décembre 2018

Lauriane, à Besançon pour mieux connaître la Pisidie

Elle est en stage Eurodyssée à l’Institut des sciences et techniques de l’antiquité. C’est pour elle l’opportunité de poursuivre ses recherches.
Photo Yves Petit
Lauriane, à Besançon pour mieux connaître la Pisidie

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
L’attractivité de Besançon se niche parfois dans des lieux inattendus. Par exemple le sous-sol de la fac des lettres. C’est là que Lauriane Locattelli effectue, depuis le 15 octobre, un stage Eurodyssée de 5 mois. Plus précisément, au laboratoire de l’Ista (1) qui y a pris ses quartiers depuis quelques années. Fondée en 1967 par Pierre Lévêque, l’une des grandes figures de la fac d’histoire bisontine, cette équipe de recherche regroupe des historiens, des archéologues, des civilisationnistes, des philologues, des linguistes et des juristes, spécialisés dans les cultures de l'Antiquité.
«Je suis venue parce qu’il y a le spécialiste de la Pisidie, Guy Labarre. J’ai déjà fait ma thèse  sous sa direction». Elle a soutenu «La toponymie et l’ethnonymie de la Pisidie antique» en 2017. Son stage actuel en découle : il consiste à créer ne base de données des toponymes pisidiens ainsi qu’une carte géoréférencée.

   Hittite, louvite et akkadien

Comment en arrive-t-on à s’intéresser à cette ancienne région qui correspond actuellement à celle des lacs au nord d’Antalya, en Turquie ? «C’est une attirance pour les langues anciennes et l’Antiquité. Au départ, j’ai fait du latin au collège. Dès que j’ai fait de l’étymologie, ça m’a plu. Après le bac, pour pouvoir continuer le latin, je suis allée en lettres classiques et j’ai commencé à apprendre le grec. J’étais à la fac à Nancy où il y a un centre de recherches qui travaille sur les langues de la Turquie antique. C’est comme ça que je m’y suis intéressée, en master». Depuis, elle a appris le hittite, le louvite et l’akkadien en soutenant une thèse en cotutelle entre l’Université de Franche-Comté et l’Université catholique de Louvain, en Belgique.
Lauriane est française, mais c’est en tant que résidente belge qu’elle est en stage Eurodyssée. «J’en ai entendu parler par une jeune belge qui a fait un stage à Besançon alors j’ai postulé». A 29 ans, elle était encore dans la tranche d’âge pour candidater.
Pour Lauriane, le stage est une opportunité d’avancer un peu plus dans sa spécialité et de poursuivre ses recherches. Mais elle y trouve des avantages collatéraux. «A Besançon, les logements sont plutôt accessibles. Comme je suis en colocation, l’indemnité de 763 euros est suffisante. J’étais déjà venue et j’aime beaucoup cette ville historique, à dimension humaine, agréable et accueillante. Louvain est une ville nouvelle alors le patrimoine historique est bien moindre ! En tout cas, je trouve Eurodyssée très positif pour les jeunes : le dispositif permet de découvrir d’autres pays, d’autres cultures que les siens». Dans cet esprit, on imagine que l’objet de ses recherches l’attire. «Je suis déjà allée en Turquie en 2014. Je compte y retourner, mais il faut attendre que le contexte politique et diplomatique s’améliore».En attendant, elle espère poursuivre ses recherches à la Sorbonne.

S.P.







(1)
Institut des sciences et techniques de l’antiquité
ista.univ-fcomte.fr

Eurodyssée
Le programme Eurodyssée est également accessible aux jeunes de Bourgogne-Franche-Comté. Piloté et financé par la Région, il permet aux jeunes diplômés et jeunes demandeurs d’emploi de 18 à 30 ans d’effectuer des stages professionnels rémunérés dans les régions participantes.
eurodyssee.eu

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

105


avril 2018
C'est le nombre de Bourguignons-Francs-Comtois qui sont partis avec les dispositifs Stages monde et Eurodyssée en 2017. Ils se sont rendus dans 30 destinations différentes.

"Deux nanas chez Bouddha"


juin 2017
Pauline et Tiffany sont 2 jeunes franc-comtoises ayant le projet de partir en mission humanitaire en Birmanie dans un monastère bouddhiste. Leurs missions seront principalement l’aide au bon fonctionnement du monastère autogéré par les moines, l’aide à la communauté locale, les travaux divers et l’enseignement de l’anglais aux plus jeunes. Pour le mener à bien, elles organisent des collectes de dons, par exemple le 10 juin au marché de Champagnole, place de la Mairie et le 11 au vide-grenier de Champagnole organisé par l'association Emal, parking de l'Intermarché. Besoins (non exhaustifs) : habits légers pour enfants de 5 à 15 ans (pas de short ni de débardeurs en raison de leur religion), matériel éducatifs, jeux et ballons. En savoir plus : facebook ; projet.

Voir tout