février 2019

Wienerberger, résolument tourné vers l’apprentissage

L’entreprise de tuiles et briques mène une réelle politique en faveur de l’alternance. Exemple sur le site de Lantenne-Vertière, dans le Doubs.
Photo Laurent Cheviet
Wienerberger, résolument tourné vers l’apprentissage Wienerberger, résolument tourné vers l’apprentissage Wienerberger, résolument tourné vers l’apprentissage

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Gustin, Simon, Mathis, Geoffrey, Antoine. Tranche d’âge, 19 – 23 ans. Cinq jeunes apprentis et heureux de l’être dont les chemins se croisent à Lantenne-Vertière, sur l’un des sites de l’entreprise Wienerberger, fabricant de tuiles et briques.  L’apprentissage ? Ils sont convaincus d’avoir fait le bon choix. Geoffrey le résume par un regret : «rétrospectivement, je ferais même le bac en apprentissage. Au départ, je voulais faire mécanique auto mais ça ne m’a pas plu. J’ai essayé maintenance et ça m’a intéressé direct».
Simon n’est déjà plus apprenti : après sa licence pro, il a été embauché. «Je suis passé par l’apprentissage pour l’expérience professionnelle. On voit vraiment comment ça se passe dans l’entreprise et c’est plus facile pour trouver du travail. Je le vois par rapport à ceux qui ont fait le BTS en initial : on est mieux armés pour la pratique»
Originaires du Jura comme lui, Mathis, Geoffrey et Antoine passent par le même BTS maintenance, au CFAI de Gevingey. «On apprend mieux en étant sur le terrain, on voit en conditions professionnelles ce que l’on fait, résume Antoine. On se rend vraiment compte si ça nous plaît ou pas. Et puis on a un salaire. Le seul petit inconvénient est que l’on bosse plus car on doit faire le même programme que les autres».

   Stratégie gagnant-gagnant

Wienerberger : une entreprise autrichienne née il y a 356 ans, devenue internationale. Leader mondial de la terre cuite, elle possède 9 sites en France qui emploient 800 personnes. En moyenne, 30 à 40 alternants sont présents. Une politique volontariste qui va au-delà des 3 % d’apprentis exigés par la branche tuiles et briques. «Ce n’est pas une directive du siège autrichien mais véritablement un choix de la partie française soutient Angélique Trabey, gestionnaire RH à Lantenne-Vertière. Pour nous c’est gagnant-gagnant. On leur offre un lieu d’apprentissage en vue de leur diplôme, un savoir-faire et des compétences professionnelles. Mais on les forme à notre façon dans l’éventualité d’un recrutement, avec la perspective d’une intégration immédiate. Et leur présence contribue à l’ambiance du travail et nous apporte un œil neuf». Un état d’esprit dirigé vers les jeunes affirmé par la formation de tuteurs ou l’accueil d’une dizaine de stagiaires par an, venant de la 3e aux écoles d’ingénieurs. «On ne s’arrête pas au savoir-faire précise Angélique Trabey. La motivation, le respect, la curiosité sont des qualités que l’on regarde en priorité».

 
 La maintenance en tension

En ce qui concerne les apprentis, le recrutement à l’issue de la formation est fréquent, notamment dans la maintenance, «domaine où nous avons du mal à trouver des techniciens». Mais Wienerberger reçoit des alternants dans quasiment tous les autres métiers représentés dans l’entreprise : production, sécurité, qualité, vente, bureau d’études et fonctions tertiaires (marketing, communication, RH, controlling, achats,  informatique, assistanat administratif).
Gustin est au service méthode où il fait de la gestion de projet. C’est sa 4e année dans l’entreprise. Ce jeune homme de Lure a passé un bac S, un DUT génie industriel avant d’entrer dans un cursus menant à un diplôme d’ingénieur par alternance grâce à un partenariat Ensmm/CFAI. «L’alternance, c’était un choix parce que je ne pouvais pas payer des études supérieures. C’est le critère majeur. Mais pour mon métier, c’est également très important de voir l’aspect pratique. Il y en a d’autres pour lesquels ce serait moins évident, comme ingénieur calcul, qui demande énormément de théorie». Mathis, en 2e année de BTS à Gevingey, envisage lui aussi d’aller plus loin, «sans savoir encore dans quoi». «En fin de terminale, je n’avais pas d’idée. Mon père m’a parlé de la formation, je me suis dit pourquoi pas. Je ne connaissais pas, mais ca m’a plu. En associant théorie et pratique, l’apprentissage m’a permis de mieux voir le système, de mieux comprendre».

Stéphane Paris
En photo
1 - Geoffrey, Antoine
2 - Gustin
3 - Mathis, Simon
4 - Angélique Trabey

Wienerberger
wienerberger.fr

En savoir plus
CFAI de Gevingey
23 route de Lons-le-Saunier
39570 Gevingey
0384868360
cfai.org

École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques
26 rue de l'Épitaphe
CS 51813
25030 Besançon cedex
0381402700
ens2m.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.
Voir tout