février 2018

Apprentis à l'ONF

A 19 ans, Paul est déjà en CDI à l'Office national des forêts. Mathéo (17 ans), Quentin et Scethf (18 ans tous deux) suivent le même chemin, en formation à la Maison familiale rurale d'Aillevillers (Haute-Saône).
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Paul Labreuche, 19 ans, de Mélisey
J’ai intégré l’ONF après mon bac en 2017 et après 2 ans d’apprentissage à la MFR d’Ailevillers. J’ai d’abord eu un CDD de 6 mois à Poligny puis un CDI à Luxeuil. J’ai toujours voulu travailler dans la forêt, je ne me voyais pas dans un bureau et tout ce que j’ai fait en apprentissage a confirmé mon choix. Aujourd’hui, je suis ouvrier sylviculteur. La principal tâche est de s’occuper de l’arbre de la plantation jusqu’à ce qu’il soit en âge de se débrouiller seul. Bref, je fais pousser des arbres ! Cela nécessite d’aimer bosser dehors et d’avoir de bonnes connaissances. Je travaille 35 h, 100 % à l'extérieur. Comme je suis ben à l’ONF et qu’il y a quelques avantages, je pense passer le concours interne.

Mathéo Coulin, 17 ans, de Luxeuil
J’ai envie de travailler dans la forêt depuis longtemps, depuis que j’allais dans les bois avec mon grand-père. Et comme je n’aimais pas trop l’école, l’alternance me convient ! D’ailleurs je trouve que c’est mieux pour apprendre. On est sur le terrain. En plus, on est rémunéré. Je suis à la MFR depuis la seconde et ça a confirmé mon choix. C’est même encore mieux que je ne pensais, j’ai vraiment envie de faire ce métier. La ville, ce n’est pas trop mon truc, je me sens mieux dehors au boulot. J’espère intégrer l’ONF, faire 3 ans comme ouvrier puis passer le concours pour être agent.

Quentin Ferrand, 18 ans, de Lavoncourt
Je suis en bac pro forêt à la MFR d’Aillevillers où je suis arrivé en seconde. Je voulais faire garde-forestier alors quand j’ai vu qu’on pouvait faire un apprentissage à l’ONF, j’ai voulu venir ici. Je suis dans une équipe basée à Dole. Au début, c’est difficile, physique, mais on s’y fait. Et puis j’aime bien l’ambiance à la MFR, tout le monde s’entend bien, tout le monde participe à l’organisation et on est proche des animateurs.

Scethf Jardon, 18 ans, de Lantenot
Je suis en terminale bac pro en alternance à la MFR d’Aillevillers et à l’ONF à Borey. En fin de 3e, je ne savais pas trop quoi faire. Un copain qui était à la MFR m’a parlé de la formation « forêt » m’en a parlé. Ca m’a donné envie de venir parce que j’ai toujours aimé être dehors.  Dès la seconde, ça m’a plu. J’ai entendu parler de l’ONF, j’ai fait des stages puis j’ai intégré en apprentissage.  Je me suis vraiment pris au jeu. Le mauvais temps, on s’y fait, ce n’est pas dérangeant. Mais c’est physique, parfois, en fin de journée, on est un peu fatigué ! J’aime beaucoup la diversité des tâches proposées, la polyvalence que cela implique. L’apprentissage, c’est pas mal car c’est une bonne transition entre l’école et la vie active. Après le bac, j’espère continuer en BTS, à Mirecourt ou Châteaufarine.

En savoir plus
onf.fr

MFR d’Aillevillers
13 rue de la Vaivre
70320 Aillevillers-et-Lyaumont cedex
0384492015
mfr-aillevillers.fr

Lire aussi
Besoins de main d’œuvre pour faire vivre la forêt

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.
Voir tout