juin 2015

Charline Delay et Cindy Collot, deux filles dans le vent

En 2014, elles ont gagné les championnats du monde et la Gulf cup de parachute, catégorie voile contact 2. Les deux Bisontines de 29 et 27 ans survolent leur discipline, dont elles représentent l'équipe de France.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Deux Franc-Comtoises championnes du monde de parachute. Deux jeunes femmes dans un monde d’hommes. «On a terminé devant des militaires russes et américains. On peut vous dire qu’ils n’ont pas aimé. Au début, ils nous ont pris de haut. Mais notre premier saut les a calmés direct». Leurs concurrents attendent déjà leur revanche : ce sera à Chicago en 2016. Charline Delay et Cindy Collot savent qu’ils vont se préparer intensément. Pour défendre leur titre de voile contact acquis en août dernier en Bosnie, elles mettent les bouchées doubles. Dès qu’elles le peuvent, elles font des week-ends à une vingtaine de sauts à La Vèze. A leur désavantage, elles doivent jongler avec leur emploi du temps : Cindy est infirmière en maison de retraite, Charline interne en chirurgie.
Elles pensent faire de la compétition au moins jusqu’à Chicago. Auparavant, il y aura Dubai et les Jeux mondiaux de l’air (sorte de jeux olympiques aériens) du 1er au 12 décembre cette année. Là où elles ont gagné la Gulf cup en décembre dernier.
Elles se concentrent sur l’international car en France, elles sont désormais hors catégorie.

   Adrénaline

«Elles ont une volonté incroyable» disent les membres de l’Ecole de parachutisme de Besançon Franche-Comté, où elles ont effectué leur premier saut il y a une dizaine d’années. Une date qui ne s’oublie pas : 5 juin 2005 pour Charline, 30 juillet 2006 pour Cindy. Depuis, elles en ont fait 2500.
«Dès le premier, j’ai su que j’allais continuer dit Charline, venue essayer pour suivre l’exemple de son père. Question d’adrénaline. Mais il y a aussi l’ambiance ici, avec une équipe super sympa». Elle a rencontré Cindy Collot au club, où cette dernière a découvert le parachute grâce à sa tante. «Un cadeau d’anniversaire pour mes 18 ans, avec deux copines. J’ai eu immédiatement envie de continuer. On se dit qu’on reviendra de temps en temps puis on vient tous les week-ends par goût, par envie de s’améliorer. Mais pour vraiment comprendre, il faut sauter».
Les capacités des jeunes femmes ont rapidement été perçues par Jean-Michel Poulet, entraîneur national et DTN, un Franc-Comtois lui-même ancien champion du monde. C’est lui qui les a orientées vers le voile contact, les a associées et les a sélectionnées en équipe de France espoirs. Leur entente, leur cohésion en vol et leur morphologie similaire ont rapidement fait leurs preuves. Première compétition en 2008, premier titre de championnes de France en 2011.

   Compétitions
   mixtes


La discipline, qui se pratique à 2 ou à 4, est l’une des plus spectaculaires du parachute. Elle consiste à effectuer des figures imposées parachute ouvert. Le binôme a 30 secondes pour s’accrocher puis 1 mn pour faire le maximum de points. Lors d’une compétition, il y a 8 sauts à effectuer et 8 figures à réaliser un maximum de fois. Le saut est suivi par un vidéaste à l’importance capitale : il remet le film au jury pour lui permettre de juger la performance dès l’atterrissage. Cindy et Charline ont fait le championnat du monde avec David Huet et c’est désormais Kévin Techer qui les suit en vol. Les compétitions sont mixtes. Dans leur catégorie, le voile contact 2, elles sont quasiment les seules filles. Parmi leurs concurrents réguliers, une Australienne est en binôme avec un homme. Tous les autres duos sont exclusivement masculins.
«C’est l’évolution du matériel qui nous permet de lutter à égalité pensent-elles. Il demande beaucoup moins de force physique qu’avant. Avant, il fallait être baraqué. Maintenant, c’est plus dynamique, plus rapide, il faut de la souplesse.
Plus ça va vite, plus les figures vont vite, plus on gagne. Il faut surtout trouver un équilibre dans la vitesse. Alors on essaie souvent du nouveau matériel, on diminue la taille de la voile. C’est notre atout. Et on se connaît par cœur, on sait exactement comment voler l’une par rapport à l’autre».


Stéphane Paris 


En vidéo lors des championnats du monde en Bosnie




En photo
Leur présence en équipe de France leur permet d’avoir du matériel performant octroyé par la fédération française de parachutisme.

Le parachutisme selon Charline et Cindy
«C’est considéré comme un sport extrême car il offre beaucoup de sensations mais ce n’est pas dangereux. En tout cas, il l’est beaucoup moins que la moto ! Ce n’est pas non plus très compliqué. Dans une école de parachutisme, on arrive à sauter assez rapidement».

En Franche-Comté
Plusieurs lieux pour s’initier au parachutisme (compter minimum 250 euros le saut) :
Ecole de parachutisme de Besançon Franche-Comté, rue de l'Aérodrome, 25660 La Vèze, 0381813558
Aérodrome de Lons – Coulaoux (0662632547).
Aérodrome de Courcelles-lès-Montbéliard (0381902106)
Aérodrome de Vesoul (0684630789 ou 066475623)

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Nicolas Fleury


octobre 2017
Les premiers championnats du monde urban cycling UCI sont prévus du 8 au 12 novembre à Chengdu (Chine). Au programme, 3 disciplines : le mountain bike Eliminator (XCE), le trial et le BMX freestyle park. Parmi les sélectionnés de l'équipe de France figure le Bisontin Nicolas Fleury, 20 ans, dont nous avons parlé en 2015.

Tir à l'arc


janvier 2017
Encore une victoire pour Jean-Charles Valladont vainqueur de la coupe du monde indoor de tir à l'arc, qui se déroulait le week-end des 21 et 22 janvier à Nîmes.

Escrime


novembre 2016
Sensation pour Eva Lacheray (licenciée à l'Ascap de Montbéliard) lors de la coupe du monde de fleuret dames de St-Maur (4 au 6 novembre). Elle termine 14e, battant au passage la numéro 10 mondiale. Alors qu'elle n'a que 16 ans.

Equipe de France de voile contact 2


septembre 2016
Bravo à Charline Delay et Cindy Collot. Les 2 Franc-Comtoises championnes du monde de parachute (voile contact) en 2014 ont réussi l'exploit de conserver leur titre le 16 septembre 2016 à Chicago.

Arthur Vichot


juin 2016
Coup double franc-comtois au championnat de France cycliste de Vesoul, le 26 juin 2016 : Arthur Vichot (27 ans) remporte son deuxième titre après celui de 2013, devançant au sprint Tony Gallopin et le Jurassien Alexis Vuillermoz.
Voir tout