décembre 2017

Quel est l’avenir de la presse papier ?

Depuis que le numérique se développe, l’information se consulte de plus en plus sur les réseaux sociaux. Ils attirent massivement les jeunes et sont des espaces majeurs d’échange et de partage de l’information. Les journaux s’adaptent et s’affichent sur le web. Pourtant, la presse papier est aujourd’hui donnée comme mourante. Des élèves du lycée Jean Michel (Lons-le-Saunier) sont allés en discuter avec Stéphane Cléau, chef de l’info du Progrès, dans sa rédaction jurassienne.
Dessin Antoine, Clément, Nicolas, élèves de 1re ES

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Est-ce que vous sentez venir la fin de la presse papier ?
Les experts disent qu’elle en a pour moins de 10 ans. Elle correspond à une génération, et va s’éteindre avec. Cela va se passer dans les 10 prochaines années. Le coût de revient de la presse papier est très élevé (écrire, imprimer, distribuer et vendre), et le nombre de lecteurs se contracte, le coût de production d’un journal deviendra donc insupportable. Un journal, c’est une marque, et elle ne disparaît jamais. La marque, on la vend aux gens. L’enjeu, c’est donc d’imaginer un modèle rentable après celui du papier. Le monde de l’information n’est pas en crise, il est en mutation.

Quelles audiences réalisez-vous avec le journal et le site internet ?
Nous vendons moins de journaux qu'il y a quelques années ; dans le Jura, nous en sommes à 20 000 par jour, mais chacun est lu par environ 8 personnes. C’est surtout avec notre site internet que nous réalisons la plus grosse audience, la plus grande de toute la presse quotidienne régionale. Avant les journalistes passaient leurs journées à écrire pour le papier et n’alimentaient le site que s’ils en avaient le temps. Aujourd’hui, c’est l’inverse, on privilégie internet par rapport au journal papier. Il y a des choses que l'on faisait et que l'on ne fait plus.

Êtes-vous parfois informés d’un événement par les réseaux sociaux ?
On est informé par les réseaux sociaux et on fait appel à eux pour avoir des informations. On s’en sert pour avoir de l’info ou pour développer une que l'on a déjà, avec les retours et les témoignages. Parfois, on a l’info via les réseaux sociaux. Mais ce n’est pas grave, car l’info est dans la rue et cela depuis la nuit des temps. C’est l’ancêtre des réseaux sociaux. Maintenant, c’est sur internet, mais le métier est le même. C’est une corde de plus, car avec les réseaux sociaux, on peut toucher plus large. On en est demandeur, et on s’y est adapté… On a un fil rouge, un forum, des comptes Facebook, pour toucher les gens et s’adresser à eux.

Quel est l’avenir du métier de journaliste ?
Dans un monde où l’information est partout, où tout le monde la recherche, le journalisme a un avenir. De plus en plus de gens se lancent dans le métier, il n’y en a jamais eu autant. Mais le métier évolue et doit se moderniser en utilisant différents outils de travail. Avant, on allait dans la rue avec un bloc-notes, alors qu’il y a aujourd’hui plein de facettes. On est au carrefour entre le vieux monde de la presse et le monde moderne qui reste à inventer. L’avenir est assuré car l’info est partout, à la télé, à la radio, sur internet. Les gens n’ont jamais été aussi informés. Il faut trouver un modèle économique, et c’est ce que nous recherchons actuellement.

Avec la disparition de la presse, est-ce que tout le monde pourrait devenir journaliste ?
L’information qu’on distribue est impartiale. Sinon, c’est de la manipulation, de la communication. Pour un journaliste, le chargé de communication c’est l’ennemi. Tout le monde est journaliste et peut prendre une photo, écrire. Mais les réseaux sociaux ne font pas le travail de recouper et de vérifier l’information. Le journalisme a de beaux jours devant lui, surtout avec internet.

Recueilli par Antoine, Clément, Nicolas, élèves de 1re ES
Lycée Jean Michel, Lons-le-Saunier (39)
Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Bénévolat


mai 2017
A Besançon, la banque alimentaire cherche des bras pour l'été, pour aider les bénévoles permanents. Les personnes intéressées par un bénévolat très concret et lié à la lutte contre le gaspillage alimentaire peuvent prendre contact par mail : ba250.communication@banquealimentaire.org

Les élections de 2017


mars 2017
Election présidentielle : 1er tour le 23 avril, 2nd tour le 7 mai
Elections législatives : 1er tour le 11 juin, 2nd tour le 18 juin
Elections sénatoriales : 24 septembre (les sénateurs ne sont pas élus par les électeurs mais par un collège de députés et d’élus locaux). Les votes des citoyens : les électeurs français vont choisir le président de la République et les députés pour 5 ans (sauf en cas de dissolution de l’assemblée pour ces derniers). Déroulement : les 2 scrutins sont semblables, des scrutins majoritaires à 2 tours. Si un candidat recueille plus de 50 % des suffrages exprimés (et pour les députés, au moins 25 % des électeurs inscrits) au premier tour, il est élu. Sinon, les 2 candidats arrivés en tête peuvent se maintenir (pour les députés, à condition d’obtenir au moins 12,5 % des électeurs inscrits)

Discriminations


mars 2017
Le gouvernement vient de présenter le guide interministériel de lutte contre les discriminations et le livret "Discriminations, c’est non !". Deux outils pour identifier, prévenir et lutter contre toutes les discriminations (elles se manifestent par une différence de traitement entre des personnes, fondée sur 23 critères prohibés dont âge, sexe, origine, adresse, handicap, religion, santé, activités politiques ou syndicales… C’est un délit qui peut être puni jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende). Le guide s’adresse aux services de l’État, aux opérateurs de service public, aux associations et aux élus locaux. Le livret "Discriminations, c’est non !" s'adresse au public. Il sera disponibles dans les structures d’accueil et les services publics de proximité. Principalement composé d’exemples de discriminations tirés du quotidien, il doit pouvoir aider chaque citoyen à identifier une situation discriminante et à saisir les autorités compétentes.


Service civique international


novembre 2015
Il est possible de faire un service civique dans une association l’étranger. Depuis sa création en 2010, plus de 1000 volontaire se sont engagés dans différents pays. Au total 89 pays d’accueil dont les principaux : Allemagne, Haïti, Canada, Tunisie, Pérou, Equateur, Maroc, Madagascar, Sénégal. Renseignements, service-civique.gouv.fr

citoyendedemain.net


novembre 2015
Ce site citoyendedemain.net se présente comme centre de ressources dédié à l’éducation citoyenne, pour montrer que ce mot n’est pas seulement une coquille vide qu’il est de bon ton de citer à tout bout de champ. Fiches pratiques et témoignages permettent de mieux comprendre comment il peut se traduire, avec des rappels sur les droits de l’enfant, les droits de l’homme, la solidarité, le statut de la femme ou le racisme. 
Voir tout