février 2019

L'alternance, c'est déjà de l'expérience

La pharmacie s'apprend aussi par apprentissage. Estelle et Charlotte sont en 2e année de BP au CFA de Besançon.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
On peut travailler en pharmacie sans passer par la fac de médecine. S’il ne permet pas de devenir pharmacien, le CFA forme au métier de préparateur. Estelle, 24 ans (à g. sur la photo), et Charlotte, 20 ans ont choisi cette voie. Elles sont en 2e année de brevet professionnel dans une classe d’une quinzaine d’élèves - dont un seul garçon. Leurs motivations sont différentes. Estelle est suisse, elle est venue en France «par amour». «Pharmacien, c’est le métier de ma maman. J’ai d’abord fait un CAP vente puis un bac pro commerce à Gevingey pour pouvoir entrer au CFA de la pharmacie». Charlotte est bisontine. Elle a passsé son bac S à quelques dizaines de m du CFA, au lycée Jules Haag. «J’ai toujours voulu m’orienter vers le milieu de la santé. J’ai commencé la fac de médecine, mais je n’étais pas sûre que ça allait me plaire alors j’ai bifurqué».
Avec l’apprentissage, elles sont déjà dans le bain, l’une à la pharmacie mutualiste à Lons, l’autre à celle du Stade à Besançon. «C’est très complémentaire avec ce que l’on apprend en cours» constate Estelle. «Quand on sortira, on n’aura pas seulement le diplôme, mais déjà de l'expérience, estime Charlotte. Je vois bien ceux qui sont en stage : ils ont appris plein de choses mais ont moins de notions pratiques comme passer une ordonnance. En étant en entreprise, on apprend sans s’en rendre compte». 
Elles décrivent un métier polyvalent avec des tâches de comptoir, de commandes, de rayon, de livraisons pour les Ehpad. Elles connaissent déjà les qualités dont il faut faire preuve au comptoir : compassion, patience, écoute, sens du contact, dynamisme, réactivité. Savoir réexpliquer une ordonnance. Elles ont aussi conscience des difficultés : les permanences de soirée ou de week-end ou les réactions de la clientèle, «parfois pas facile». Et «on est aussi là pour donner des conseils, alors il y a énormément de choses à apprendre et à savoir». 
Elles envisagent la suite différemment. Charlotte aimerait  «continuer un an d’études pour faire une spécialisation hospitalière à Metz ou à Lyon». Estelle souhaite «travailler 5 ans pour avoir les années d’expérience qui permettent d’entrer à l’école des cadres et devenir cadre référente en milieu hospitalier».

S.P.
En savoir plus
CFA pharmacie
46-50 avenue Clemenceau
25000 Besançon
0381261671
cfapharma-besancon.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le service civique ?


octobre 2017
Laura, en service civique au Crous de Besançon : «J’ai développé beaucoup de compétences organisationnelles. J’ai fait passer des entretiens individuels à des étudiants qui cherchaient des emplois. Cela m’a permis de me développer personnellement : j’ai gagné en confiance en moi.»
Rémi, en service civique à la Ville de Besançon : «Mon service civique m’a permis de retrouver le contact humain que je n’avais plus en restant sans activités.Grâce à lui, je fais des rencontres et je me réinsère dans le monde du travail. Je touche à beaucoup de domaines et j’organise des évènements dont je ne connaissais même pas l’existence et auxquels je n’aurais jamais eu l’idée de participer. Je découvre même mieux la ville dans laquelle je vis actuellement.»
Angélique, en service civique au Grand Besançon (service environnement) et étudiante en Master de Psychologie : «Mon service civique me permet de voir un autre domaine que celui dans lequel je suis plongée depuis quatre ans. Même si ce n’est pas en rapport direct avec mes études, je travaille sur l’accompagnement au changement des individus en faveur de l’environnement. Cela m’ouvre d’autres portes et d’autres perspectives auxquelles je n’avais jamais pris le temps de penser.»
Voir tout