septembre 2017

50 ans d’IUT à Belfort-Montbéliard

Pendant un an, les formations courtes créées en 1967 vont être mises à l’honneur à travers des animations liant passé, présent et avenir.
Photo SimonDaval.fr

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En septembre 2017 c’est "Back to 68". Dans un an , ce sera "the future is yours". En faisant le lien entre passé et avenir, entre raison d’être et perspectives, l’IUT de Belfort-Montbéliard s’est lancé dans une année de célébration d’un cinquantenaire. Le sien (naissance en juillet 1968) et plus généralement celui des IUT, créés par un décret de janvier 1966. Idée à l’époque : proposer une formation courte permettant aux étudiants d’entrer rapidement sur le marché du travail. En corollaire, un fort besoin de l’économie française en cadres techniques intermédiaires.
Cinquante ans après, quelques paramètres ont changé – en particulier la fin du plein emploi. Mais malgré la réforme européenne du LMD, le diplôme universitaire de technologie en 2 ans existe toujours. Validant des formations axées sur la pratique, il signifie une employabilité immédiate. Et dans certains secteurs, il répond encore à un besoin important. En ce qui concerne Belfort-Montbéliard, Bruno Viezzi, le directeur, cite quelques formations pour lesquelles c’est assez évident : mesures physiques, génie électrique, métiers du multimédia et d’internet, techniques de commercialisation lui viennent spontanément à l’esprit comme pourvoyeurs de débouchés sûrs. Il insiste également sur une idée qui justifie encore l’existence des bac+2 : dans la mesure où l’on insiste de plus en plus sur la formation tout au long de la vie, démarrer une carrière après 2 ans d’études supérieures n’est pas rédhibitoire vis-à-vis de sa réussite. Pour les jeunes qui espèrent acquérir rapidement l’autonomie, ils demeurent même une bonne solution. Travailler d’abord, se former ensuite est une idée à prendre en compte dans une orientation.

   Des animations
   tous les mois


D’autant que les IUT ne sont pas restés bloqués en 1967. Ils s’adaptent en permanence comme le signale Bruno Viezzi (lire ici). Ils ont même, depuis 2000, étoffé leur parcours en accueillant 60 % des licences professionnelles. L’an dernier, 700 des 1700 étudiants de l’IUT de Belfort-Montbéliard en suivaient une. Actuellement, des 23 formations proposées, 13 sont des licences pro. Paradoxe ? Peut-être, mais il offre la possibilité aux étudiants de poursuivre leur cursus si jamais ils s’aperçoivent que l’entrée sur le marché du travail peut finalement être décalée d’une année.
La participation de l’IUT du nord Franche-Comté au projet Ecocampus doit lui permettre de renforcer ses liens avec l’environnement économique et industriel, son implication dans les activités de recherche et son orientation vers l’international. Son ambition est résumée en une phrase : «proposer des formations diplômantes répondant aux besoins du marché de l’emploi en conjuguant proximité et international, démocratisation de l’enseignement et excellence». L’anniversaire va servir à l’illustrer : au cours de l’année, chaque mois, un ou deux départements seront mis à l’honneur à travers des événements organisés par les étudiants et les formateurs. Coup d’envoi en octobre avec un mooc, des expos, un forum, une journée des anciens autour du département génie électrique et informatique industrielle.



Lire aussi
Entretien avec Bruno Viezzi, directeur de l’IUT de Belfort-Montbéliard.

En savoir plus
Iut-bm.univ-fcomte.fr
iut.fr

Ecocampus à l’horizon 2021
Ecocampus répond à une volonté de créer un pôle universitaire cohérent dans le nord Franche-Comté, dans le contexte de la fusion Bourgogne-Franche-Comté, de la réunion de leurs deux universités et du rapprochement avec l’UTBM. Ecocampus est d’abord géographique par la restructuration et la construction de locaux et le regroupement thématique des formations : 3 à Belfort, à savoir sciences de l’éducation sur le site Marc Bloch, commerce/droit/AES sur celui de Néel, énergie sur celui de Techn’hom. Montbéliard regroupera les formations dévolues au transport et à la mobilité. Ecocampus est aussi l’occasion de renforcer l’orientation stratégique sur 4 axes : recherche, formation, investissements, vie étudiante.

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

JPO apprentissage


février 2018
Le 3 mars, les centres de formation d'apprentis ouvrent leurs portes. Retrouvez les adresses, spécialités, infos pratiques sur apprentissage.
bourgognefranchecomte.f
r.

Services civiques polaires


février 2018
L’Institut Polaire français Paul-Emile Victor lance une campagne de recrutement d'une quarantaine de jeunes diplômés, à partir de 18 ans, dans le cadre de volontariats de service civique (VSC) dans les terres australes et antarctiques françaises. Une expérience unique d’un an, dans des conditions extrêmes, pour mieux comprendre la planète. Le recrutement s’effectue sur des critères stricts imposés par la spécificité des postes à pourvoir, ainsi que par le contexte spécial (examen médical approfondi, examen psychologique). 38 postes sont à pourvoir autour de 2 rôles : assurer le suivi des programmes scientifiques et participer au fonctionnement et à l’entretien des bases sur le plan technique. Le niveau requis est de bac + 2 minimum à l’exception de catégories spécifiques telles que boulanger-pâtissier, menuisier. Les VSC perçoivent mensuellement une indemnité de 1012 euros net non imposable. Mise en route au cours de l’été austral (entre octobre et décembre).
En savoir plus sur les postes : institut-polaire.fr ; sur le VSC spécifique dans les terres australes et antarctiques françaises : taaf.fr

Des Moocs pour entrer dans les études supérieures


janvier 2018
Ces Moocs proposés par France université numérique (FUN) permettent de tout savoir sur les études de droit, de psychologie et de sport ou de préparer son dossier d'entrée à l'IUT. Sur fun-mooc.fr, n trouve des thèmes tels que :
Le droit, est-ce pour moi ? / Introduction aux Staps / Introduction à la psychologie à l'Université / Entrer à l'IUT : les codes pour booster ton dossier / Mathématiques : préparation à l'entrée dans l'enseignement supérieur / Projet FAC : les recettes pour réussir en sciences humaines

Ipag Microsoft 365 battle : 6e edition du concours interécoles


janvier 2018
Il s’agit d’un concours de  transformation numérique. Ce concours se déroulera par équipes de 3. Il est ouvert aux étudiants de bac+ 3/4/5 des business schools, écoles d’ingénieurs et universités françaises de la même école ou non. Ils devront répondre à une problématique concrète posée par l’une des 7 entreprises partenaires sur le thème de la transformation numérique. Il se déroulera le 29 mars sur le campus de Microsoft. L’équipe gagnante remportera 5000 euros. Les 2e et 3e équipes  repartiront chacune avec une somme de 2000 euros et 1000 euros.
Au programme de la journée :
- 1 matinée pour présenter les solutions aux entreprises.
- 1 après-midi d’ateliers personal branding et leadership.
- Un forum de recrutement auquel participent plus de 200 étudiants chaque années.
Au-delà de l’exercice du concours, l’Ipag Microsoft 365 battle donne une opportunité unique à tous les étudiants de tester leurs compétences devant un panel de professionnels. 
Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 février en ligne ici

Parcoursup


janvier 2018
Oubliez l'APB, la nouvelle procédure d’entrée dans les études supérieures s’appelle parcoursup. La procédure en ligne se trouve sur parcoursup.fr. Cet «accompagnement vers la réussite» des lycéens se déroule en 4 étapes : d’abord s’informer sur terminales2017-2018.fr puis entamer la procédure : vœux à entrer sur la plateforme en ligne entre le 22 janvier et le 13 mars (10 vœux maximum sans hiérarchiser), réception et acceptation des propositions entre mai et septembre. Dès qu’un lycéen a 2 réponses positives, il doit en éliminer une (mais ses vœux en attente demeurent). Promesse du ministère : en septembre tous les bacheliers qui le souhaitent seront inscrits. Mais cela passera par une procédure complémentaire au cours de laquelle «une commission pilotée par le recteur proposera une affectation aux bacheliers qui n’ont obtenu aucune réponse positive». Seconde promesse : une affectation «dans une formation au plus près de leurs choix».
Voir tout