octobre 2017

«L’occasion de découvrir un secteur»

En début d’année 2017, le centre communal d’action sociale de Besançon a engagé 3 services civiques dans le cadre de missions de proximité sociale.Thibaut témoigne.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Les missions étaient variées : prévention et lutte contre la précarité, aide aux personnes en situation de précarité, d’isolement ou de perte d’autonomie et surtout de création de lien social. Je me suis porté volontaire, et après un entretien, j’ai été engagé.
J’ai commencé ma mission en janvier 2017. Après plusieurs années d’études qui n’ont pas abouti, quelques petits jobs ici et là, j’ai remis en question mon orientation.
Intéressé par la médiation sociale et culturelle, sans pour autant connaître les différentes fonctions du domaine, j’ai trouvé le service civique comme l’occasion pour moi de faire un premier pas dans le social.
J’ai donc été mis à disposition d’associations d’aide alimentaire avec pour mission, dans un premier temps, de soutenir les bénévoles dans la mise en place et dans la distribution des denrées. De plus, j’ai eu aussi un rôle de coordinateur entre les structures de la ville (le CCAS) et les associations.
Très vite, j’ai su prendre mes marques grâce aux bénévoles, me créant ainsi une liste de contacts variés. Voir le fonctionnement interne d’une institution a ouvert mes horizons quant aux fonctions dans lesquels je me verrais bien.
Les initiatives que j’ai pu prendre, notamment sur le plan des dispositifs culturels pour les personnes en situation de précarité, ont conforté mon idée de l’action sociale dans laquelle j’aimerais m’investir.


Thibaut Leifflen
En savoir plus
Offres de service civique sur service-civique.gouv.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le service civique ?


octobre 2017
Laura, en service civique au Crous de Besançon : «J’ai développé beaucoup de compétences organisationnelles. J’ai fait passer des entretiens individuels à des étudiants qui cherchaient des emplois. Cela m’a permis de me développer personnellement : j’ai gagné en confiance en moi.»
Rémi, en service civique à la Ville de Besançon : «Mon service civique m’a permis de retrouver le contact humain que je n’avais plus en restant sans activités.Grâce à lui, je fais des rencontres et je me réinsère dans le monde du travail. Je touche à beaucoup de domaines et j’organise des évènements dont je ne connaissais même pas l’existence et auxquels je n’aurais jamais eu l’idée de participer. Je découvre même mieux la ville dans laquelle je vis actuellement.»
Angélique, en service civique au Grand Besançon (service environnement) et étudiante en Master de Psychologie : «Mon service civique me permet de voir un autre domaine que celui dans lequel je suis plongée depuis quatre ans. Même si ce n’est pas en rapport direct avec mes études, je travaille sur l’accompagnement au changement des individus en faveur de l’environnement. Cela m’ouvre d’autres portes et d’autres perspectives auxquelles je n’avais jamais pris le temps de penser.»
Voir tout