mai 2019

«Les filles peuvent aller très loin !»

A l’approche de la Coupe du monde, organisée pour la première fois en France, notre arbitre internationale Florence Guillemin croit à une performance des Bleues.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Elle n’a pas été appelée pour le grand rendez-vous planétaire du foot féminin mais Florence Guillemin, qui se définit elle-même comme «plutôt en fin de carrière», est une personnalité qualifiée pour appréhender la Coupe qui monde qui se déroulera en France du 7 juin au 7 juillet. Aujourd’hui, à 38 ans, avec des centaines de matches au compteur, dont notamment 25 désignations internationales et 4 finales de Coupe de France à son palmarès, elle partage ses week-ends entre les rencontres de D1 féminines, où elle officie depuis 2003, et celles de National 3 garçons. «J’ai vu le foot féminin évoluer. Le niveau des joueuses est monté, les clubs se professionnalisent, les enjeux financiers sont plus importants. Donc les  comportements changent, c’est normal. Sur le terrain, ça devient plus tendu.»
Une seule arbitre française a été retenue pour la Coupe du monde : Stéphanie Frappart, qui a fait le buzz le 28 avril dernier en devenant la toute première arbitre femme à officier au centre sur une rencontre de Ligue 1 masculine, Amiens-Strasbourg. «Je n’ai pas de regret, assure Florence, prof d’anglais en collège, Stéphanie est la numéro 1 française et sur les 18 meilleures arbitres d’Europe, ils n’en prenaient que 7… De toute façon, ç’a aurait été impossible de me libérer».
Puisqu’elle n’est pas partie prenante, se risquerait-elle à un pronostic ? «Si vous m’aviez demandé il y a 2 ans, j’aurais répondu "aucune chance pour les Bleues". Mais là, j’y crois ! A domicile, dans des stades pleins acquis à leur cause, les filles peuvent aller très loin. On a un bon milieu de terrain, avec par exemple la capitaine Amandine Henry. Devant, Eugénie Le Sommer ou Kadidiatou Diani peuvent faire des différences.» Elle y croit tellement que son billet pour la finale du 7 juillet programmée à Lyon est déjà en poche.

   Le foot féminin change

D’ici là, elle supportera les filles depuis son canapé comme un spectateur lambda, avant peut-être d’en retrouver certaines sur les terrains de D1 la saison prochaine. «Mais c’est de plus en plus difficile. Les joueuses sont maintenant presque toutes pros, et nous, nous continuons à officier en plus de notre activité professionnelle.» 22 ans après son tout premier match, un certain PTT Besançon-Thise, on sent poindre un brin de lassitude, qui s’estompe immédiatement à l’évocation de son activité chez les garçons, avec ses copains. «Je ne pourrais pas me préparer seule. J’adore retrouver mon groupe d’entraînement, trois fois par semaine,  au stade Léo Lagrange de Besançon. Un groupe de tous niveaux et de tous âges géré par Julien Aubé, fédéral assistant 1.»
Une autre mission la passionne : l’accompagnement des jeunes. «Je suis particulièrement la Baumoise Solène Gombik, qui possède toutes les qualités : elle est intelligente, elle ose, elle a le bon discours et sent très bien le jeu car elle joue elle-même.»

Christophe Bidal
Deux «régionales» en Coupe du monde


Elles seront deux à représenter la Bourgogne-Franche-Comté à la Coupe du monde, d’une manière différente : par ordre d’apparition à l’écran le 2 mai dernier sur TF1, devant 5 millions de téléspectateurs, Solène  Durand, 24 ans, gardienne de but, et Elise Bussaglia, milieu de terrain, 33 ans. Un océan d’expérience les sépare mais elles vivront ensemble ce qui pourrait constituer la plus grande aventure de l’histoire du foot féminin français.
La première nommée est néophyte et sans grande expérience de la haute compétition, bien qu’ayant fréquenté toutes les sélections chez les jeunes, de U16 à U20. Elle née à Saint-Rémy (71) et a évolué à Varennes-le-Grand (71) de 6 à 12 ans et à Chatenoy-le-Royal (71) de 12 à 15 ans, avant de rejoindre Montpellier puis Guingamp, son club actuel. Sa mission, a priori : se tenir prête en cas de coup dur de Sarah Bouhaddi, titulaire du but bleu.
La seconde est un monument. 186 sélections chez les A, 29 buts, titre de meilleure joueuse de D1 en 2011, un vécu incomparable, des titres à foison au fil de ses séjours dans les plus grands clubs (Montpellier, PSG, Lyon, Wolfsbourg, Barcelone). Originaire de Sedan (08), elle a rejoint le Dijon FCO en décembre dernier. Ce mondial en France constituera sans doute le dernier gros challenge de son immense carrière. Il y a pire comme baisser de rideau.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Canoë-kayak marathon


mai 2019
Cette année, les championnats d'Europe de marathon de canoë-kayak sont organisés à Decize du 22 au 28 juillet. Sports et animations la journée, musique en soirée (5 concerts gratuits). En savoir plus.

Golf, bienvenue au club


mai 2019
Putter, green, eagle. Si ces mots ne vous disent rien c'est que vous ne connaissez rien au golf. Ne vous inquiétez pas, il n'est pas trop tard ! Du 10 mai au 16 juin, les 48 golfs Bluegreen (dont celui de Quetigny et de Parcey) vous propose 2h d'initiation entièrement gratuite. Il suffit d'amener une paire de baskets et votre bonne humeur ! Pour plus d'informations, rendez vous ici

77 %


novembre 2017
C'est le pourcentage des Français qui disent avoir une activité sportive, selon une enquête Harris menée en octobre 2017. Parmi eux, 47 % citent la marche/randonnée, 20 % le fitness/musculation (cette pratique arrive en tête chez les moins de 35 ans) et 18 % la natation.

Pratique sportive régionale


novembre 2017
En 2017, la Bourgogne-Franche-Comté compte 626 155 licenciés. Les 5 sports les plus représentés : football (94 209), tennis (32 836), équitation (31 481), judo (25 088) et handball (22 840). Il y a également quelques licenciés en polo (7) et en char à voile, rugby à XIII et pelote basque (moins de 5 pour ces disciplines cependant).

Vélos


mai 2017
La Franche-Comté est un lieu de prédilection pour la pratique, qu’elle soit sportive, de loisirs ou en randonnée, en VTT ou en cyclotourisme. Le Comité régional du tourisme publie un guide pratique avec les itinéraires, les infos essentielles et les sites cyclables incontournables comme la véloroute Charles le Téméraire, le tour du Jura à vélo, la Grande traversée du Jura, l’Eurovélo 6. Infos sur velo.franche-comte.org
Voir tout