novembre 2017

Traiteur, emploi assuré

Une profession particulièrement en tension, à l'image de la plupart des métiers de bouche.
Photo Laurent Cheviet
Traiteur, emploi assuré Traiteur, emploi assuré Traiteur, emploi assuré

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
A Pontarlier, Rémi Delacroix (photo 2) va fêter les 20 ans de sa boucherie-charcuterie l’an prochain. Il travaille avec sa femme, un salarié et deux apprentis dans une ambiance plutôt à la bonne humeur. L’approche de Noël annonce la grosse période de l’année pour l’une des quatre charcuteries-traiteurs de la ville. «Notre bilan comptable progresse chaque année et c’est dû à mon équipe. Du travail, il y en a carrément» sourit-il. «Je pense que les jeunes qui se forment en trouvent très facilement. Je sais que si Brice (NDR, son salarié) s’en va, il trouvera dans la semaine».
Pas de souci pour les métiers de bouche, que ce soit en commerce de proximité ou dans la grande distribution, premier employeur du secteur. Bouchers, boulangers, pâtissiers sont en tête du nombre de recrutements, mais les élèves qui se forment en charcuterie et au métier de traiteur ont encore moins de problème pour trouver. 
«La mention complémentaire traiteur est un plus sur un CV, c’est toujours mieux et ça donne plus de choix aux élèves à la sortie, dit Philippe Guélard, professeur de la spécialité au CFA Hilaire de Chardonnet à Besançon. En fin de formation, la question pour eux n’est pas de savoir s’ils vont trouver du travail, mais s’ils ajoutent encore une corde, en passant par exemple le CAP de pâtissier». Autre explication, la rareté des candidats. «Certains employeurs ne trouvent pas d’apprentis, parfois parce qu’ils ne connaissent pas le diplôme».
Dans la région, le Cifa Jean Lameloise à Mercurey est le seul autre organisme à proposer le diplôme. En conséquence, on ne compte pas plus d’une vingtaine d’élèves formés chaque année en Bourgogne-Franche-Comté. «La moitié de nos 1300 apprentis sont dans les métiers de bouche et ils n’ont pas de souci d’emploi relate Gérard Baudot, directeur du Cifa. La mention complémentaire permet d’ajouter des compétences en une année de formation en plus. Plus on va loin, plus on a de chances de trouver un emploi bien rémunéré. Lorsqu’on peut, il faut aller le plus loin possible».
Les intervenants ont du mal à trouver des inconvénients au métier. Les exigences : travailler debout, travailler en équipe, avoir le souci de l’hygiène, être organisé «parce qu’on travaille parfois pour des banquets de 200 à 300 personnes». Mais le fait de préparer des plats cuisinés destinés à être consommés en différé offre un avantage par rapport à la restauration en salle : des horaires de travail beaucoup moins aléatoires et tardifs.
MC employé traiteur dans la région
Deux établissements proposent cette formation en Bourgogne-Franche-Comté :
- le CFA Hilaire de Chardonnet, 3 chemin de la Malcombe, 25042 Besançon cedex
0381412970

- le Cifa Jean Lameloise, 17 voie Romaine, 71640 Mercurey
0385981030

Infos sur onisep.fr

Lire aussi
«Je suis boucher, charcutier, traiteur»

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr

Devenir surveillant de prison


février 2017
L'administration pénitentiaire recrute en ouvrant 2500 postes en 2017. Pour tout savoir, se préparer au concours et s'inscrire, c'est ici.

Métiers du chiffre


novembre 2014
Ce sont les professionnels eux-mêmes qui le disent : les métiers d’expert-comptable et de commissaire aux comptes ont de nombreux atouts (besoins en recrutement, rémunération, perspectives de carrières...) qui restent méconnus.
Les "métiers du chiffre" représentent 250 000 emplois en France et pour les 10 prochaines années, la profession a recensé un besoin de 10 000 nouveaux commissaires aux comptes et experts-comptables.
Chaque année, plus de la moitié des cabinets français recrutent dans le cadre d’une création de poste, principalement des profils «junior» (0 à 2 ans d’expérience).
Le niveau de rémunération est plutôt attractif : un expert-comptable ayant moins d’un an d’expérience gagne en moyenne 29 000 euros brut par an (hors primes) et un commissaire aux comptes 35 000.
L'accès  ? Il passe par le diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG / niveau bac+5) puis le diplôme d’expertise comptable (DEC / niveau bac+8) après un stage de 3 ans en cabinet. Il est désormais également possible aux candidats de niveau master issus de toutes filières autres que la comptabilité, l’audit et la finance d’exercer le métier de commissaire aux comptes via le certificat d’aptitude aux fonctions de commissaire aux comptes.

Economiste de la construction


octobre 2013
Un métier méconnu qui offre des perspectives d’emploi. Pour mieux le présenter, l’Union nationale des économistes de la construction a créé un e-mag destiné aux lycéens et étudiants : le métier, les conditions d’emploi, les lieux où se former sont présentés. Un métier du bâtiment en lien avec la maîtrise des coûts et le développement durable. A lire sur www.untec.com
Voir tout