décembre 2018

«Nos enfants vont grandir sur une poubelle, ça craint»

Le tour de France Agir ensemble : un dispositif national qui se rend sur les campus pour sensibiliser aux écogestes. A l'UTBM de Sévenans, il a rencontré des étudiants avertis.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le tour de France Agir ensemble est passé le mois dernier à Montbéliard et Belfort. Pendant une semaine, des stands et des ateliers pour sensibiliser les étudiants aux écogestes : comment mieux gérer son logement, ses déchets, son alimentation, ses déplacements, etc pour contribuer à lutter contre le réchauffement planétaire.
En ont-ils besoin ? A l’UTBM à Sévenans, Sarah-Claudia, 23 ans, en BTS économie sociale et solidaire, présentait le tour aux futurs ingénieurs. Elle-même se dit sensible à la thématique, d’abord «pour le respect de la nature». Lui en parle-t-on en cours ? «Oui, notamment parce que dans la profession de conseiller en économie sociale et familiale, nous aurons à notre tour à sensibiliser les familles à l’énergie, à l’écologie, au tri des déchets. En plus du développement durable, cela peut les aider dans la gestion de leur budget».
Pour le moment, elle représente le 9e tour de France Agir ensemble. Avec elle, un jeu de plateau sur lequel on évolue en répondant à des questions sur le développement durable. Les étudiants n’ont pas l’air très intéressés. Finalement 4 d’entre eux tentent une partie.
Ils se montrent assez judicieux dans leurs réponses. Ils ont même tendance à noircir le tableau. «Quel est le temps de décomposition d’un mégot de cigarette ?». Réponse : 2 ans. «J’aurais dit beaucoup plus» s’étonne Martin. Ils disent avoir été peu sensibilisés au lycée. Aujourd'hui, ils le sont par intérêt personnel et parce qu’on en parle beaucoup mais «il faudrait montrer des actions concrètes».  Point positif, ils pensent faire artie d’une génération avertie : «on est beaucoup plus confronté aux défis de l’environnement que nos parents et nos grands-parents. Il y a une prise de conscience que nos enfants vont grandir sur une poubelle.... ça craint».
En savoir plus
facebook.com/Tour-de-France-Agir-Ensemble

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?


décembre 2018
L’équivalent carbone est une unité de mesure permettant de quantifier l’impact d’une activité ou d’un objet sur le climat. Le dioxyde de carbone a été choisi comme étalon parce qu’il est le principal gaz à effet de serre. Cet indicateur a été adopté dans le monde entier. La mesure de l’empreinte carbone d’un objet inclut les matières premières utilisées, la fabrication, l’acheminement, la distribution, l’utilisation les déchets générés. Exemples (approximatifs car l’empreinte dépend aussi de l’utilisation, de la durée, du conditionnement…) : Smartphone : environ 20 kg de CO2. Micro-onde : 15 kg. Réfrigérateur 250 l : environ 35 kg. Ecran d’ordinateur : environ 40 kg. Ordinateur fixe : de 29 à 66 kg. Télévision: 47 à 55 kg. 1 m3 d’eau utilisée : 0,04 tonne de CO2 10 kg de déchet : 0,01 tonne. 1 kg de poulet 3,6 kg de CO2. 1 kg de porc 11,2 kg. 1 kg de viande bœuf 28,1 kg. 1 kg de fruits et légumes 650 g.

Transports et empreinte carbone


décembre 2018
De manière générale, le logement, le transport et l’alimentation génèrent les ¾ de l’empreinte carbone des particuliers. Le cas du transport est compliqué. Difficile de donner des chiffres tant ils varient d’une source à l’autre et d'un mode de calcul à l'autre. Ce dernier dépend de nombreux paramètres tels que le carburant, la distance (une voiture consomme beaucoup plus au démarrage), le nombre de passagers, la spécificité du véhicule. Mais tous sont unanimes en ce qui concerne le classement qui placent le ferry, l’avion et la voiture (avec la palme aux 4x4) comme de très gros producteurs de CO2. A l’opposé, le train et notamment le TGV sont de très loin les moins responsables d’émissions. A la limite peu importe. La question est désormais moins celle du choix des moyens de transport que de leur diminution.

Développement durable : l'exemple du smartphone


décembre 2018
Cet objet est devenu un symbole de consommation mais aussi de la question du développement durable. Parce qu’il pose question à toutes les étapes, l'extraction des matières premières, la fabrication des composants, les transports étant les plus polluantes. Et parce que la tendance est de les renouveler souvent, sans autre raison que l’attrait de l’objet plus neuf. Pour réduire les impacts de ces appareils sur l'environnement, il faut allonger leur durée de vie, en s'en servant plus longtemps, en choisissant des smartphones réparables, qui peuvent être utilisés plusieurs années, en achetant d’occasion, en revendant ou donnant plutôt qu’en jetant.

Qu’est-ce qu’un insecte ?


juin 2015
De façon courante (et abusive en zoologie), on appelle insecte tout animal très petit. En réalité, il faut plutôt parler d’arthropodes dont la définition correspond à ce que l’on entend en général par insecte. A titre d’exemple, les araignées ne sont pas des insectes mais des arachnides et les tiques des acariens. Les arthropodes représentent 80 % de toutes les espèces animales.
Les insectes sont une partie des arthropodes : des invertébrés dont le corps est constitué de 3 segments, une tête, un thorax avec 3 paires de pattes et un abdomen. 

sigogne.org


mai 2015
A consulter pour les amateurs de nature : le portail collaboratif de la biodiversité en Franche-Comté.
Voir tout