juillet 2018

Clément, bien orienté aéronautique

A 21 ans, il compte 70 h de vol à son actif. Une passion qui s'est transformée en parcours d'études supérieures.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Début juillet, il a appris qu’il intégrait l’école d’ingénieur Insa à Lyon. Une étape essentielle vers  son souhait, devenir ingénieur aéronautique. Auparavant, ce jeune homme de Montferrand (Doubs) est passé par l’IUT mesures physiques à Montbéliard et l'école de technologie supérieure en ingénierie mécanique à Montréal, «à forte orientation aéronautique». Celle de Clément rejoint une passion née très tôt.

De quand date ton premier vol ?
J’avais 9 ans quand mon père m’a emmené. Lui-même est pilote depuis qu’il a 16 ans et j’y suis venu grâce à lui.

Comment as-tu commencé à voler ?
J’ai commencé à piloter dès que j’avais la taille pour. J’ai pris la première fois les commandes à 13 ans avec Claude Domergue à La Vèze. J’ai passé le Brevet d’initiation à l’aéronautique quand j’étais au collège. Puis j’ai piloté pour la première fois en solo à 15 ans. Il faut au minimum 5 h de vol et les notions théoriques de base.

As-tu eu de l’appréhension ?
Non, car je ne savais as que j’allais voler seul ! J’étais parti pour un tour de piste et Claude m’a dit «maintenant, tu décolles tout seul» ! Aujourd’hui, je dois en être à 70 h de vol.

Qu’est ce qui te plaît ?
Au départ, c’était savoir piloter : je savais faire décoller un avion avant de savoir conduire une voiture. Maintenant, c’est la sensation de liberté totale. C’est aussi le partage. Je peux emmener des amis, c’est sympa de pouvoir faire découvrir ça. Et simplement, voler c’est quand même le rêve de l’homme – d’ailleurs, quand je dors, il m’arrive de rêver que je vole. J’ajoute que c’est donné à tout le monde, mis à part pour certains problèmes de santé.

Le BIA est-il important ?
C’est une porte d’entrée, qui aborde tous les aspects théoriques. Mais c’est avec Claude que j’ai appris à rester calme, méthodique, rigoureux, à résister à la pression. Ce sont des aspects qui peuvent d’ailleurs servir dans d’autres domaines de la vie quotidienne. J’ai aussi passé le PPL (private pilot licence) qui permet de piloter des monomoteurs à pistons et d’emmener des gens.

Est-ce vraiment facile ?
Rien n’est vraiment facile mais il faut tout apprendre. Comment fonctionne l’avion, l’environnement où l’on évolue, l’aérologie… Mais le mieux c’est l’expérience.

Jamais eu peur ?
Non, même si j’ai eu quelques pertes d’instruments ou des passages entre les orages.

Recueilli par S.P.
En savoir plus
Domergue aviation, aérodrome de Besançon

IUT de Belfort-Montbéliard, département mesures physiques

École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal

InsaLyon

Lire aussi
Apprendre à voler

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Prix-jeune de l'engagement


décembre 2017
Pour la 2e année, le Département du Doubs et la Société des membres de la légion d'honneur ont remis les prix "les chemins de l’honneur" à 4 jeunes qui se sont fait remarquer par leur engagement, le sens civique ou le dévouement : Elise Labeuche (1er prix), 20 ans, de Voujeaucourt , qui a mené de nombreuses actions de solidarité et de citoyenneté, Aurélien Pillot, 21 ans, d'Ornans, engagé depuis l’âge de 12 ans au sein des scouts et guides de France, Noa Roussy, 16 ans, de Besançon, championne de boxe France, Europe et Monde qui intervient auprès de jeunes en déviance pour leur redonner confiance et Jafaar Bismillah, 22 ans, de Montbéliard, investi dans la mise en place de la nouvelle section de jeunes sapeurs-pompiers volontaire au centre de secours de Montbéliard.

Olympiades des métiers


juin 2017
Cette année, 16 jeunes de la région ont remporté une médaille d'or, d'argent ou de bronze lors des finales nationales en mars à Bordeaux. Parmi eux, 4 en or : Adrien Mary en DAO dessin industriel, Mélissa Brun en maroquinerie, Maxime Besnard en métallerie, Anthony Charron en plomberie et chauffage. Argent pour Mylène Calabre en soins esthétiques, Willy Fourrier en maçonnerie et Jules Leroy en tonnellerie ; bronze pour Lorette Bulabois en aide à la personne, Kevin Fritz en maroquinerie, Kevin Grossir en prothèse dentaire. Josselin Morel en fraisage, Thomas Jullien en administration des systèmes et des réseaux informatique, Pierre Marconnet en tonnellerie, Alexis Peuzin en boulangerie, Antoine Sicard en sommellerie, Alexandre Guitard en cycle et motocycle. En savoir plus.

"Ma thèse en 180 secondes"


avril 2016
L'Université de Bourgogne-Franche-Comté a organisé le 8 avril 2016 la finale régionale du concours international «Ma thèse en 180 secondes», rassemblant 10 candidats issus de 5 écoles doctorales. L'exercice : résumer plusieurs années de travail de recherche et rendre explicite un sujet de thèse obscur pour les non-initiés en 3 minutes seulement. Deux prix ont été remis par le public et le jury.
Le vote du public a désigné Asmae Hamzaoui, doctorante de l’UTBM, rattachée à l’Ecole doctorale sciences pour l'ingénieur et microtechniques (Spim), et membre de l’Institut Irtes au sein de l’équipe du laboratoire d’étude et de recherche sur les matériaux, les procédés et les surfaces. A 27 ans, en 3e année de thèse, Asmae fait sa recherche sur l’«étude de capteurs d'effort piézoélectriques par technologie couches minces»…ou de façon plus accessible : comment recharger la batterie de son portable en marchant.
Le jury a retenu de son côté Marie Petitjean, qui représentera donc l'UBFC lors de la finale nationale à Bordeaux le 31 mai, au côté de 15 autres candidats, et peut-être lors de la finale internationale en septembre au Maroc. Doctorante de l’Université de Franche-Comté, rattachée à l’école doctorale environnement santé et membre du laboratoire d’hygiène hospitalière au CHU de Besançon, Marie consacre sa thèse à «dix-sept ans d'analyse génotypique et phénotypique d'une souche épidémique de pseudomonas aeruginosa au cours de sa diffusion hospitalière».

Ils sont passés par le Clap


avril 2015
Depuis la création du Clap, environ 400 projets ou jeunes talents ont été aidés. Certains ont poursuivi leur chemin. Parmi eux : les jeunes montbéliardais du groupe Run After Success ont lancé le festival Rock en Sphère pour mettre sur scène les jeunes groupes amateurs. Le groupe folk Oli&Sam continue de jouer et vient de sortir un EP 4 titres, «Dear Mr Octopus». Romuald Bertrand, créateur de mode, est devenu professionnel et a notamment créé une robe pour miss France. Mikaël Yanardag s’est lancé dans la production de spectacles à Salins. Cette année, il a managé Corentin Grevost, vainqueur de Rising Star, et créé le plus grand cabaret de Franche-Comté pour mettre sur scène les… jeunes talents.
Vous pouvez retrouver les jeunes talents passés ou en cours sur energiejeune.fr

Aide à projets


avril 2015
Que vous ayez un projet ou souhaitiez être conseillé ou appuyé dans une pratique, le Clap peut vous aider (il faut avoir entre 11 à 30 ans en Franche-Comté). Pour prendre contact :
Crij de Franche-Comté, 27 rue de la République à Besançon (03 81 21 16 00)
Bij de Montbéliard, 6 avenue des Alliés (03 81 99 24 15)
IJ Jura, 17 place Perraud, 39000 Lons-le-Saunier (03 84 87 02 55)
Cij de la Haute-Saône, 1 rue de Franche-Comté, 70000 Vesoul (03 84 97 00 90)
Belfort information jeunesse, 3 rue Jules Vallès (03 84 90 11 11)
Site : energiejeune.fr
Voir tout