septembre 2017

«Nous nous adaptons en permanence»

A l'occasion du cinquantenaire de l'IUT de Belfort-Montbéliard, un entretien avec Bruno Viezzi, directeur actuel.
Photo SimonDaval.fr

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Les formations des IUT ont 50 ans. Sont-elles toujours d’actualité ?
Oui, à plusieurs titres. D’abord parce qu’elles mènent plus de 2 millions de bacheliers à bac+2, avec un taux de réussite très important, environ 85 %. L’insertion professionnelle est plus faible qu’avant parce que beaucoup d’étudiants choisissent désormais de continuent leur cursus. La plupart poursuivent une année de plus en licence mais d’autres partent vers des études d’ingénieur, par exemple, près de chez nous, à l’UTBM. Cela leur permet d’éviter les classes prépa. Depuis quelques années, nous sommes plutôt des IUT tremplin. Ce qui n’empêche pas certains étudiants d’aller travailler directement après. Dans certains secteurs, il y a une demande très forte des entreprises.

Vous devez vous adapter ?
Oui, on essaie de mieux préparer les étudiants à poursuivre. Mais la pédagogie n’a pas changé. Elle est basée sur beaucoup de pratique et une bonne proportion d’intervenants professionnels qui apportent leur expérience et leur expertise. On s’adapte plutôt à des lycéens qui n’ont plus le même profil avec le remaniement des bacs techno. Avant, ils voyaient du concret au lycée, c’est moins vrai aujourd’hui. On souffre également de la désaffection pour la techno ou le secondaire. On n’a pas beaucoup de demandes dans certains domaines scientifiques ou technologiques où il y a pourtant des débouchés.

On peut donc encore conseiller aux jeunes de se tourner vers des études courtes ?
Les taux d’insertion sont très variables selon les spécialités et les années. Mais dans certaines sections, un étudiant qui ne veut pas poursuivre peut trouver un emploi très rapidement. On essaie aussi d’expliquer qu’on peut toujours se former après, tout au long de sa vie. On peut construire une carrière autrement qu’en capitalisant tout de suite sur la formation. C’est une solution peut-être pas assez connue. J’ajoute que nous avons plus de 40 % d’élèves boursiers : les IUT ont encore un rôle d’ascenseur social.

Les IUT ont donc encore de l’avenir ?
Oui. D’ailleurs nous y pensons à Belfort-Montbéliard en nous inscrivant dans le projet Ecocampus qui va restructurer le pôle universitaire du nord Franche-Comté. Pour nous, et pour les autres composantes, cela revient à rassembler les formations de manière thématique en 3 sites à Belfort et un à Montbéliard (voir ci-contre).

Recueilli par Stéphane Paris




Lire aussi
50 ans d'IUT à Belfort-Montbéliard

Ecocampus à l’horizon 2021
Ecocampus répond à une volonté de créer un pôle universitaire cohérent dans le nord Franche-Comté, dans le contexte de la fusion Bourgogne-Franche-Comté, de la réunion de leurs deux universités et du rapprochement avec l’UTBM. Ecocampus est d’abord géographique par la restructuration et la construction de locaux et le regroupement thématique des formations : 3 à Belfort, à savoir sciences de l’éducation sur le site Marc Bloch, commerce/droit/AES sur celui de Néel, énergie sur celui de Techn’hom. Montbéliard regroupera les formations dévolues au transport et à la mobilité. Ecocampus est aussi l’occasion de renforcer l’orientation stratégique sur 4 axes : recherche, formation, investissements, vie étudiante.

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

APB


septembre 2017
Après l'annonce du gouvernement de revoir le fonctionnement du système d'admission postbac dès 2018, au tour de la Cnil (commission nationale de l'informatique et des libertés) d'exiger que l'algorithme d'affectation soit revu. Une intervention qui suit les polémiques liées au trop grand nombe de non-affectations et au tirage au sort opéré pour certaines filières.

Numerus clausus


juin 2017
On le sait, cette expression signifie que le nombre de places pour entrer en formation dans le secteur médical est limité. Pour l'année prochaine, elles sont globalement en très légère hausse. Médecine : 8 124 places (+ 478 places par rapport à 2016-2017). Chirurgie dentaire : 1 199 places (identique). Pharmacie : 3 105 places (+ 10 places). Sage-femme : 1 000 places (- 5 places). Kinésithérapeute : 2 756 places (+ 63 places).

En cas d'échec au bac


juin 2017
Les candidats n’ayant pas validé leur baccalauréat sont autorisés à se réinscrire dans leur établissement et peuvent demander à bénéficier de la conservation de leurs notes égales ou supérieure à 10.

Sécurité informatique


mai 2017
Selon une étude Kaspersky, 71 % des jeunes ne savent pas qu'il existe des formations et des diplômes en cybersécurité. Et si les recruteurs privilégient l'expérience et l'expertise dans le recrutement, les jeunes manquent dans le secteur. Les plus proches de la région : licence pro administration et sécurité des réseaux à l'Université de Haute-Alsace, licence pro réseaux sans fil et sécurité à l'Université de Lorraine, masters security of computer systems / services, sécurité des systèmes et des réseaux / sécurité des systèmes d'information et de communication à l'Université de Lorraine, master sécurité des systèmes d'information à l'Université de technologie de Troyes, master sécurité des systèmes informatiques en finance et en assurance à Lyon 1 et master organisation et protection des systèmes et des réseaux à Lyon 2.

Tout savoir sur l'apprentissage


février 2017
Le 11 mars, 23 centres de formation de la région ouvrent leurs portes de 9 h à 16 h 30. Lieux, dates, infos pratiques sur orientation-apprentissage.com et facebook.
Voir tout