février 2019

Je suis en formation génie civil

Originaire de Villefranche, Lucas Jacquot, 23 ans, est venu à Auxerre pour faire partie de la première promotion de l’IUT génie civil option construction durable. Aujourd’hui en licence pro, il apprend le métier de chargé d’affaires au Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Orientation
Après le bac, je souhaitais faire une école d’architecture mais je n’ai pas été pris alors je suis allé en licence sciences de l’ingénieur, par défaut. Ca ne m’a pas plu, j’ai arrêté, j’ai un peu travaillé dans la restauration puis j’ai tenté ma chance à l’IUT génie civil. Les deux années d’IUT se sont très bien passées. La formation y est assez large pour permettre de voir tous les aspects du génie civil et se rendre compte de ce qui plaît ou pas. Elle m’a donné envie de postuler à des écoles d’ingénieur. Malheureusement, me rendre aux concours était compliqué alors j’en ai fait peu et ça n’a pas suffi. Comme je voulais continuer, que j’étais installé à Auxerre, je suis parti en licence pro pour éventuellement poursuivre en master pro. Il n’y en a pas énormément mais quelques écoles d’ingénieurs comme le Cesi à Toulouse ou l’Enise à St-Etienne le proposent.

Métier
Je suis en apprentissage au SDEY (1), où j’avais déjà fait un stage en 2e année d’IUT. J’ai un rôle de chargé d’affaires. J’interviens essentiellement en phase de conception, au moment où commence un projet. Lorsque nous recevons une demande d’une commune pour une installation énergétique, il y a d’abord une phase de prépiquetage où les représentants des différentes parties (mairie, SDEY, entreprise) se rendent sur le terrain pour étudier la faisabilité. Ensuite je récupère les mesures, je fais les plans et je chiffre les travaux. En phase de réalisation, on assure le suivi de chantier, les comptes-rendus, la réception. En ce moment, je suis sur un chantier de dissimulation de réseaux basse tension pour l’éclairage public et la fibre optique. Cela représente 500 m linéaire et un coût de 280 000 euros HT.

Qualité
Il faut vraiment savoir de quoi on parle, avoir toutes les bases techniques. Je ne connais pas encore tout, mais les chargés d’affaires m’expliquent petit à petit. Rien ne doit être laissé au hasard, alors il ne faut pas hésiter à poser toutes les questions, pour vraiment savoir ce qu’il y a à faire. Donc il ne faut pas avoir peur des gens ! On se concerte, on regarde les plans ensemble, il y a beaucoup «d’humain» et c’est ce que j’aime dans ce métier. Evidemment, il faut être organisé car un chantier est une série d’étapes, très contractualisées, très réglementées, très carrées.

Difficultés
Quand on chiffre un chantier, on essaie d’approcher au plus près, mais ca ne se passe pas toujours comme prévu. Quand il y a des problèmes, il faut aller discuter, trouver des solutions, informer tout le monde. Ce sont parfois des périodes tendues et là, il ne faut pas hésiter, ni faire l’autruche !

Avenir
Maintenant que je connais le BTP, je n’ai aucun regret par rapport à l’architecture. Aujourd’hui, j’apprends ce qui concerne les marchés publics. Plus tard, j’aimerais bien voir ce qui se passe dans le privé pour compléter mes connaissances : bosser à côté d’un conducteur de travaux, faire des études de projets,  des programmations de chantier, de l’accueil de fournisseurs.

Auxerre
C’est une petite ville, ça ne bouge pas trop, il n’y a pas une grande vie étudiante. Mais d’un autre côté, c’est abordable, notamment pour le logement. Et l’IUT est sympa, notamment depuis qu’ils ont construit le 4e bâtiment.
(1)
Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne,
4 avenue Foch
89000 Auxerre
0386522200
sdey.fr

Parcours
DUT génie civil option construction durable

Licence professionnelle mention métiers du BTP : génie civil et construction (parcours conduite de projets en aménagement et travaux publics)


Lire aussi
Maîtriser les techniques de construction durable

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.
Voir tout