juillet 2018

Urgence d'une intervention sur les addictions ?

La nouvelle étude "Les Addictions chez les jeunes" recommande une amélioration de la politique de santé et de sécurité publique.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
L’ouverture récente du premier magasin vendeur de cannabis à Besançon suscite des polémiques chez les Bisontins, bien qu'il soit commercialisé à des fins médicales et avec très peu de THC (agent stupéfiant), pour justement lutter contre la dépendance. Pourtant, le moins qu’on puisse dire, c’est que la circulation de ce produit n’est pas un phénomène rare dans la ville. Ni ailleurs en France.
L’enquête "Les Addictions chez les jeunes (14-24 ans)" (1) met en lumière les addictions engendrées par ces drogues, entre autres, à l’échelle nationale, et le manque de prévention chez les parents des consommateurs.
La Franche-Comté est l’une des régions les plus consommatrices de cannabis du pays. La facilité à s'en procurer est due en particulier à la proximité de la Suisse et de l’Allemagne.
Et pour ceux qui n’en consomment pas forcément, ils peuvent se retrouver en proie à d’autres types d’addictions. Il y a par exemple, sans grande surprise, l’alcool, le tabac, et beaucoup plus rarement, les substances telles que la cocaïne, la MDMA et l’ecstasy.
Même si ces drogues, en plus d’être nocives, sont banalisées, ce ne sont pas les produits les plus addictifs. La dépendance aux réseaux sociaux crève littéralement l’écran : un quart des jeunes passe en moyenne cinq heures par jour dessus. Les jeux vidéo se placent juste après et la pornographie clôt ce top 3. A eux seuls, les écrans représentent la plus grosse et la plus rapide addiction jamais vue à ce jour, et à l’échelle mondiale.
Il semble cependant que, là où les jeunes ont bien conscience de la fréquence dangereuse de leur consommation, les plus désinformés ne sont autres que leurs parents. Soit parce qu’ils ne veulent pas voir à quoi leurs enfants sont exposés, soit parce qu’ils ignorent à quel point il est facile de se procurer ces substances. Les consommateurs disent bien que la limite d’âge sur le tabac, l’alcool et la pornographie est très peu vérifiée et négligée. Bien qu’une législation soit mise en place pour lutter contre ces dépendances, elle n’est pas beaucoup respectée.
D’ailleurs, aucune politique concrète n’a été établie pour prévenir les parents sur les dangers de l’addiction, sur la manière dont on peut en identifier les «symptômes» et sur les façons de les prévenir ou de les combattre. D’après les études faites à ce sujet, il y a urgence.

SD
(1)
Enquête de la Fondation pour l'innovation politique, la Fondation Gabriel Péri et les Fonds Actions Addictions, sur un échantillon de 1 000 jeunes âgés de 14 à 24 ans (402 parents interrogés par Ipsos), ainsi qu'au grand public (2005 parents interrogés par Ipsos)

Lire l'enquête
En libre accès sur actions-addictions.org

Lycéens
L'addiction au tabac touche majoritairement les lycéens. 61% d'entre eux ont déjà fumé une cigarette et 23 % le font de manière quotidienne selon une enquête de Santé publique France. Il s'avère aussi que les élèves scolarisés dans l'enseignement technique et professionnel sont beaucoup plus facilement sous l'emprise du tabac que ceux de l'enseignement général.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

#MoisSansTabac


octobre 2018
Sous ce hashtag, un défi collectif : proposer aux fumeurs d’arrêter pendant un mois (voire plus) avec le soutien de leurs proches. Pour cela, une campagne d’information a désormais pris ses habitudes en novembre. Elle est accompagnée de nombreux outils : un kit d’aide à l’arrêt pour mettre toutes les chances de son côté, une appli e-coaching qui sert aussi de rappel quotidien, un numéro de téléphone permettant de joindre des tabacologues du lundi au samedi de 8 h à 20 h (38 89) et des comptes facebook et twitter sur lesquels sont partagés les astuces et conseils des participants. En savoir plus.

Tabac


mai 2018
Pour continuer à lutter contre le tabagisme, le gouvernement vient de décider que deux traitements de substitution nicotinique sont désormais remboursables : des « gommes à mâcher »  depuis le 22 mars 2018 et des « patchs » depuis le 16 mai 2018. Cette prise en charge permet à tous les patients l’accès à ces traitements de substitution,  supprime l’avance de frais, tout en permettant une durée de traitement adaptée à la dépendance.

Drogues


octobre 2017
En France, l'alcool est de loin la plus répandue des substances psychoactives (47 millions d'expérimentateurs, 43 millions d'usagers dans l'année, 9 millions d'usagers réguliers, 5 millions d'usagers quotidiens) devant le tabac (38 milions d'expérimentateurs, 17 millions d'usagers dans l'année, 14 millions d'usagers quotidiens) et le cannabis (17 millions d'expérimentateurs, 1,4 million d'usagers réguliers, 700 000 usagers quotidiens). Cocaïne : 2,2 millions d'expérimentateurs dont 450 000 usagers dans l'année. MDMA/ecstasy : 1,7 million d'expérimentateurs dont 400 000 usagers dans l'année. Héroïne : 600 000 expérimentateurs. Source : observatoire français des drogues et des toxicomanies.

Pass santé jeunes


décembre 2016
Le pass santé jeunes est un site régional qui permet aux 8-18 ans de trouver conseils, astuces, ressources, adresses utiles. Plusieurs espaces donnent des réponses adaptées à chacun en fonction de son âge, de ses interrogations, expériences et inquiétudes. Des quizzes et des jeux sont l'occasion de tester ses connaissances sur tous les sujets : Internet, cannabis, audition, alcool, sexualité, sécurité routière, mal-être... Site, facebook 

Nutribird.fr


mai 2016
Un serious game sur le thème de la nutrition  ludique, qui propose des questions et messages de prévention sur les comportements alimentaires, l’importance de l’activité physique, de la consommation de fruits et légumes... Plutôt pour les plus jeunes mais chacun peut y jouer pour réviser ses connaissances.
Voir tout