août 2017

Occupation temporaire d'hôpital

Sous l'impulsion de l'association "Hôp hop hop", une initiative citoyenne, participative et évolutive.
Photo Laurent Cheviet
Occupation temporaire d'hôpital Occupation temporaire d'hôpital Occupation temporaire d'hôpital

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En juin, ils ont occupé pendant 3 jours le site de l’hôpital St-Jacques, à Besançon. Avec du théâtre, de la musique, des projections, des visites, un pique-nique, une expo ou même du yoga. Mais surtout des échanges et des rencontres. Il s’agissait de prémices, une invitation à expérimenter, à réinventer le site, à se l’approprier. Ce dernier est désormais presque vide, dans l'attente d'une autre utilisation.
La suite ? Une sorte de pérennisation temporaire de cette occupation. Anna, Valérie, Marta, Lucile et Nicolas attendent la convention d’occupation précaire qui leur permettra de lancer vraiment leur projet. Ils sont dans les starting-blocks depuis mars et la création de l’association "Hôp hop hop". «On peut aller vite» assurent-ils.
Leur projet est social, urbain, créatif : «proposer et susciter des usages des bâtiments de l’hôpital St-Jacques et de l’Arsenal en redonnant sens à la définition première de l’hospitalité, l’accueil de l’autre dans la bienveillance. Le collectif "Hôp hop hop" souhaite créer un lieu partagé et de partage où tous se retrouveraient autour d’activités culturelles, pédagogiques et de bien-être dans un espace pluridisciplinaire et intergénérationnel. Ce nouveau lieu d’innovation sociale et urbaine anticipera la future cité des savoirs et de l’innovation», que devrait devenir le site. Les 5 principaux animateurs de "Hôp hop hop" espèrent faire la jonction entre aujourd’hui et la cité future. Ils se réfèrent au projet des Grands voisins à Paris, qui a pris forme dans l’ancien hôpital St-Vincent. «On veut faire vivre le site pendant des travaux qui pourraient durer 10 ans. On veut faire revenir les gens dans un lieu qui a été déserté».

  Locaux à loyer modéré, 
   ateliers, café associatif


Leur projet investira 2 bâtiments de l’Arsenal, sur 2000 m2. Il s’articule en 3 pôles : des locaux mis à disposition de professionnels et d’associations, des ateliers pédagogiques, un café associatif. «Mais ce n’est pas figé, au contraire. Le projet est évolutif selon les participants et leurs idées. On tient simplement aux notions de partage, de collaboration, d’échange. Ce sont les principaux critères de l’appel à candidatures que nous avons lancé. Nous octroyons une quarantaine de cellules mais il faudra que les occupants soient actifs dans le café, les ateliers et les événements ponctuels qui seront organisés. On ne vient pas juste pour travailler : la notion de collectif est importante. Si cela génère des rencontres, si chacun ne reste pas dans sa discipline, ce sera encore mieux».
Un loyer minime est demandé, «non pas pour gagner de l’argent mais pour ne pas en perdre». L’action du mois de juin laisse présager d’un panel d’activités large : il y avait bricolage et relaxation, cirque et cours de langue, artistes et artisans. «Cela peut être intéressant pour quelqu’un qui veut démarrer une activité. On se situe plutôt dans le domaine de l’économie sociale et solidaire ».

   Association à durée illimitée

Voilà pour les valeurs autour desquelles se sont retrouvés les 5 animateurs du collectif, après une ou deux discussions impromptues autour d’un café. Echange, collectif, appropriation d’un lieu. Mais leur motivation vient aussi de leur profession. «On est au cœur de ce qu’on peut faire comme architectes. L’urbanisme, c’est aussi laisser la place aux habitants, les laisser participer à l’aménagement et à l’occupation. Et dès que l’on a lancé le projet, on a eu des mails avec plein d’idées. De ce point de vue, ça a plutôt bien marché». Même la Ville s’est montrée intéressée. L’idée est lancée mais "Hôp hop hop" ne s’arrêtera peut-être pas là. «Notre association est à durée illimitée et peut ressurgir ailleurs, pour d’autres choses. Réoccuper les gares, les usines, les casernes, les immeubles est une des dynamiques actuelles d’architecture urbaine».

Stéphane Paris

Contact
hophophop@ntymail.com
facebook

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Olympiades des métiers 2018


décembre 2018
L'équipe régionale Bourgogne-Franche-Comté a participé avec succès aux finales nationales des Olympiades des métiers (du 29/11 au 1/12 à Caen) : 4 médailles d'or, 7 d'argent, 4 de bronze et 16 médaillons d'excellence décernés aux jeunes ayant obtenu au moins 500 points sur 600. Ces Olympiades servent à valoriser les métiers en regroupant les meilleurs jeunes dans un concours de pratique. Les 4 médaillés d'or de la région : Théo Jeanroy en horticulture, Roman Bizouard en cycle et motocycle, Arnaud Marandet en tôlerie-carrosserie et l'équipe Adrien Ambrosini / Clément Durandeau / Romain Guenard en intégrateur robotique. +infos

L'info des ados : liens entre générations


novembre 2018
A la rentrée 2018, une équipe de France 3 Bourgogne-Franche-Comté a accompagné une classe de 4e du collège Victor Hugo (Besançon) dans la réalisation d'un reportage sur les liens intergénérationnels. Un sujet choisi par les élèves eux-mêmes, au moment de  la Semaine Bleue consacrée aux personnes âgée. L'info des ados, à voir ici.

"Rivières : Les sentinelles du réchauffement"


octobre 2018
Nicolas Caussanel et Marlène Devillez, kayakistes de niveau international, ont décidé de profiter de leur passion pour alerter au sujet du réchauffement climatique et de l'état des rivières. Ils se lancent dans la réalisation d'un film documentaire, "Rivières : Les sentinelles du réchauffement". Ils ont lancé un crowdfunding pour mener à bien leur projet. Pour y contribuer, c'est ici.

Prix-jeune de l'engagement


décembre 2017
Pour la 2e année, le Département du Doubs et la Société des membres de la légion d'honneur ont remis les prix "les chemins de l’honneur" à 4 jeunes qui se sont fait remarquer par leur engagement, le sens civique ou le dévouement : Elise Labeuche (1er prix), 20 ans, de Voujeaucourt , qui a mené de nombreuses actions de solidarité et de citoyenneté, Aurélien Pillot, 21 ans, d'Ornans, engagé depuis l’âge de 12 ans au sein des scouts et guides de France, Noa Roussy, 16 ans, de Besançon, championne de boxe France, Europe et Monde qui intervient auprès de jeunes en déviance pour leur redonner confiance et Jafaar Bismillah, 22 ans, de Montbéliard, investi dans la mise en place de la nouvelle section de jeunes sapeurs-pompiers volontaire au centre de secours de Montbéliard.

Olympiades des métiers


juin 2017
Cette année, 16 jeunes de la région ont remporté une médaille d'or, d'argent ou de bronze lors des finales nationales en mars à Bordeaux. Parmi eux, 4 en or : Adrien Mary en DAO dessin industriel, Mélissa Brun en maroquinerie, Maxime Besnard en métallerie, Anthony Charron en plomberie et chauffage. Argent pour Mylène Calabre en soins esthétiques, Willy Fourrier en maçonnerie et Jules Leroy en tonnellerie ; bronze pour Lorette Bulabois en aide à la personne, Kevin Fritz en maroquinerie, Kevin Grossir en prothèse dentaire. Josselin Morel en fraisage, Thomas Jullien en administration des systèmes et des réseaux informatique, Pierre Marconnet en tonnellerie, Alexis Peuzin en boulangerie, Antoine Sicard en sommellerie, Alexandre Guitard en cycle et motocycle. En savoir plus.

Voir tout