décembre 2017

Etude de l’e-réputation

L’e-réputation, ce n’est pas seulement le référencement et la première page google. Elle vient aussi des avis des internautes. Des étudiants de Besançon ont organisé une table ronde sur ce thème le 24 novembre dernier.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Il est courant de penser qu’internet a généré de nouvelles méthodes de marketing au profit des entreprises. Mais si le web influence  la manière de vendre, il influence également celle de consommer. Qui plus est, ces deux comportements interagissent mutuellement par l’intermédiaire du net. Serait-ce à dire qu’il donne plus de pouvoirs aux consommateurs ?
Peut-être, si l’on en croit les interventions des invités à la journée d’études techniques émergentes des données organisée le 24 novembre au CLA de Besançon. Le thème : "veille et e-reputation". Une journée proposée par des étudiants en traitement automatique des langues de l’école doctorale Lecla  (Université de Bourgogne-Franche-Comté), soutenue par le Clap.
Youcef Morsi (àg. sur la photo) est l’un des 15 étudiants à avoir proposé cette table ronde. Explication : «tous les jours, une quantité importante de données est produite : plus de 215 milliards de courriels, 7600 tweets par seconde …  Il est primordial pour une entreprise de maîtriser et de suivre efficacement les nouveautés, les faits et gestes des concurrents et les opinions clients. La veille concurrentielle, l'e-réputation et l’analyse des messages clients sont désormais au coeur de ses problématiques».

   
45 % des avis sont faux

L’entreprise doit s’adapter au comportement des individus sur le net mais aussi aux changements et innovations permanentes de ce dernier et notamment des réseaux sociaux. Surtout, l’e-reputation est fabriquée par le contenu créé par une marque mais aussi par celui qui vient des internautes. Sites, réseaux sociaux, blogs, forums de discussion révèlent l’influence importante des usagers. «Les avis inquiètent les entreprises» soulignait Christophe Thil, fondateur de l’agence d’e-réputation Blueboat. Ils contribuent fortement à «l’image que renvoit à un internaute l’ensemble des contenus en ligne en rapport avec une marque». Or, «on écrit beaucoup plus quand on n’est pas content que lorsqu’on est content» affirmait Sonia Zighem spécialisée dans l’analyse des discours de clienèle de l’hôtellerie (E-motion Analysis). Ajouter à cela que selon les intervenants de cette journée TEDonnées, 45 % des avis sont faux (1), que ces mêmes avis sont devenus «l’élément déterminant à la prise de décision du consommateur» et l’on comprend l’inquiétude des entreprises. Dans le jargon du marketing, le moment qui suit une stimulation d'achat est le Zmot (zero moment of truth), le moment où l'acheteur/consommateur commence désormais par aller se renseigner sur le net. «Avec le Zmot, en général quand l'acheteur arrive devant le vendeur, il en sait plus que lui» note Christophe Thil. «Aujourd’hui, l’une des préoccupations des entreprises est surtout de diminuer la présence négative» selon Christophe Thil. Parmi les moyens mis en œuvre, l’analyse discursive notamment par l’informatique (voir ci-contre), spécialité à laquelle se forment les étudiants en TAL. Dont l'importance grandissante montre que les consommateurs ont un pouvoir qu'ils ne soupçonnent pas toujours.

Stéphane Paris





(1)
Ces avis peuvent émaner des marques elles-mêmes pour se rendre artificiellement positives, de proches dont l'avis est plutôt lié à la sympathie qu'à l'objectivité, d'internautes qui falsifient volontairement. Sans compter les réactions impulsives qui ne reflètent que la réalité d'un moment.

Traitement automatique des langues
Cette discipline récente cherche à doter les machines des capacités de comprendre et manipuler la langue humaine. Il représente un domaine transversal entre la linguistique et l’informatique, faisant appel aux théories linguistiques pour mettre en place des outils numériques. Les ordinateurs devenant toujours plus nécessaires pour traiter documents et enregistrements, il s’agit d’un domaine d’avenir. Les formations liées offrent des débouchés dans les entreprises et dans la recherche. L’Université de Franche-Comté propose licence, master et doctorat dans ce domaine.
Infos : tesniere.univ-fcomte.fr

En savoir plus
tesniere.univ-fcomte.fr/tedonnees/

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Prix-jeune de l'engagement


décembre 2017
Pour la 2e année, le Département du Doubs et la Société des membres de la légion d'honneur ont remis les prix "les chemins de l’honneur" à 4 jeunes qui se sont fait remarquer par leur engagement, le sens civique ou le dévouement : Elise Labeuche (1er prix), 20 ans, de Voujeaucourt , qui a mené de nombreuses actions de solidarité et de citoyenneté, Aurélien Pillot, 21 ans, d'Ornans, engagé depuis l’âge de 12 ans au sein des scouts et guides de France, Noa Roussy, 16 ans, de Besançon, championne de boxe France, Europe et Monde qui intervient auprès de jeunes en déviance pour leur redonner confiance et Jafaar Bismillah, 22 ans, de Montbéliard, investi dans la mise en place de la nouvelle section de jeunes sapeurs-pompiers volontaire au centre de secours de Montbéliard.

Olympiades des métiers


juin 2017
Cette année, 16 jeunes de la région ont remporté une médaille d'or, d'argent ou de bronze lors des finales nationales en mars à Bordeaux. Parmi eux, 4 en or : Adrien Mary en DAO dessin industriel, Mélissa Brun en maroquinerie, Maxime Besnard en métallerie, Anthony Charron en plomberie et chauffage. Argent pour Mylène Calabre en soins esthétiques, Willy Fourrier en maçonnerie et Jules Leroy en tonnellerie ; bronze pour Lorette Bulabois en aide à la personne, Kevin Fritz en maroquinerie, Kevin Grossir en prothèse dentaire. Josselin Morel en fraisage, Thomas Jullien en administration des systèmes et des réseaux informatique, Pierre Marconnet en tonnellerie, Alexis Peuzin en boulangerie, Antoine Sicard en sommellerie, Alexandre Guitard en cycle et motocycle. En savoir plus.

"Ma thèse en 180 secondes"


avril 2016
L'Université de Bourgogne-Franche-Comté a organisé le 8 avril 2016 la finale régionale du concours international «Ma thèse en 180 secondes», rassemblant 10 candidats issus de 5 écoles doctorales. L'exercice : résumer plusieurs années de travail de recherche et rendre explicite un sujet de thèse obscur pour les non-initiés en 3 minutes seulement. Deux prix ont été remis par le public et le jury.
Le vote du public a désigné Asmae Hamzaoui, doctorante de l’UTBM, rattachée à l’Ecole doctorale sciences pour l'ingénieur et microtechniques (Spim), et membre de l’Institut Irtes au sein de l’équipe du laboratoire d’étude et de recherche sur les matériaux, les procédés et les surfaces. A 27 ans, en 3e année de thèse, Asmae fait sa recherche sur l’«étude de capteurs d'effort piézoélectriques par technologie couches minces»…ou de façon plus accessible : comment recharger la batterie de son portable en marchant.
Le jury a retenu de son côté Marie Petitjean, qui représentera donc l'UBFC lors de la finale nationale à Bordeaux le 31 mai, au côté de 15 autres candidats, et peut-être lors de la finale internationale en septembre au Maroc. Doctorante de l’Université de Franche-Comté, rattachée à l’école doctorale environnement santé et membre du laboratoire d’hygiène hospitalière au CHU de Besançon, Marie consacre sa thèse à «dix-sept ans d'analyse génotypique et phénotypique d'une souche épidémique de pseudomonas aeruginosa au cours de sa diffusion hospitalière».

Ils sont passés par le Clap


avril 2015
Depuis la création du Clap, environ 400 projets ou jeunes talents ont été aidés. Certains ont poursuivi leur chemin. Parmi eux : les jeunes montbéliardais du groupe Run After Success ont lancé le festival Rock en Sphère pour mettre sur scène les jeunes groupes amateurs. Le groupe folk Oli&Sam continue de jouer et vient de sortir un EP 4 titres, «Dear Mr Octopus». Romuald Bertrand, créateur de mode, est devenu professionnel et a notamment créé une robe pour miss France. Mikaël Yanardag s’est lancé dans la production de spectacles à Salins. Cette année, il a managé Corentin Grevost, vainqueur de Rising Star, et créé le plus grand cabaret de Franche-Comté pour mettre sur scène les… jeunes talents.
Vous pouvez retrouver les jeunes talents passés ou en cours sur energiejeune.fr

Aide à projets


avril 2015
Que vous ayez un projet ou souhaitiez être conseillé ou appuyé dans une pratique, le Clap peut vous aider (il faut avoir entre 11 à 30 ans en Franche-Comté). Pour prendre contact :
Crij de Franche-Comté, 27 rue de la République à Besançon (03 81 21 16 00)
Bij de Montbéliard, 6 avenue des Alliés (03 81 99 24 15)
IJ Jura, 17 place Perraud, 39000 Lons-le-Saunier (03 84 87 02 55)
Cij de la Haute-Saône, 1 rue de Franche-Comté, 70000 Vesoul (03 84 97 00 90)
Belfort information jeunesse, 3 rue Jules Vallès (03 84 90 11 11)
Site : energiejeune.fr
Voir tout