août 2018

Energiques Truckks

Ils ont 17 et 18 ans, ont beaucoup fait parler d’eux cette année. Le jeune groupe de rock de Haute-Saône s'apprête à franchir une nouvelle étape.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Truckks, c’est une histoire qui commence comme beaucoup : des copains de collège qui décident de monter un groupe de rock, d’abord pour s’amuser et occuper leur temps libre. Mais quatre ans après au moment de passer du statut de lycéen à celui d’étudiant, le passe-temps est devenu un vrai projet musical. Le groupe haut-saônois a grandi, il vient de passer une année marquée par des prestations au Printemps de Bourges et aux Eurockéennes, entre autres. «L’année du bac, c’était quand même chaud !» reconnaissent les quatre musiciens, qui prennent les événements sans trop se poser de questions. Et après avoir parfois tâtonné sur leur style («au début, on faisait des reprises qui n’ont rien à voir avec ce qu’on joue maintenant et à un moment, on a même essayé le surf» hésitent-ils à dire), ils se sont finalement pris au jeu.

   Direction Angers
   et le studio Black box

   
Aujourd'hui, ils sont motivés pour voir jusqu’où ils peuvent porter le projet. Sérieusement, sans se prendre au sérieux. «On découvre ce monde et ça nous plaît. Partir jouer à l’autre bout de la France, même pour rien du tout, c’est le rêve. C’est les voyages, les rencontres» résume  Hugo, guitariste. «La scène c’est vraiment ce qu’on aime» ajoute Lény, bassiste et chanteur. «Musicalement, on a beaucoup évolué ensemble. Au départ, on avait un petit bagage, on ne savait pas vraiment jouer à part Martin qui faisait de la musique depuis plus longtemps. On a appris en jouant avec le groupe». Martin est lui aussi guitariste. Pour compléter le line-up, Cyprien, batteur. Tous quatre sont au diapason : décontractés, mais avec un projet qui leur tient désormais  à cœur. Musicalement : du rock puissant, énergique et hargneux comme on peut l’entendre sur leurs titres déjà publiés sur you tube et spotify ("Se dépêche", "Domination", "Assiette", "Savoir au 72012"). Les titres d'un premier EP pour lequel ils ont été soutenu par le Comité local d'aide aux projets. Côté compos, c’est un travail commun. «L’un de nous arrive avec une idée, un riff et on bosse tous les quatre dessus en répétition».
Les succès et la médiatisation récente ne les empêchent pas de vouloir avancer, au contraire. Ils ont passé une bonne partie de leur été à répéter dans le local d’Aim’rock, l’association qui les a vus grandir à Echenoz-la-Méline, près de Vesoul. En projet, les nouveaux morceaux qu’ils doivent enregistrer cet automne au studio Black box, à Angers en emmenant leur technicien attitré, Guillaume Renahy. «C’est un autre rêve d’aller là-bas. On y va parce que c’est là qu’ont enregistré 2 de nos influences, Lysistrata et Pogo Car Crash Control. C’est le son qu’on a envie d’avoir». Ce sera le second EP, dans un style qu’ils souhaitent encore faire évoluer. Sans vouloir les copier, ils s’accordent sur un groupe à citer : Metz. «Le style noise, mais sans s’y cantonner. On ne se donne pas de limite. Mais on a choisi de chanter en français pour garder notre originalité. Il n’y a pas tant de groupes qui le font. On se démarque, en adoptant une façon particulière de chanter. C’est plus naturel de s’exprimer en français même si les textes sont moins faciles à écrire. On veut aussi aller vers des structures plus originales, des sonorités plus originales, des textes plus recherchés».
Bref, ils parlent musique et travail plutôt que notoriété. «On verra si ça marche mais c’est un peu aléatoire et la musique est un monde fermé. Ca fait plaisir d’être reconnu comme on l’a été par un policier aux Eurocks, d’entendre parler de nous, mais ce n’est pas la finalité. On est contents parce que ceux qui nous ont soutenus comme Aim’rock voient qu’on progresse, que ce n’est pas un coup de tête mais une passion. Répéter, c’est un plaisir : on s’amuse, on tente des choses, on essaie de diversifier».
L’année de terminale au lycée Belin derrière eux, ils espèrent trouver un peu plus de temps pour la musique. Même si les études risquent d’éclater le groupe : l’année prochaine, ils seront en CMI , en prépa aux école d’art à Belfort et en DN Made à Besançon. Mais toujours soudés par un projet commun.

Stéphane Paris

Les suivre
Facebook

Spotify

youtube  

Prochainement en concert

Le 15 septembre à Besançon (Passagers du zinc)
Le 20 octobre au café Charbon (Nevers)
Le 10 novembre à Montbéliard (Atelier des Môles, 1re partie de Pogo Car Crash Control)
Le 14 décembre à Dijon (la Vapeur)
Le 15 décembre à Auxerre (le Silex)

Aim'rock
Depuis 2013, l’association Aim’Rock (en partenariat avec la commune d’Echenoz-la-Méline) met à disposition des musiciens un local de répétition avec le nécessaire de sonorisation. Les groupes réservent des créneaux moyennant une adhésion et un respect du lieu.
Aim'rock
14 Rue du Collège
70000 Echenoz-la-Méline,
aimrock.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Jury jeune du Fica


novembre 2018
Les candidatures pour être membre du Jury jeune au 25e Festival international des cinémas d’Asie de Vesoul (5 - 12 février 2019) sont ouvertes. Cela consiste à venir voir et juger les 8 films documentaires  en compétition et rencontrer les réalisateurs. La carte de membre du jury permet d’accéder gratuitement à 4 séances de cinéma et  d’assister à la cérémonie de clôture. Elle donne droit à une invitation pour vos parents à la cérémonie de clôture du mardi 12 février au Théâtre Edwige Feuillère. Pour candidater : festival.vesoul@wanadoo.fr ou 0684848746 ou Fica, 25 rue du docteur Doillon, 70000 Vesoul. +Infos.

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. 

Kreshendo


septembre 2015
Le rappeur bisontin vient de publier son premier album "Je suis qu'un homme". En vente 10 euros au Forum, en écoute sur deezer. Pour en savoir plus, facebook. A voir, son dernier clip, "Sale trip".

MyTremplin


juillet 2014
Ce dispositif du Conseil général du Jura vise à promouvoir et à aider les formations musicales du département en leur offrant la possibilité de monter sur scène et/ou de disposer d’un accompagnement artistique réalisé par le Moulin de
Brainans. Cette année, 5 lauréats ont été désignés par le jury et bénéficient de ce dispositif : Célia (folk rock), L’Homme s’Entête (chanson), Max Gulliver (pop), The Donuts Machine Band (chanson blues) et Gunther Tarp (rock).
Voir tout