mars 1994

13100 adeptes du "tapis vert" en France

Le principe est simple, faire caramboler trois billes ensemble. Mais pour réussir au billard, entraînement et concentration sont nécessaires.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Fini les cclichés, le billard classique ou billard français, ne s'associe plus à l'image de l'arrière-salle enfumée d'un café. Fort de son succès - en Franche-Comté une dizaine de clubs regroupent près de 400 licenciés - le billard s'est installé dans des salles municipales et le billard de bistrot s'est transformé en club. Club où l'on joue mais surtout où l'on enseigne le billard. Car lorsqu'on se pique au jeu, plus question de s'amuser. Discipline très technique, le billard demande un enseignement rigoureux pour que l'élève progresse à coup sûr et ne se décourage pas. De la position des pieds au sol à celle de la main sur le tapis en passant par la maîtrise du «toucher de bille», rien ne doit être négligé. Ce sport ne demande pas d'efforts particuliers, à l'exception de la concentration. La fatigue est plus nerveuse que physique. Le billard peut donc se pratiquer dès l'âge de 12 ans, aussi bien par les hommes que par les femmes même si, dans la pratique, les licenciés sont quasi exclusivement masculins. Un des attraits du billard réside dans la diversité de ses modes de jeu. Le débutant-commencera par la partie libre. Au fil de sa progression, il s'initiera alors à la partie à une bande (le carambolage n'est valable que si la bille a frappé au moins une bande avant d'aller toucher les deux autres) puis à celle à trois bandes. Sans parler des variantes réservées aux champions tel que le jeu de cadre ou le billard artistique. Hypertendus s'abstenir... le billard se joue sur du velours !

Cédric Charlier 

Contact
Fédération française de billard
5 rue de la Poste
57108 Thionville cedex

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Rassemblements geeks


janvier 2019
Principaux événements dans la région :
En février : Necronomi'con (2 et 3 à Andelnans), Troll penché (16 et 17 à Sevenans), Migennes collector (23 et 24). En mars : Kamo Con (23 et 24 à Dijon). En avril : Légendaria (6 et 7 à Dijon), Sayonne'ara (12 et 13 à Sens). En mai : Ludinam (3 au 5 à Besançon), Bloody week-end (du 31 mai au 2 juin à Audincourt). En juin : Gamers gathering (29 et 30 à Dijon). En août : Otak'est (24 et 25 à Pontarlier). En septembre : Little Jura geek parc (14 et 15 à Dole). En octobre : Dijon Saiten. Auxerre galactic days (19 et 20). En novembre : A little country of (2 et 3 à Charnay-lès-Mâcon), Retrogeek festival (à Vesoul).

Cosplay


janvier 2019
Contraction de costume et play, la pratique est née aux Etats-Unis, à la fin des années 30 lorsque le premier cosplayer a fait un costume d’homme de l’espace. Aujourd’hui, elle consiste à jouer le rôle d’un personnage issus de mangas, de films, de jeux vidéo, de comics voire de la réalité en adoptant leurs habits, leurs cheveux, etc. La pratique a été relancée et démocratisée par le succès des mangas ou de Star Wars, deux des principaux pourvoyeurs d’inspiration cosplay.
Voir tout