décembre 2018

«Les gouttes d’eau finissent par devenir des mers»

Le développement durable est l'affaire de tous. Un entretien avec Blandine Aubert, directrice régionale de l’Ademe Bourgogne-Franche-Comté.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le développement durable est au cœur des préoccupations  de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Elle met son expertise au service des entreprises, des pouvoirs publics mais aussi des particuliers. Sur son site, on peut lire : «L'avenir de notre planète passe par une société de la sobriété et par la responsabilisation des acteurs. Tous les enjeux sont interdépendants : énergie, déchets, qualité de l'air, préservation des ressources...» Blandine Aubert, directrice de l'organisme en Bourgogne-Franche-Comté prolonge ce point de vue.

Pensez-vous que la sensibilisation du grand public aux thèmes liés au réchauffement climatique est en bonne voie ?
Oui, mais ça ne va pas assez vite. Le sujet a pris une place importante dans les médias. On ne peut plus écouter les journaux sans avoir au moins un sujet sur l’environnement. La prise de conscience augmente mais le plus difficile c’est le passage à l’action. Il n’est pas évident de revenir sur les habitudes prises. La consommation des ressources naturelles a été multipliée par 10 au siècle dernier et l’évolution est exponentielle. On sait qu’il est impossible de continuer à suivre la courbe. Nous sommes obligés de changer de modèle de développement, ce qui remet en cause notre vision du monde établie depuis les années 50.

Pensez-vous que les jeunes sont plus sensibles à ces questions ?
Oui, mais ils sont aussi très sensibles aux messages d’incitation à la consommation et ils zappent vite. Dans certains domaines comme la voiture, leur comportement est différent des générations d’avant. J’ai l’impression qu’ils sont moins attachés à la propriété d’une voiture personnelle. Mais dans d’autres comme les smartphones, ils sont beaucoup plus consommateurs.

Certains ne savent pas ce qu’ils peuvent faire, d’autres pensent que les petits gestes de particuliers sont une goutte d’eau. Il y a aussi une part de déni ou d’incrédulité.
C’est vrai que toute la population n’est pas convaincue. Pourtant, chacun peut agir. Les petits gestes ont un impact, pas seulement sur l’environnement mais aussi sur les dépenses de chacun. On peut être plus sobre dans la consommation, utiliser au maximum ce qui ressort des ressources renouvelables. Aujourd’hui encore, une majorité des automobiles se déplacent avec un seul passager. Le covoiturage est assez facile à pratiquer. Dans tous les domaines, chacun peut agir : les modes de déplacement, le logement, l’alimentation, l’habillement… Manger des fruits de saison, être attentif aux écolabels est à la portée de tous. Et plus il y a de monde plus il y a un impact sur les entreprises. On le voit avec le développement du bio, qui répond à une demande. En allant plus loin, les particuliers peuvent aussi interpeller les fabricants, s’investir dans des collectifs comme on peut le voir dans le domaine des énergies renouvelables. Si on cumule l’ensemble, les gouttes d’eau finissent par devenir des mers.

On peut être découragé quand on voit que des grands pays abandonnent la lutte contre le réchauffement.
Cela ne veut pas dire que l’ensemble du pays suit le mouvement. Aux Etats-Unis, des grandes villes ont choisi de rester dans l’accord de la Cop 21. Il n’y a pas que les Etats, il y a aussi les entreprises, les collectivités et les citoyens.  Chaque acteur a un bout de la solution.

Recueilli par Stéphane Paris



www.ademe.fr
En savoir plus
ademe.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?


décembre 2018
L’équivalent carbone est une unité de mesure permettant de quantifier l’impact d’une activité ou d’un objet sur le climat. Le dioxyde de carbone a été choisi comme étalon parce qu’il est le principal gaz à effet de serre. Cet indicateur a été adopté dans le monde entier. La mesure de l’empreinte carbone d’un objet inclut les matières premières utilisées, la fabrication, l’acheminement, la distribution, l’utilisation les déchets générés. Exemples (approximatifs car l’empreinte dépend aussi de l’utilisation, de la durée, du conditionnement…) : Smartphone : environ 20 kg de CO2. Micro-onde : 15 kg. Réfrigérateur 250 l : environ 35 kg. Ecran d’ordinateur : environ 40 kg. Ordinateur fixe : de 29 à 66 kg. Télévision: 47 à 55 kg. 1 m3 d’eau utilisée : 0,04 tonne de CO2 10 kg de déchet : 0,01 tonne. 1 kg de poulet 3,6 kg de CO2. 1 kg de porc 11,2 kg. 1 kg de viande bœuf 28,1 kg. 1 kg de fruits et légumes 650 g.

Transports et empreinte carbone


décembre 2018
De manière générale, le logement, le transport et l’alimentation génèrent les ¾ de l’empreinte carbone des particuliers. Le cas du transport est compliqué. Difficile de donner des chiffres tant ils varient d’une source à l’autre et d'un mode de calcul à l'autre. Ce dernier dépend de nombreux paramètres tels que le carburant, la distance (une voiture consomme beaucoup plus au démarrage), le nombre de passagers, la spécificité du véhicule. Mais tous sont unanimes en ce qui concerne le classement qui placent le ferry, l’avion et la voiture (avec la palme aux 4x4) comme de très gros producteurs de CO2. A l’opposé, le train et notamment le TGV sont de très loin les moins responsables d’émissions. A la limite peu importe. La question est désormais moins celle du choix des moyens de transport que de leur diminution.

Développement durable : l'exemple du smartphone


décembre 2018
Cet objet est devenu un symbole de consommation mais aussi de la question du développement durable. Parce qu’il pose question à toutes les étapes, l'extraction des matières premières, la fabrication des composants, les transports étant les plus polluantes. Et parce que la tendance est de les renouveler souvent, sans autre raison que l’attrait de l’objet plus neuf. Pour réduire les impacts de ces appareils sur l'environnement, il faut allonger leur durée de vie, en s'en servant plus longtemps, en choisissant des smartphones réparables, qui peuvent être utilisés plusieurs années, en achetant d’occasion, en revendant ou donnant plutôt qu’en jetant.

Qu’est-ce qu’un insecte ?


juin 2015
De façon courante (et abusive en zoologie), on appelle insecte tout animal très petit. En réalité, il faut plutôt parler d’arthropodes dont la définition correspond à ce que l’on entend en général par insecte. A titre d’exemple, les araignées ne sont pas des insectes mais des arachnides et les tiques des acariens. Les arthropodes représentent 80 % de toutes les espèces animales.
Les insectes sont une partie des arthropodes : des invertébrés dont le corps est constitué de 3 segments, une tête, un thorax avec 3 paires de pattes et un abdomen. 

sigogne.org


mai 2015
A consulter pour les amateurs de nature : le portail collaboratif de la biodiversité en Franche-Comté.
Voir tout