janvier 2019

Cosplay : les défis de Michigo

A 19 ans, Gabrielle Ory alias Michigo est déjà une cosplayeuse expérimentée. Elle s’inspire aussi bien des mangas que de Disney.
Photo Yves Petit
Cosplay : les défis de Michigo

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Pour Gabrielle, le cosplay est un défi. C’est ce qui lui plaît d’abord, avant l’aspect esthétique ou le plaisir du déguisement. «Voir des dessins qui défient la gravité et les reproduire. Quand ça claque dans les mangas, on a envie de les rendre réels». L’an dernier, la cosplayeuse bisontine a gagné le prix prestation à Necronomi’con avec son costume de Bulma, personnage de «Dragon ball». Elle s’était imposé une règle : le réaliser avec zéro euro, en récupérant des éléments à droite et à gauche. S’il arrive que certains achètent leur costume, le fabriquer soi-même fait partie de l’art du cosplay. C’est une première différence avec un simple déguisement. «On le fait pour soi, à sa mesure, on en prend soin. Il y a un côté unique. Un déguisement, on n’y fait pas trop attention». L’autre spécificité tient dans le mot play. En plus de l'habit, il faut incarner le personnage.«On va jouer un personnage, se maquiller, adopter ses gestes, ses mimiques et ses postures. On choisit un costume moins en fonction de son physique que du caractère. Il faut avoir du plaisir à le porter. Pour les conventions, on écrit et met en scène des prestations de 3 mn». 

   
Apprentissage de la couture

Elle est assez fière du costume de «l’indépendant et maladroite» Merida du dessin animé Disney «Rebelle». Elle a passé une semaine à reproduire tous les détails, allant jusqu’à coudre deux perruques ensemble et se procurer des lentilles de contact de couleur. «Le cosplay m’a donné la passion du costume bien fait». A tel point qu’après son bac arts appliqués, elle s’est lancée dans la formation de technicien des métiers du spectacle option techniques de l’habillage, au lycée Pasteur Mont Roland, à Dole. «Mais je pense changer de voie, c’est plus l’illustration et le graphisme qui m’intéressent».
Elle a acheté son premier costume à un cosplayer. C’était Finnian de «Black butler». Sa première fabrication  date de la 3e. «Une catastrophe ! Je ne demandais rien, j’ai tout fait en autodidacte alors que ma grand-mère est couturière ! Ca ne ressemblait à rien mais je me suis dit je vais travailler pour que ça fasse quelque chose. C’est du dépassement de soi. Au début, je costumisais, c’était empirique, puis j’ai vu comme on patronais et à partir de mes études supérieures, j’ai appris à tout faire moi-même».
A 19 ans, Michigo (son nom de cosplayeuse vient d’une chanson du groupe coréen G-Dragon) partage sa passion avec sa sœur jumelle Anna, nom de scène Ash’Magical. Elle s’implique dans l’association Cosplay Franche-Comté, en cours de renouvellement. Cette dernière est notamment à l’origine d’Otak’est à Pontarlier, la première grande convention franc-comtoise. «Je suis venue au cosplay par les mangas. J’en lisais beaucoup au collège. Quand j’ai eu internet, j’ai commencé à regarder des vidéos de conventions mangas aux Etats-Unis et j’ai trouvé ça magique. Et un jour, à BD Fugue, je suis tombée sur les membres de Cosplay Franche-Comté. C’était leur première intervention, le hasard fait bien les choses ! Au début, ils faisaient des petites sorties, par exemple dans les parcs pour faire des photos puis ça a pris de l’ampleur d’où l’idée de créer une convention». C’est un autre des plaisirs du cosplay, loin du cliché associé à tort au mot geek : se retrouver pour montrer et admirer les costumes, participer à des concours. «Même si ca n’atteint pas la proportion des Etats-Unis avec des parades, des villes bloquées, il se passe pas mal de choses ici. Il y a une coupe de France, des sélections européennes. Mais le plus plus plus, c’est le championnat du monde au Japon» dit Gabrielle/Michigo, les yeux pétillants.

Stéphane Paris




En savoir plus
DTMS, option techniques de l’habillage, lycée Pasteur Mont Roland, Dole

Cosplay Franche-Comté



Cosplay
Contraction de costume et play, la pratique est née aux Etats-Unis, à la fin des années 30 lorsque le premier cosplayer a fait un costume d’homme de l’espace. Aujourd’hui, elle consiste à jouer le rôle d’un personnage issus de mangas, de films, de jeux vidéo, de comics voire de la réalité en adoptant leurs habits, leurs cheveux, etc. La pratique a été relancée et démocratisée par le succès des mangas ou de Star Wars, deux des principaux pourvoyeurs d’inspiration cosplay.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.

Kreshendo


septembre 2015
Le rappeur bisontin vient de publier son premier album "Je suis qu'un homme". En vente 10 euros au Forum, en écoute sur deezer. Pour en savoir plus, facebook. A voir, son dernier clip, "Sale trip".

MyTremplin


juillet 2014
Ce dispositif du Conseil général du Jura vise à promouvoir et à aider les formations musicales du département en leur offrant la possibilité de monter sur scène et/ou de disposer d’un accompagnement artistique réalisé par le Moulin de
Brainans. Cette année, 5 lauréats ont été désignés par le jury et bénéficient de ce dispositif : Célia (folk rock), L’Homme s’Entête (chanson), Max Gulliver (pop), The Donuts Machine Band (chanson blues) et Gunther Tarp (rock).

The Wan


juin 2014
Ils étaient à Rolling Saône et on va les retrouver à Saônorités (14 juin), à la fête de la musique à Baume-les-Dames et au festival de la Paille (2 août). En attendant, voyez le dernier clip de ce bon groupe rock d'ici, réalisé par Bertrand Vinsu, sur Besançon.tv.
Voir tout