février 2018

«Des métiers porteurs»

A Mâcon, le CFA automobile est spécialisé dans la maintenance des véhicules et des matériels. Un domaine qui a beaucoup évolué ces dernières années.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
L’atelier de mécanique du CFA automobile de Mâcon est spacieux, lumineux, calme, propre. Dans une ambiance bon enfant,  Thomas Bosset dirige un TP compression et étanchéité. L’enseignant reconnaît que le métier véhicule encore beaucoup l’image de «mains sales et de grosse mécanique» alors qu’on «se salit de moins en moins et que l’électronique est omniprésente»
La mécanique auto est un des métiers traditionnels et symboliques de la formation par apprentissage. Son évolution est symptomatique. «L’image de l’apprentissage évolue dans le bon sens pense Thomas Bossuet. J’ai l’impression que de plus en plus d’apprentis viennent par choix».

   Métiers de moins en moins physiques

«C’est vrai, cela évolue, mais très doucement pense Françoise Mathieu-Humbert, directrice du CFA depuis 2004. En termes d’orientation dans les collèges et lycées, l’apprentissage n’est toujours pas pris en compte et ne figure pas dans les fiches de vœux. Du côté des familles, l’image reste variable, même s’il y a eu beaucoup d’efforts de promotion. En ce qui nous concerne, l’image du CFA est plutôt bonne parce que nous avons des métiers porteurs, pour lesquels les jeunes ont de l’appétence et des filières de formation complètes. Les effectifs augmentent depuis 2 ou 3 ans parce que les professionnels embauchent plus. C’est très lié à la conjoncture».
A Mâcon, le CFA créé par la CCI de Saône-et-Loire fête 45 ans d’existence cette année. Autour de l’automobile, il propose 18 diplômes dans 3 domaines dont la carrosserie/peinture et le commerce. Mais sa spécialité, c’est la maintenance des véhicules et des matériels, qu’il s’agisse de voitures, poids lourds, motos, matériels agricoles et d’espaces verts. Avec les BTS maintenance des véhicules (options véhicules particuliers et véhicules transport routier), il atteint des diplômes de niveau III. Bon an mal an, son taux d’insertion 6 mois après la sortie se situe entre 75 et 80 %, avec un pic à 85 % cette année.
«Dans l’ensemble, ce sont des métiers porteurs, au moins au niveau bac» estime aussi Eric Legradi, formateur en technologie du matériel agricole. La section compte une cinquantaine d’élèves et très peu de filles. Pourtant, là aussi, les choses ont changé. 
«Les métiers de la mécanique sont de moins en moins physiques. La technologie, les progrès en termes de sécurité les rendent accessibles à chacun. D’ailleurs, les employeurs cherchent de plus en plus des techniciens. Un intérieur de tracteur d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui d’il y a 20 ans et désormais, il faut de la minutie. C’est pour ça que ces métiers sont très accessibles aux filles, même si l’on en a très peu. Mais quand elles viennent, elles réussissent très bien».  A l’image de Natacha Vorillion : la seule fille de la promotion bac pro 2017 est médaillée d’or nationale au concours du meilleur apprenti de France en maintenance matériels espaces verts.

S.P.

En savoir plus
cfaauto-macon.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.

Ecole de la 2e chance


mars 2018
L’Ecole de la deuxième chance du Territoire de Belfort a pour objectif d'aider les jeunes sortis du système scolaire sans qualification à s'insérer dans la société et à trouver un emploi durable. Chaque jeune bénéficie d'un accompagnement personnalisé pour construire son projet professionnel qui est le fil conducteur d'un programme de formation se déroulant en alternance entre l'école et l'entreprise. L'Ecole accueille des filles et des garçons de 18 à 25 ans sans qualification professionnelle, sortis du système scolaire depuis plus d'un an, motivés pour changer leur situation actuelle. Infos E2C90, 17 bis faubourg de Lyon, 90000 Belfort (03 84 27 58 67, e2c90.org).

Résultats des lycées


mars 2018
L'Education nationale a mis en ligne le classement des lycées en fonction de la réussite au bac mais aussi du parcours scolaire des élèves dans les établissements. L'idée est en effet d'évaluer la capacité d'une école à accompagner les élèves et à leur apporter connaissances, méthodes, etc. Le ministère prend soin de préciser que «si un lycée présente une valeur élevée pour un indicateur, c’est peut-être dû au fait qu'il a reçu de bons élèves, dotés de bonnes méthodes de travail, qui ont pu obtenir le baccalauréat sans effort particulier de sa part». Cela dit, les résultats sont consultables ici.

Recrutement pour la banque


mars 2018
Le CFPB, école supérieure de la banque, annonce 230 postes de formation en alternance à pourvoir dans la région (Besançon, Belfort, Dijon, Mâcon, Auxeerre), et 3000 en France. Ouverts aux moins de 30 ans de niveaux bac à bac+4, ils permettent de préparer BTS, licence pro ou master et de devenir conseillier clientèle, chargé d'affaires, conseiller patrimonial. Infos.
Voir tout