février 2019

Je suis en formation génie civil

Originaire de Villefranche, Lucas Jacquot, 23 ans, est venu à Auxerre pour faire partie de la première promotion de l’IUT génie civil option construction durable. Aujourd’hui en licence pro, il apprend le métier de chargé d’affaires au Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Orientation
Après le bac, je souhaitais faire une école d’architecture mais je n’ai pas été pris alors je suis allé en licence sciences de l’ingénieur, par défaut. Ca ne m’a pas plu, j’ai arrêté, j’ai un peu travaillé dans la restauration puis j’ai tenté ma chance à l’IUT génie civil. Les deux années d’IUT se sont très bien passées. La formation y est assez large pour permettre de voir tous les aspects du génie civil et se rendre compte de ce qui plaît ou pas. Elle m’a donné envie de postuler à des écoles d’ingénieur. Malheureusement, me rendre aux concours était compliqué alors j’en ai fait peu et ça n’a pas suffi. Comme je voulais continuer, que j’étais installé à Auxerre, je suis parti en licence pro pour éventuellement poursuivre en master pro. Il n’y en a pas énormément mais quelques écoles d’ingénieurs comme le Cesi à Toulouse ou l’Enise à St-Etienne le proposent.

Métier
Je suis en apprentissage au SDEY (1), où j’avais déjà fait un stage en 2e année d’IUT. J’ai un rôle de chargé d’affaires. J’interviens essentiellement en phase de conception, au moment où commence un projet. Lorsque nous recevons une demande d’une commune pour une installation énergétique, il y a d’abord une phase de prépiquetage où les représentants des différentes parties (mairie, SDEY, entreprise) se rendent sur le terrain pour étudier la faisabilité. Ensuite je récupère les mesures, je fais les plans et je chiffre les travaux. En phase de réalisation, on assure le suivi de chantier, les comptes-rendus, la réception. En ce moment, je suis sur un chantier de dissimulation de réseaux basse tension pour l’éclairage public et la fibre optique. Cela représente 500 m linéaire et un coût de 280 000 euros HT.

Qualité
Il faut vraiment savoir de quoi on parle, avoir toutes les bases techniques. Je ne connais pas encore tout, mais les chargés d’affaires m’expliquent petit à petit. Rien ne doit être laissé au hasard, alors il ne faut pas hésiter à poser toutes les questions, pour vraiment savoir ce qu’il y a à faire. Donc il ne faut pas avoir peur des gens ! On se concerte, on regarde les plans ensemble, il y a beaucoup «d’humain» et c’est ce que j’aime dans ce métier. Evidemment, il faut être organisé car un chantier est une série d’étapes, très contractualisées, très réglementées, très carrées.

Difficultés
Quand on chiffre un chantier, on essaie d’approcher au plus près, mais ca ne se passe pas toujours comme prévu. Quand il y a des problèmes, il faut aller discuter, trouver des solutions, informer tout le monde. Ce sont parfois des périodes tendues et là, il ne faut pas hésiter, ni faire l’autruche !

Avenir
Maintenant que je connais le BTP, je n’ai aucun regret par rapport à l’architecture. Aujourd’hui, j’apprends ce qui concerne les marchés publics. Plus tard, j’aimerais bien voir ce qui se passe dans le privé pour compléter mes connaissances : bosser à côté d’un conducteur de travaux, faire des études de projets,  des programmations de chantier, de l’accueil de fournisseurs.

Auxerre
C’est une petite ville, ça ne bouge pas trop, il n’y a pas une grande vie étudiante. Mais d’un autre côté, c’est abordable, notamment pour le logement. Et l’IUT est sympa, notamment depuis qu’ils ont construit le 4e bâtiment.
(1)
Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne,
4 avenue Foch
89000 Auxerre
0386522200
sdey.fr

Parcours
DUT génie civil option construction durable

Licence professionnelle mention métiers du BTP : génie civil et construction (parcours conduite de projets en aménagement et travaux publics)


Lire aussi
Maîtriser les techniques de construction durable

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le service civique ?


octobre 2017
Laura, en service civique au Crous de Besançon : «J’ai développé beaucoup de compétences organisationnelles. J’ai fait passer des entretiens individuels à des étudiants qui cherchaient des emplois. Cela m’a permis de me développer personnellement : j’ai gagné en confiance en moi.»
Rémi, en service civique à la Ville de Besançon : «Mon service civique m’a permis de retrouver le contact humain que je n’avais plus en restant sans activités.Grâce à lui, je fais des rencontres et je me réinsère dans le monde du travail. Je touche à beaucoup de domaines et j’organise des évènements dont je ne connaissais même pas l’existence et auxquels je n’aurais jamais eu l’idée de participer. Je découvre même mieux la ville dans laquelle je vis actuellement.»
Angélique, en service civique au Grand Besançon (service environnement) et étudiante en Master de Psychologie : «Mon service civique me permet de voir un autre domaine que celui dans lequel je suis plongée depuis quatre ans. Même si ce n’est pas en rapport direct avec mes études, je travaille sur l’accompagnement au changement des individus en faveur de l’environnement. Cela m’ouvre d’autres portes et d’autres perspectives auxquelles je n’avais jamais pris le temps de penser.»
Voir tout