mai 2018

L’adrénaline du BMX race

Cette pratique exigeante a de plus en plus d’adeptes. Elle demande des qualités physiques et un entraînement intensif.
Photo Laurent Cheviet
L’adrénaline du BMX race L’adrénaline du BMX race L’adrénaline du BMX race

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Même à l’entraînement, le départ est un moment de tension extrême. Perchés en haut d’une butte pouvant aller de 3 m (niveau départemental) à 8 m (niveau coupe du monde), les pilotes s’apprêtent à plonger en pente raide vers la première bosse, de 80 cm. «Un jour, on a mesuré les pulsations du champion du monde Thomas Allier au départ. C’était équivalent à celles d’un pilote de F1 au démarrage» relate Eric Pihet (photo 2, à g.), vice-président du comité régional de cyclisme et président de la commision BMX. A tel point que la durée entre la phrase «riders ready, watch the gate» et l’abaissement de la barrière est devenu aléatoire : entre 0,1 et 2,70 secondes, pour éviter les démarrages intempestifs anticipés.
Ensuite, c’est la course, effort bref et violent sur des bosses et des virages relevés. «C’est 40 secondes à fond quasiment en apnée en absorbant les chocs» résume Eric Pihet. Adrénaline, intensité, sensations fortes : selon le site de la fédération française de cyclisme, ce sont les ingrédients recherchés par les participants.
Ces derniers sont de plus en plus nombreux et le BMX race est la discipline du cyclisme qui enregistre les meilleures progressions. «Depuis 1996, l’augmentation des licenciés est permanente confirme Eric Pihet. On a des courses à plus de 300 participants, là où c’était plutôt 75 au début». La Bourgogne-Franche-Comté n’est pas mal lotie : 14 clubs, 2 entités en DN2 (2e niveau national) et quelques pilotes de haut niveau (lire ici). Les pratiquants se répartissent à parts égales entre compétition et loisirs avec un peu plus de filles que dans la moyenne nationale (entre 11 et 12 % contre 10). Bémol, avec 12 pistes dans la région, «il y a encore des déserts pour la pratique». Or, contrairement au BMX freestyle (1), la pratique du "race" nécessite une piste homologuée. «Pour avoir le droit d’organiser un entraînement, il y a des normes. Mais avoir une vraie piste coûte cher, ce n’est pas évident pour les communes. Par ailleurs, l’accès aux pistes passe presque exclusivement par les clubs».

   S'exercer tous les jours

Autrement dit, il vaut mieux prendre une licence si l’on veut pratiquer (2) – ce qui n’est pas le cas du freestyle. C’est de toute façon une condition sine qua non pour acquérir les techniques liées à une pratique exigeante. «Pour faire de la compétition, il faut s’exercer tous les jours estime David Dornier, entraîneur du BMX Besançon (photo 2, à dr.). Il n’y a pas besoin d’être spécialement "fou fou". Par contre, il faut avoir de la force, de l’explosivité, de la rapidité de mouvement, de la technique pour passer les bosses et les virages. On fait beaucoup de musculation et on travaille beaucoup la préparation mentale». Ces exigences expliquent que les athlètes arrêtent assez tôt. Notamment parce qu’il n’y a pas de professionnalisme en France. Conjuguer pratique intensive et vie active n’est pas évident. Thomas Kréa, l'un des plus doués de la région en fait l'expérience : son statut d'apprenti ne lui permet plus de s'entraîner comme il aimerait et il pense mettra sa carrière entre parenthèses.

   Dès 2 ans

Mais même sans compétition, faire du BMX développe des qualités. «En termes de cyclisme, c’est énorme assure David Dornier. A mon sens, c’est la meilleure école de vélo et après on peut se frotter à tout, le contact ne fait pas peur. On améliore la synchronisation, l’équilibre, l’habileté. Et le respect, une notion très importante entre pilotes».
Eux-mêmes ressentent des apports : capacité de concentration, dépassement de soi, confiance. «Pour moi, ce sont des acrobates, des équilibristes, ajoute Eric Pihet. Evidemment, cela va de pair avec la notion de sport à risques. Des chutes, des blessures, il y en a. Mais elles sont rarement très graves».
A quel âge peut-on commencer à s’habituer à "l’adrénaline" ? «Désormais, on propose des licences dès 2 ans. Les tout petits commencent en draisienne».

Stéphane Paris
Notes
(1) Discipline consistant à réaliser des figures. Il y a moins de 300 licenciés en France, notamment parce qu’il est moins utile et moins culturel de s’inscrire en club. Le BMX race est discipline olympique depuis 2008, le BMX freestyle le sera en 2020.

(2) Il faut compter 50 euros pour une licence (150 en élite) et 300 euros pour un premier vélo.

Le BMX race selon la FFC
D'après la fédération française de cyclisme, le "race" est «la discipline première du BMX. A l’origine, le BMX a été développé par des pilotes de motos en Californie qui souhaitaient concevoir un engin ludique pour leurs enfants, leur permettant d’acquérir les bases technique et ceci sans danger. La course se déroule sur une piste de 270 à 400 m parsemée d’obstacles : bosses doubles, tables que les pilotes doivent franchir le plus rapidement possible. Huit pilotes se placent sur la grille de départ et s’élancent pour un tour. Les 4 premiers peuvent accéder à la manche suivante et ainsi de suite jusqu’en finale».
ffc.fr/discipline/bmx/

Lire aussi
 - Où pratiquer en Bourgogne-Franche-Comté ?

- Les as du BMX

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Concours "Femmes et sport"


mai 2018
Le concours régional «Femmes et sport» est reconduit en 2018 en Bourgogne-Franche-Comté. Ce concours a pour objet de promouvoir l’image, la place et le rôle des femmes dans les pratiques physiques et sportives et leur accès aux responsabilités. Il se compose  de deux catégories. Catégorie 1 : «Sport au féminin»  et «Sport au féminin et territoire». Catégorie 2 : «Coup de cœur». Les dossiers d’inscription sont téléchargeables sur :  
bourgogne-franche-comte.drdjscs.gouv.fr, cros-bourgogne.com, franchecomte.franceolympique.com
Date limite de retour des dossiers : 10 juillet. Le ou la lauréat(e) de chaque catégorie sera récompensé(e) d’un prix d’une valeur de 1000 euros

77 %


novembre 2017
C'est le pourcentage des Français qui disent avoir une activité sportive, selon une enquête Harris menée en octobre 2017. Parmi eux, 47 % citent la marche/randonnée, 20 % le fitness/musculation (cette pratique arrive en tête chez les moins de 35 ans) et 18 % la natation.

Pratique sportive régionale


novembre 2017
En 2017, la Bourgogne-Franche-Comté compte 626 155 licenciés. Les 5 sports les plus représentés : football (94 209), tennis (32 836), équitation (31 481), ljudo (25 088) et handball (22 840). Il y a également quelques licenciés en polo (7) et en char à voile, rugby à XIII et pelote basque (moins de 5 pour ces disciplines cependant).

Vélos


mai 2017
La Franche-Comté est un lieu de prédilection pour la pratique, qu’elle soit sportive, de loisirs ou en randonnée, en VTT ou en cyclotourisme. Le Comité régional du tourisme publie un guide pratique avec les itinéraires, les infos essentielles et les sites cyclables incontournables comme la véloroute Charles le Téméraire, le tour du Jura à vélo, la Grande traversée du Jura, l’Eurovélo 6. Infos sur velo.franche-comte.org

Equipements sportifs


mai 2017
vous cherchez un lieu pour pratiquer une discipline ? Les équipements sont recensés par le ministère des Sports sur res.sports.gouv.fr
Voir tout