février 2018

Apprentis à l'ONF

A 19 ans, Paul est déjà en CDI à l'Office national des forêts. Mathéo (17 ans), Quentin et Scethf (18 ans tous deux) suivent le même chemin, en formation à la Maison familiale rurale d'Aillevillers (Haute-Saône).
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Paul Labreuche, 19 ans, de Mélisey
J’ai intégré l’ONF après mon bac en 2017 et après 2 ans d’apprentissage à la MFR d’Ailevillers. J’ai d’abord eu un CDD de 6 mois à Poligny puis un CDI à Luxeuil. J’ai toujours voulu travailler dans la forêt, je ne me voyais pas dans un bureau et tout ce que j’ai fait en apprentissage a confirmé mon choix. Aujourd’hui, je suis ouvrier sylviculteur. La principal tâche est de s’occuper de l’arbre de la plantation jusqu’à ce qu’il soit en âge de se débrouiller seul. Bref, je fais pousser des arbres ! Cela nécessite d’aimer bosser dehors et d’avoir de bonnes connaissances. Je travaille 35 h, 100 % à l'extérieur. Comme je suis ben à l’ONF et qu’il y a quelques avantages, je pense passer le concours interne.

Mathéo Coulin, 17 ans, de Luxeuil
J’ai envie de travailler dans la forêt depuis longtemps, depuis que j’allais dans les bois avec mon grand-père. Et comme je n’aimais pas trop l’école, l’alternance me convient ! D’ailleurs je trouve que c’est mieux pour apprendre. On est sur le terrain. En plus, on est rémunéré. Je suis à la MFR depuis la seconde et ça a confirmé mon choix. C’est même encore mieux que je ne pensais, j’ai vraiment envie de faire ce métier. La ville, ce n’est pas trop mon truc, je me sens mieux dehors au boulot. J’espère intégrer l’ONF, faire 3 ans comme ouvrier puis passer le concours pour être agent.

Quentin Ferrand, 18 ans, de Lavoncourt
Je suis en bac pro forêt à la MFR d’Aillevillers où je suis arrivé en seconde. Je voulais faire garde-forestier alors quand j’ai vu qu’on pouvait faire un apprentissage à l’ONF, j’ai voulu venir ici. Je suis dans une équipe basée à Dole. Au début, c’est difficile, physique, mais on s’y fait. Et puis j’aime bien l’ambiance à la MFR, tout le monde s’entend bien, tout le monde participe à l’organisation et on est proche des animateurs.

Scethf Jardon, 18 ans, de Lantenot
Je suis en terminale bac pro en alternance à la MFR d’Aillevillers et à l’ONF à Borey. En fin de 3e, je ne savais pas trop quoi faire. Un copain qui était à la MFR m’a parlé de la formation « forêt » m’en a parlé. Ca m’a donné envie de venir parce que j’ai toujours aimé être dehors.  Dès la seconde, ça m’a plu. J’ai entendu parler de l’ONF, j’ai fait des stages puis j’ai intégré en apprentissage.  Je me suis vraiment pris au jeu. Le mauvais temps, on s’y fait, ce n’est pas dérangeant. Mais c’est physique, parfois, en fin de journée, on est un peu fatigué ! J’aime beaucoup la diversité des tâches proposées, la polyvalence que cela implique. L’apprentissage, c’est pas mal car c’est une bonne transition entre l’école et la vie active. Après le bac, j’espère continuer en BTS, à Mirecourt ou Châteaufarine.

En savoir plus
onf.fr

MFR d’Aillevillers
13 rue de la Vaivre
70320 Aillevillers-et-Lyaumont cedex
0384492015
mfr-aillevillers.fr

Lire aussi
Besoins de main d’œuvre pour faire vivre la forêt

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le service civique ?


octobre 2017
Laura, en service civique au Crous de Besançon : «J’ai développé beaucoup de compétences organisationnelles. J’ai fait passer des entretiens individuels à des étudiants qui cherchaient des emplois. Cela m’a permis de me développer personnellement : j’ai gagné en confiance en moi.»
Rémi, en service civique à la Ville de Besançon : «Mon service civique m’a permis de retrouver le contact humain que je n’avais plus en restant sans activités.Grâce à lui, je fais des rencontres et je me réinsère dans le monde du travail. Je touche à beaucoup de domaines et j’organise des évènements dont je ne connaissais même pas l’existence et auxquels je n’aurais jamais eu l’idée de participer. Je découvre même mieux la ville dans laquelle je vis actuellement.»
Angélique, en service civique au Grand Besançon (service environnement) et étudiante en Master de Psychologie : «Mon service civique me permet de voir un autre domaine que celui dans lequel je suis plongée depuis quatre ans. Même si ce n’est pas en rapport direct avec mes études, je travaille sur l’accompagnement au changement des individus en faveur de l’environnement. Cela m’ouvre d’autres portes et d’autres perspectives auxquelles je n’avais jamais pris le temps de penser.»
Voir tout