communes efficaces et qu’il faut essayer de répondre ensemble à une problématique qui concerne les jeunes, mais pas seulement. Je pense que le rôle du réseau IJ est d’être une interface entre les collectivités, les professionnels de l’emploi et les jeunes.

Personnellement, êtes-vous satisfait de ces 12 années ?
Etre président, c’est être bénévole aussi ai-je pu avoir parfois le regret de ne pas être aussi présent que je l’aurais souhaité. On aimerait aussi souvent que les choses avancent plus vite. Mais cela a été enrichissant avec de nombreuses réussites. Et j’aimerais ajouter que ces réussites sont passées par le Conseil régional et notamment sa présidente, Marie-Guite Dufay, qui a toujours cru au Crij et à ses compétences. Or se sentir soutenu est essentiel. On peut avoir toutes les idées qu’on veut, elles sont inutiles si on n’a pas les moyens de les mettre en œuvre.

Recueilli par SP
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Fabriques citoyennes 2019 : 19 films


avril 2019
19 établissements scolaires ont décidé de participer aux "Fabriques ciotyennes" cette année. Leurs élèves ont réalisé 19 documentaires à base d'archives sur les personnalités issues de l’immigration suiantes :
Lycée professionnel des métiers Vauban (Auxerre) : François Solano, footballeur, résistant, potier et maire.
Lycée professionnel Jouffroy d’Abbans (Baume-les-Dames) : Amor Hakkar, cinéaste.
Lycée des métiers Denis Diderot (Bavilliers) : Raymond Forni, homme politique.
Lycée Louis Pergaud (Besançon) : Fatima Demougeot, ouvrière.
Lycée Ledoux (Besançon) : Rassoul Altamirov, lutteur.
Collège Herriot (Chenôve) : Sonia Rolland, miss France.
Lycée agricole Granvelle (Dannemarie-sur-Crête) : Naemon Rahal, musicien.
Collège Maurice Genevois (Decize) : Evariste Hitayezu, prêtre.
Lycée des métiers Hyppolite Fontaine (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée Simone Weil (Dijon) : Encarnacion Fuentes, ouvrière.
Collège Carnot (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée professionnel Jacques Prévert (Dole) : Carole Desmarais, peintre.
Collège Louis Pergaud (Faverney) : Jean Morossof, immigré russe.
Collège Albert Jacquard (Lure) : Kiffin Yates Rockwell, aviateur.
Lycée Germaine Tillon (Montbéliard) : Dita Parlo, actrice.
Lycée technique Alain Colas (Nevers) : Aspirante Lisette, résistante.
Collège Pasteur (Saint-Rémy) : les tirailleurs algériens.
Lycée Pré Saint Sauveur (Saint-Claude) : Rosine Schiari, résistante.
Lycée les Haberges (Vesoul) : Enzo Franchi, marchand ambulant.
Pour voir les films, des ciné-rencontres sont organisées dans la région.; Infos sur lesfabriquescitoyennes-bfc.fr

Habits responsables


février 2019
A Besançon, l'organisme de psychiatrie citoyenne les Invités au festin ont ouvert une nouvelle boutique de vêtements neufs responsables et solidaires : «Fil&Cie, boutique porteuse de sens» rassemble des marques de vêtements engagées et des accessoires upcyclés fabriqués sur place. S'ajoutant aux autres activités d’insertion sociale et citoyenne de personnes en souffrance psychique, elle permet de créer des emplois pour ces personnes en proposant au public des jeans en coton bio, des créations "Made in sens" et des produits textiles issus de récupération. Boutique ouverte 42 rue de Belfort du mardi au samedi. +infos

Restos du coeur


janvier 2019
Jusqu'au 31 mars, la carte Avantages jeunes invite ses détenteurs à aider les plus démunis en faisant un don matériel aux Restos du coeur. Un double geste puisque ce don (jeu, jouet, equipement pour bébé, soin du corps, vêtement enfant) sera accompagné de repas financés par le Crédit Mutuel et la Région Bourgogne-Franche-Comté.

116 006


décembre 2018
Le numéro d’aide aux victimes qui permet à toute personne qui s’estime victime d’une infraction (atteintes aux biens, aux personnes, accidents de la circulation, événements collectifs, attentats) ou d’une catastrophe naturelle d’être aidée par un professionnel de manière anonyme. Les Français à l’étranger y ont accès en composant le 0033180523376. Le 116 006 est gratuit ouvert 7 jours sur 7, 365 jours par an, de 9 h à 19 h. Ses missions sont d’accueillir et diriger toutes les victimes vers le réseau associatif d’aide aux victimes et les services spécialisés, mais également de diriger les victimes d’actes de terrorisme et d’accidents collectifs vers les numéros et structures d’information et de prise en charge spécialement mis en place par les pouvoirs publics.

Médi'coeur


novembre 2018
Dans le cadre d'un projet scolaire de mini-entreprise, des élèves de 3e du collège Abel-Minar à Tonnerre se sont lancés dans l'élaboration de Médi'coeur, avertisseur de prise de médicaments. Un projet solidaire en faveur des personnes âgées, sur lequel ils planchent 3 h par semaine.
Voir tout