novembre 2018

«Papyhappy», évaluateur du logement senior

Depuis sa création en 2016, cette entreprise de Joigny déploie peu à peu ses activités dans toute la France.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Manon Lamoureux est devenue chargée de communication de Papyhappy en janvier 2017. Avec un DUT multimédia, une licence communication générale et un master communication digitale, elle n’avait pas forcément en vue de travailler dans le secteur du vieillissement, même si ses diplômes sont adaptables à tout domaine. «Ce qui m’intéressait au départ, c’est le numérique, pas l’intergénérationnel. Les emplois que j’ai occupés avant étaient très orientés marketing. Là, il y a une approche sociale. On est là pour aider. Bien sûr, il faut être rentable, mais il y a un côté humain très prononcé et finalement c’est ce qui me plaît. La bienveillance que Joachim Tavares souhaite est quelque chose qui m’a séduite».
Joachim Tavares, ancien directeur d’Ehpad, est le fondateur d’une entreprise née en juillet 2016. Au départ, Papyhappy était une plateforme collaborative et comparative du logement senior (Ehpad et maisons de retraite), un outil destiné à produire des évaluations par les usagers. Mais elle a rapidement évolué et étendu ses missions. Aujourd’hui, l’entreprise basée à Joigny, dans l’Yonne, compte 13 collaborateurs dont 2 en Espagne où elle s’apprête à se développer. Sa présence dans presque toute la France répond à un besoin, découvert  de manière pragmatique. «Aujourd‘hui, nous aidons les seniors et les aidants à trouver un logement adapté à leurs besoins. Nous tenons à la fois de l’agence immobilière et de l’assistance sociale. On prend en considération leurs critères et leur profil et on cherche le logement le plus adéquat possible. C’est un accompagnement que l’on amorce car il faut du temps pour connaître tous les établissements».
Dans cette optique, Papyhappy a lancé une 3e activité : la visite d’établissements en «clients mystère» dotés d’un référentiel de 150 critères. «Les données recueillies et les avis des clients nous permettent d’élaborer un classement résumé en 4 thèmes visibles sur le site : hébergement, restauration, ambiance, services».
En savoir plus
papyhappy.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Fabriques citoyennes 2019 : 19 films


avril 2019
19 établissements scolaires ont décidé de participer aux "Fabriques ciotyennes" cette année. Leurs élèves ont réalisé 19 documentaires à base d'archives sur les personnalités issues de l’immigration suiantes :
Lycée professionnel des métiers Vauban (Auxerre) : François Solano, footballeur, résistant, potier et maire.
Lycée professionnel Jouffroy d’Abbans (Baume-les-Dames) : Amor Hakkar, cinéaste.
Lycée des métiers Denis Diderot (Bavilliers) : Raymond Forni, homme politique.
Lycée Louis Pergaud (Besançon) : Fatima Demougeot, ouvrière.
Lycée Ledoux (Besançon) : Rassoul Altamirov, lutteur.
Collège Herriot (Chenôve) : Sonia Rolland, miss France.
Lycée agricole Granvelle (Dannemarie-sur-Crête) : Naemon Rahal, musicien.
Collège Maurice Genevois (Decize) : Evariste Hitayezu, prêtre.
Lycée des métiers Hyppolite Fontaine (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée Simone Weil (Dijon) : Encarnacion Fuentes, ouvrière.
Collège Carnot (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée professionnel Jacques Prévert (Dole) : Carole Desmarais, peintre.
Collège Louis Pergaud (Faverney) : Jean Morossof, immigré russe.
Collège Albert Jacquard (Lure) : Kiffin Yates Rockwell, aviateur.
Lycée Germaine Tillon (Montbéliard) : Dita Parlo, actrice.
Lycée technique Alain Colas (Nevers) : Aspirante Lisette, résistante.
Collège Pasteur (Saint-Rémy) : les tirailleurs algériens.
Lycée Pré Saint Sauveur (Saint-Claude) : Rosine Schiari, résistante.
Lycée les Haberges (Vesoul) : Enzo Franchi, marchand ambulant.
Pour voir les films, des ciné-rencontres sont organisées dans la région.; Infos sur lesfabriquescitoyennes-bfc.fr

Habits responsables


février 2019
A Besançon, l'organisme de psychiatrie citoyenne les Invités au festin ont ouvert une nouvelle boutique de vêtements neufs responsables et solidaires : «Fil&Cie, boutique porteuse de sens» rassemble des marques de vêtements engagées et des accessoires upcyclés fabriqués sur place. S'ajoutant aux autres activités d’insertion sociale et citoyenne de personnes en souffrance psychique, elle permet de créer des emplois pour ces personnes en proposant au public des jeans en coton bio, des créations "Made in sens" et des produits textiles issus de récupération. Boutique ouverte 42 rue de Belfort du mardi au samedi. +infos

Restos du coeur


janvier 2019
Jusqu'au 31 mars, la carte Avantages jeunes invite ses détenteurs à aider les plus démunis en faisant un don matériel aux Restos du coeur. Un double geste puisque ce don (jeu, jouet, equipement pour bébé, soin du corps, vêtement enfant) sera accompagné de repas financés par le Crédit Mutuel et la Région Bourgogne-Franche-Comté.

116 006


décembre 2018
Le numéro d’aide aux victimes qui permet à toute personne qui s’estime victime d’une infraction (atteintes aux biens, aux personnes, accidents de la circulation, événements collectifs, attentats) ou d’une catastrophe naturelle d’être aidée par un professionnel de manière anonyme. Les Français à l’étranger y ont accès en composant le 0033180523376. Le 116 006 est gratuit ouvert 7 jours sur 7, 365 jours par an, de 9 h à 19 h. Ses missions sont d’accueillir et diriger toutes les victimes vers le réseau associatif d’aide aux victimes et les services spécialisés, mais également de diriger les victimes d’actes de terrorisme et d’accidents collectifs vers les numéros et structures d’information et de prise en charge spécialement mis en place par les pouvoirs publics.

Médi'coeur


novembre 2018
Dans le cadre d'un projet scolaire de mini-entreprise, des élèves de 3e du collège Abel-Minar à Tonnerre se sont lancés dans l'élaboration de Médi'coeur, avertisseur de prise de médicaments. Un projet solidaire en faveur des personnes âgées, sur lequel ils planchent 3 h par semaine.
Voir tout